Khartis fait peau neuve !

Khartis continue de se développer. Après le passage de 4 à 8 visualisations en novembre 2018, l’outil -qui ne laissait jusqu’alors pas le choix du fond de carte- permet désormais d’utiliser son propre fond. A condition toutefois que ce dernier soit enregistré dans l’un des formats standards de données géographiques (geojson, topojson ou shapefile), qu’il ne contienne que des polygones (des quartiers par exemple) et qu’il ne soit pas trop volumineux. Dans ce dernier cas, Khartis simplifie la géométrie du fond pour en alléger le poids du fichier. Cette nouvelle fonctionnalité sera appréciée des plus avertis.
→ lien vers la page ressource “Importer son propre fond de carte”

Autre nouveauté bien appréciable pour tou·te·s : les étiquettes peuvent désormais être repositionnées “à la main” avec un rendu soigné (des filets à orientation calibrée).
→ lien vers la page ressource “Gestion des étiquettes”

Enfin les concepteurs continuent d’alimenter la base de fonds de cartes avec des nouveautés comme le Maroc, l’Algérie, la Chine, le Royaume-Uni ou encore le Grand Paris. Avec toujours des jeux de données fournis pour explorer les possibilités offertes par cet outil développé par l’Atelier de cartographie de Sciences Po. Avec l’aide précieuse de la société Apyx et du Médialab.