Slide CAMPUS 2022 UN NOUVEAU SCIENCES PO AU CŒUR DE PARIS
Carnet de chantier : épisode 9, l’esquisse des jardins
15 juin 2021
Carnet de chantier : épisode 10, les plantations
18 novembre 2021

Une nouvelle librairie pour Sciences Po

La vitrine de la librairie sur le boulevard Saint-Germain

La vitrine de la librairie sur le boulevard Saint-Germain © Thomas Arrivé / Sciences Po

Fin août 2021, la librairie de Sciences Po a quitté le numéro 30 de la rue Saint-Guillaume pour s’installer à l’angle du boulevard Saint-Germain, doublant ainsi sa surface. Par son emplacement sur le boulevard, à la croisée des cheminements des étudiants et des enseignants, par la taille de ses vitrines et sa visibilité nouvelle, la librairie devient un emblème de Sciences Po dans le quartier. Avec la réouverture à la rentrée du 13 Université modernisé, c’est une étape marquante du projet Campus 2022.

Entretien avec Valérie Maigné, architecte à la Direction de l’immobilier de Sciences Po, sur la manière dont elle a conçu les lieux avec le libraire, Stéphane Derreumaux (à voir également, son interview vidéo avec la présentation des lieux).

Comment la décision de déménager la librairie a-t-elle été prise ?

Le réaménagement de la librairie est un sujet récurrent depuis plusieurs années à Sciences Po. La première hypothèse était d’agrandir les locaux du 30 Saint-Guillaume en créant une extension dans le hall du rez-de-chaussée, mais cela manquait de visibilité et soulevait des difficultés d’accueil des publics externes.

Quand la boutique de vêtements du coin de la rue Saint-Guillaume, à l’ange avec le boulevard Saint-Germain, s’est libérée, le libraire et la direction de l’institution se sont mobilisés pour reprendre le bail. C’est en effet un lieu de fort passage, piéton et automobile, très visible dans le quartier, avec trois grandes vitrines réparties sur la rue et le boulevard.

Quel était le programme pour cette librairie et comment y avez-vous répondu ?

Stéphane Derreumaux, le directeur de la librairie, a visité de nombreuses librairies et s’est appuyé sur son expérience pour élaborer le programme. Mon travail a consisté à l’accompagner dans cette étape, et à faire entrer le programme dans l’espace qu’offrait cette boutique.

Sa priorité, c’était les mètres linéaires : il est nécessaire de disposer de nombreux rayonnages, mais aussi de tables et de tablettes le long des étagères, pour mettre en avant les nouveautés et les thématiques choisies par le libraire. Les tables sont au centre de la librairie, les tablettes en font le tour. Elles servent ainsi à guider la circulation et offrent aux clients des cheminements différents, comme une déambulation parmi les livres. Pour les vitrines, j’ai fait fabriquer des meubles en gradin, qui cachent les radiateurs et sont utilisés comme espace de stockage.

Il fallait aussi deux espaces d’accueil et de caisse, dont l’un situé à l’entrée du magasin, un lieu pour accueillir des dédicaces, que nous avons positionné au centre, avec une banquette en forme de demi-péniche, clin d’oeil au hall du 27 Saint-Guillaume, et encore un petit bureau, qui a été aménagé dans un espace technique fermé, au fond du magasin. En plus des livres mis en avant, il faut de la place pour stocker les réserves, or la place est comptée ! Pour le stockage, nous avons donc décidé d’utiliser les parties hautes des étagères, auxquelles les libraires accèdent par un marchepied, un tiroir dissimulé sous la banquette, les meubles des vitrines, et un présentoir sur pivot pour les stocks de goodies (vêtements, mugs…). J’en ai eu l’idée en cours de chantier, en observant la forme des murs et en redessinant la partie bureau. Tant que tout n’est pas démoli, il est difficile de bien visualiser l’espace. Mais ça permet d’avoir parfois de bonnes surprises !

En tant que client, quand on entre dans la librairie, on n’imagine pas la précision du travail de conception et d’aménagement qui a été nécessaire.

En effet, et un bon exemple de cela, ce sont les lutrins, qui servent à montrer les couvertures des livres à la verticale sur les tables. Nous avons beaucoup travaillé sur leur conception. Ils devaient être suffisamment hauts pour qu’on puisse poser des livres dessous, mais pas trop pour ne pas couper visuellement l’espace. Ils devaient aussi s’insérer dans les tables pour une bonne stabilité, tout en étant amovibles. Nous avons imaginé de les faire en métal ou en métal perforé, nous avons travaillé sur des prototypes en forme de péniche, qui se sont avérés peu pratiques, avant de choisir le bois, plus adapté et plus économique. 

Stéphane avait aussi des idées précises sur l’ambiance qu’il souhaitait donner au magasin : de la clarté, de la transparence, et des mobiliers qui ne devaient pas empiéter sur les livres, mais plutôt disparaître derrière eux.

Enfin, la signalétique a été travaillée avec Stéphanie Samper, de la Direction de la communication. Elle est visible de la rue et permet de voir les rayons avant même d’entrer, ainsi on sait ce qu’on va trouver et on s’oriente facilement. Ce qui n’empêche pas de faire des découvertes à l’intérieur !

L'intérieur de la librairie
L’intérieur de la librairie © Thomas Arrivé / Sciences Po

Combien de temps ont duré les travaux ?

Pour un projet comme celui-ci, une fois le local trouvé, il y a un long temps de préparation : démarches en mairie et à la préfecture, élaboration du programme, choix des entreprises, mise au point du projet avec celle que nous avons retenue, au cours de réunions hebdomadaires qui nous ont permis de réajuster et redessiner l’ensemble, finaliser les choix de matériaux… C’est vraiment un travail d’équipe.

Le chantier en lui-même n’a pas duré très longtemps, puisque les travaux ont été réalisés en juin et juillet 2021. Il n’a fallu qu’une journée pour vider l’ancienne boutique de vêtements, ensuite, le petit vestiaire-bureau a été construit, puis le plafond, l’éclairage, l’électricité et le système incendie ont été repris. Tout ce qui ne se voit pas, mais qui est nécessaire au fonctionnement du local ! Nous ne sommes pas intervenus sur les murs, qui devaient recevoir les rayonnages. Une fois le sol terminé, le mobilier est arrivé et tout a pris forme en deux semaines. Stéphane Derreumaux a transféré tout son stock depuis le bout de la rue, un travail conséquent !

Quand nous avons retiré les protections qui masquaient les vitrines, les gens du quartier ont commencé à comprendre ce qui se passait et à toquer à la porte pour poser des questions. La librairie a ouvert le 16 août 2021.

Découvrez la librairie de Sciences Po en vidéo, sur son site web, et au 187 boulevard Saint-Germain, Paris 7e !