Le génocide arménien

1 - Henry Morgenthau (1984). Mémoires

Henri Morgenthau a été ambassadeur des Etats-Unis à Istanbul de décembre 1913 à janvier 1916. Il est en vain intervenu en faveur des Arméniens. Ses mémoires sont suivies des dépêches qu’il a envoyées à Washington et de celles qu’il a reçues de différents consuls et missionnaires américains en Turquie de mai à novembre 1915.

2 - Leslie A. Davis (1989). The slaughterhouse province : an American diplomat's report on the Armenian genocide, 1915-1917

Rapport au Département d’Etat de Leslie A. Davis, consul américain à Kharpout, en Turquie d’Asie, de juin 1914 à mai 1917, lorsque l’entrée en guerre des Etats-Unis l’oblige à quitter son poste. Il relate tout ce qu’il a appris ou dont il a été témoin pendant cette période.

3 -Leslie A. Davis, Yves Ternon (1994). La province de la mort : archives américaines concernant le génocide des Arméniens (1915). Précédé de Lettre ouverte à Bernard Lewis et quelques autres par Yves Ternon

Traduction française du rapport de L.A. Davis. Le livre contient aussi les dépêches envoyées par Davis, de fin juin à fin décembre 1915, à l’ambassadeur Morgenthau à Istanbul.

4 - Johannes Lepsius (ed.) (1986). Archives du génocide des Arméniens : recueil des documents diplomatiques allemands

Traduction française de Deutsche und Armenien, recueil de documents diplomatiques numérotés de 1 à 421, publié en 1919, à l’initiative du Ministère allemand des affaires étrangères, par le pasteur Lepsius. Celui-ci, fils de l’égyptologue Karl Lepsius, avait fondé dès 1895 en Turquie une œuvre humanitaire, la Deutsche Orient-Mission et déjà publié un recueil de documents sur les Arméniens (Armenien und Europa, 1896).

5 - Heinrich Vierbücker (1987). Arménie 1915 : un peuple civilisé massacré par les Turcs : témoignage d'un officier allemand

Traduction d’une brochure parue en allemand en 1930 et qui était alors sous-titrée : « Ce que le gouvernement impérial a caché aux Allemands ». D’après l’épilogue ajouté à cette édition française, H. Vierbücher était l’interprète du maréchal Liman von Sanders, commandant allemand en Turquie durant la première guerre mondiale.

6 - Arnold Joseph Toynbee (1987). Les massacres des Arméniens : 1915-1916

Reproduction en fac-similé de la première édition française (1916) du rapport rédigé par A. J. Toynbee (neveu de l’historien de l’économie Arnold Toynbee), alors employé du Foreign Office britannique. Il s’appuie sur des récits de missionnaires, des correspondances diplomatiques ou privées et des témoignages oculaires.

7 - Arnold Joseph Toynbee (2004). Les massacres des Arméniens : le meurtre d'une nation : 1915-1916

Nouvelle édition augmentée, préfacée et annotée par Claire Mouradian, directeur de recherches au Centre d’étude des mondes russe, caucasien et centre-européen de l’EHESS.

8 - Arnold Joseph Toynbee (1967). Acquaintances

En 1967, devenu le célèbre auteur de "A study in history", Toynbee revient dans ses mémoires sur le génocide arménien, notamment à propos de ses liens ultérieurs avec la Turquie. Il évoque aussi Lord Bryce, ex-ambassadeur britannique aux Etats-Unis et chargé avec lui d’enquêter sur la situation des Arméniens.

9 - René Pinon (1916). La suppression des Arméniens : méthode allemande, travail turc

En 1916, en pleine guerre, la brochure de R. Pinon expose la « responsabilité morale » de l’Allemagne pangermaniste et impérialiste dans les massacres des Arméniens opérés par son allié ottoman. C’est entre autres pour se disculper de cette accusation que l’Allemagne publiera dès 1919 le recueil du pasteur Lepsius.

10 - James B. Bryce, Arnold J. Toynbee (ed.) ( 1987). Livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman : 1915-1916

Reproduction en fac-similé de la première édition française (1917) du Livre Bleu britannique (1916). Cette traduction contient 3 documents (de source allemande, américaine et arménienne) absents de l’édition anglaise, car parvenus trop tard à Lord Bryce pour y être joints.

11 - Ara Sarafian (ed.) (1995). United States official documents on the Armenian genocide
3 vol. : 1, The lower Euphrate ; 2, The peripheries ; 3, The central lands.

Documents extraits des archives du Département d’Etat américain et des archives d’Henri Morgenthau. Contient des reproductions en images de certains documents originaux.

12 - Pascual Carlos Ohanian (1986). Turquia, Estado genocida 1915-1923, tomo 1 : documentos

Compilation chronologique en langue espagnole de documents divers (dépêches diplomatiques, articles de journaux, correspondance) de sources turque, allemande, nord-américaine, anglaise, française et arménienne, et datés de 1907 à 1922.

13 -Franz Werfel (1986). Les 40 jours du Musa Dagh : roman
1ère éd. allemande: 1933

Roman, paru en 1933, de l’écrivain juif autrichien (naturalisé américain en 1941) Franz Werfel, inspiré d’un épisode de la résistance arménienne à la déportation. En juillet 1915, 5000 Arméniens se réfugient dans le massif du Musa Dagh et résistent pendant 40 jours à l’armée ottomane, jusqu’à ce que des navires français et anglais les évacuent vers Port-Saïd en Egypte.

14 - Janine Altounian (1990). Ouvrez-moi seulement les chemins d'Arménie : un génocide aux déserts de l'inconscient

Recueil de textes que Janine Altounian considère dans l’avant-propos comme des « résidus à expulser », rédigés de 1975 à 1988 au cours de sa psychanalyse. L’ouvrage, qui contient aussi la traduction du témoignage écrit de son père, rescapé de 1915, témoigne du traumatisme du génocide jusque dans la descendance des survivants.

15 - Donald Earl Miller, Lorna Touryan Miller (1993). Survivors : an oral history of the Armenian genocide

Cette étude du génocide fondée sur les témoignages d’une centaine de survivants (appartenant à la communauté arménienne du sud de la Californie) en reconstitue le déroulement et les suites : l’émigration et le traumatisme des survivants.

16 - Comité de défense de la cause arménienne (France) (1981). Justicier du génocide arménien : le procès de Tehlirian

Minutes du procès Tehlirian (interrogatoire, auditions des témoins, réquisitoire et plaidoiries). Le 15 mars 1921, à Berlin, l’étudiant arménien Soghomon Tehlirian abat en pleine rue Talaat Pacha, ex-ministre de l’Intérieur turc, réfugié en Allemagne et condamné à mort par contumace en Turquie en 1919. Tehlirian est acquitté le 3 juin.

17 - Aršavir Širakean (1982). La dette de sang : un Arménien traque des responsables du génocide, 1921 : récit. Précédé de : Gérard Chaliand. Le temps des assassins

Autobiographie d’Archavir Chiragian, membre de la FDR (parti dachnak). A Rome en décembre 1921, il exécute l’ex-grand vizir turc, Saïd Halim. A Berlin en avril 1922, avec un compagnon, il abat deux autres responsables du génocide, Djemal Azmi et Behaeddine Chakir. Il émigre ensuite aux Etats-Unis où il mourra en 1973.

18 - Jacques Derogy (1986). Opération Némésis

Journaliste et écrivain français, J. Derogy raconte ici l’Opération Némésis, décidée lors du congrès du parti dachnak en 1919 et mise à exécution entre 1920 et 1922 : retrouver et exécuter les principaux responsables du génocide de 1915-1916, réfugiés à l’étranger après la défaite de la Turquie.

19 - Edward Alexander (1991). A crime of vengeance : an Armenian struggle for justice

L’affaire Tehlirian (voir n°16) racontée par Edward Alexander, Américain d’origine arménienne, ancien chef de l’antenne de la « Voice of America » (radio à destination du bloc soviétique) captable en Transcaucasie.

20 - Jean-Marie Carzou (1975). Un génocide exemplaire : Arménie 1915

Le premier ouvrage français sur le génocide arménien, depuis les années 1920. Réédité chez Calmann-Lévy en 2006. Jean-Marie Carzou est le fils du peintre d’origine arménienne Jean Carzou.

21 - Yves Ternon (1977). Les Arméniens : histoire d'un génocide

Premier ouvrage sur le génocide arménien d’un auteur devenu spécialiste de la question, ainsi que, plus largement, du crime de génocide au 20e siècle.

22 - Yves Ternon (1983). La cause arménienne

Pour comprendre et mesurer les suites du génocide, c’est-à-dire les transformations de la question arménienne au 20e siècle, de la fin de la première guerre mondiale aux années 1980 : l’Arménie soviétique, les Arméniens dans la seconde guerre mondiale, la politisation de la diaspora, le terrorisme arménien.

23 - Vahakn N. Dadrian (1996). Histoire du génocide arménien : conflits nationaux des Balkans au Caucase

Histoire du génocide d’après les documents officiels (turcs, allemands, autrichiens) et dans une perspective internationale : l’auteur, un des fondateurs de l’étude comparée des génocides, décrit aussi bien la législation ottomane que les interventions humanitaires dès 1895 et les traités jusqu’à Lausanne, et revient sur la question de la responsabilité de l’Allemagne en 1915.

24 - Richard G. Hovannisian (ed.) (2003). Looking backward, moving forward : confronting the Armenian Genocide

Ce volume rassemble les contributions au colloque intitulé « The Armenian genocide and historical memory : challenge on the 21st century » tenu à l’UCLA en 2000 (85e anniversaire du génocide), plus 3 chapitres dont un consacré à l’historiographie turque des massacres de 1915.

25 - Taner Akçam (2004). From empire to republic : Turkish nationalism and the Armenian genocide

« Première sérieuse tentative d’appréhender le génocide du point de vue de celui qui l’a perpétré plutôt que de celui de la victime, et de l’inscrire dans le contexte de l’histoire politique de la Turquie » (trad. 4e de couv.). Taner Akçam est l’un des premiers universitaires turcs à reconnaître et à discuter ouvertement du génocide arménien de 1915.

26 - Merrill D. Peterson (2004). "Starving Armenians" : America and the Armenian Genocide, 1915-1930 and after

« Termine ton assiette ! Pense aux Arméniens qui meurent de faim ! » admonestaient autrefois les mères américaines. Ce souvenir et d’autres expériences plus récentes ont conduit l’auteur à étudier l’histoire du Near East Relief, organisation humanitaire américaine qui vint au secours des réfugiés Arméniens.

27 - Peter Balakian (2005). Le tigre en flammes : le génocide arménien, et la réponse de l'Amérique et de l'Occident

Histoire des massacres d’Arméniens depuis les années 1890 jusqu’au génocide de 1915 vue sous l’angle international : ampleur de la réponse humanitaire de l’Occident, en particulier des Etats-Unis et de l’organisation Near East Relief ; volte-face des années 1920 due entre autres à la « nouvelle politique pétrolière américaine ».

28 - Florence Mazian (1990). Why genocide ? : the Armenian and Jewish experiences in perspective

Met en évidence les ressemblances du processus génocidaire dans l’Empire ottoman et dans l’Allemagne nazie et en dérive un modèle théorique.

29 - Robert Melson (1992). Revolution and genocide : on the origins of the Armenian genocide and the Holocaust

Explore la possibilité d’un lien entre révolution (remplacement d’un ancien régime par un nouveau) et génocide à travers l’histoire comparée du génocide arménien et de l’Holocauste, ainsi que de la suppression des koulaks lors de la Révolution russe et de l’ « autogénocide » cambodgien.

30 - Yaïr Auron (2003). The banality of denial : Israel and the Armenian genocide

Dans cet ouvrage et le précédent, The banality of indifference (2000), l’historien israélien Yaïr Auron étudie l’attitude de la communauté juive en Palestine avant 1948 (Yishuv), du mouvement sioniste et de l’Etat d’Israël envers le génocide arménien : du témoignage solidaire au silence officiel.

31 - Bernard Bruneteau (2004). Le siècle des génocides : violences, massacres et processus génocidaires de l'Arménie au Rwanda

Histoire comparée du génocide (Arménie, URSS, Shoah, Cambodge, Bosnie, Rwanda) au 20e siècle. « Qu’est-ce qui détermine l’intention ultime du génocidaire ? Qu’est-ce qui autorise le génocide à se présenter comme une –solution- ? » (4e de couv.)s

32 - Yves Ternon (1989). Enquête sur la négation d'un génocide

A partir de la controverse sur les documents Andonian (voir n°41), « cette enquête et une démonstration minutieuse alimentée de la comparaison avec le génocide des Juifs éclairent les mécanismes propres au révisionnisme historique » (4e de couv.)

33 - Marc Nichanian (2006). La perversion historiographique : une réflexion arménienne

« Ce livre porte sur la vérité en histoire et le statut moderne du témoignage. (…) C’est l’existence du fait historique en tant que tel qui est désormais remise en cause, depuis que les différentes machines génocidaires, puissamment relayées par (…) - la perversion historiographique -, ont fait de la destruction de la réalité leur ambition propre. » (4e de couv.)

34 - Georges de Maleville (1988). La tragédie arménienne de 1915

L’avocat Georges de Maleville présente « en toute indépendance, par sympathie pour les Turcs, mais aussi pour les Arméniens » (intro.), son opinion sur le « prétendu génocide arménien » (chap. 2).

35 - Vladimir Feofilovic Mayewski (1982?). Les massacres d'Arménie

« Statistique militaire des provinces de Van et de Bitlis, dressée par le général Mayevski (…) consul général de Russie à Van, puis à Erzeroum. (…) Le général Mayevski attribue (…) toute la responsabilité des événements regrettables dont les Arméniens de Turquie eurent à souffrir (…) aux révolutionnaires affiliés aux comités politiques et (…) à l’Angleterre qui les a encouragés. »

36 - (1980?). Documents relatifs aux atrocités commises par les Arméniens sur la population musulmane

« Le but de cette brochure est de placer sous les yeux du lecteur occidental la correspondance échangée entre les autorités militaires turques et russes après l’armistice conclu avec la Russie au sujet de la conduite des Arméniens dans les régions évacuées par les armées ottomanes », notamment celle d’Erzeroum. (avant-propos). Réimpression en fac-similé d’une brochure parue en 1919 (?). 

37 - Foundation for Middle East and Balkan Studies (Istanbul) (2001). Armenian allegations : an assessment

Une « évaluation des allégations arméniennes » au sujet de ce que cette brochure turque, publiée par la Fondation pour les études sur le Moyen Orient et les Balkans (OBIV), appelle la « relocalisation des Arméniens » en 1915.

38 - Bilâl N. Simsir (1998). Les déportés de Malte et les allégations arméniennes

En 1919, 140 membres du parti turc « Union et progrès » sont arrêtés et déportés à Malte par les autorités britanniques, suspectés d’avoir participé au génocide. « Cette courte histoire documentaire de l’épisode de Malte (…) vous donnera (…) une véritable idée sur les très controversées déportations arméniennes et sur le - massacre - présumé en Turquie » (intro.)

39 - Halil Kemal Türközü (ed.) (1986). Armenian atrocity according to Ottoman and Russian documents

Version anglaise du n°36. La préface mentionne que la brochure a été réimprimée en 1919, « les Arméniens ayant fait disparaître la plus grande partie des exemplaires, y compris ceux des bibliothèques publiques » (traduction).

40 - Institute for Atatürk's principles and the history of Turkish renovation (Istanbul) (1984). Armenians in the Ottoman Empire and modern Turkey : 1912-1926

Réunit plusieurs contributions de chercheurs turcs et celle de l’historien américain Justin McCarthy, lors du 17e congrès annuel de la Middle East Studies Association à Chicago en 1983, contributions qui « présentent un tableau différent de celui systématiquement répandu à l’Ouest par divers travaux historiques arméniens » (intro.).

41 - Turkkaya Ataöv (1984). Les “documents” d’Andonian attribués à Talat Pacha sont des faux !

Publication turque contestant l’authenticité de documents souvent cités comme preuve du génocide. Aram Andonian, journaliste rescapé de la rafle d’avril 1915 à Istanbul, avait acheté à un fonctionnaire ottoman une cinquantaine de documents, dont des télégrammes chiffrés, publiés avec reproductions en 1920 en Grande-Bretagne et en France. Depuis, ces documents ont disparu.

42 - Tribunal permanent des peuples (1984). Le crime de silence : le génocide des Arméniens

Présente la session ( Paris, 1984) du Tribunal permanent des peuples consacrée au génocide arménien. Créé en 1979, le TPP est relié à la Fondation internationale Lelio Basso pour le droit et la libération des peuples. L. Basso a participé aux tribunaux Bertrand Russel I et II (sur le Vietnam et l’Amérique latine), expérience qui l’a conduit à créer la Fondation.

43 - Varoujan Attarian (1997). Le génocide des Arméniens devant l'ONU

Présente, après un rappel des faits, les actions entreprises auprès de l’ONU par la diaspora arménienne et la République d’Arménie, d’une part, et par la Turquie, d’autre part, à propos de la reconnaissance du génocide arménien.

44 - Comité de défense de la cause arménienne (France) (1998). L'actualité du génocide des Arméniens : actes du colloque à Paris-Sorbonne les 16, 17 et 18 avril 1998

Actes du colloque organisé par le Comité de défense de la cause arménienne à Paris-Sorbonne en avril 1998. 4 parties : « Le sens de la recherche historique », « La preuve », « Mémoire et déni : un passé à surmonter » et « La place du génocide arménien au 20e siècle : approche comparatiste ».

45 - Alexis Govciyan (2003). 24 avril : reconnaissance par la France du génocide arménien de 1915

Revient sur le processus qui a amené, sous l’impulsion du Comité du 24 avril (créé en 1994 pour organiser la commémoration du 80e anniversaire du génocide et maintenu ensuite), le vote en 1998 par l’Assemblée nationale française d’une loi sur la reconnaissance du génocide arménien.

46 - Donald Bloxham (2005). The great game of genocide

Replace le génocide arménien dans le contexte international de l’époque et sa négation ou sa non-reconnaissance dans l’époque contemporaine. Le « grand jeu » du titre fait allusion à l’expression employée pour parler de la course à l’hégémonie en Asie centrale de la Russie et de la Grande-Bretagne au 19e siècle.

47 - Raymond Kévorkian (2006). Le génocide des Arméniens

Histoire et géographie, région par région, du génocide arménien. L’historien R. Kévorkian dirige à Paris la Bibliothèque Nubarian. Boghos Nubar, fils du Premier Ministre égyptien Nubar Pacha, a fondé en 1906 l’Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB), un des principaux organes de la diaspora arménienne.

48 - J.-B. Racine (2006). Le génocide des Arméniens

Concerne les aspects juridiques du génocide arménien : émergence de la notion de crime contre l’humanité, existence juridique du génocide et ses conséquences.

49 - Taner Akçam (2006). A shameful act : the Armenian genocide and the question of Turkish responsibility

Traduction d'un ouvrage publié en turc en 1999. Taner Akçam, ancien membre du groupe d'extrême-gauche turc Dev Yol, arrêté en 1976, évadé, réfugié politique en Allemagne en 1978, enseigne au Center for Holocaust and Genocide Studies de l'Université du Minnesota.