Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

Les résultats de l'enquête 2019 sur la promotion 2017
  • Diplômée et son étole rouge © Sciences PoDiplômée et son étole rouge © Sciences Po

L’enquête jeunes diplômés 2019 portant sur la promotion 2017 montre une accélération de l’insertion sur le marché du travail des diplômés de Sciences Po : 87% des diplômés trouvent un emploi en moins de six mois (83,6% pour la promotion 2016). Ce chiffre conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs. Plus nombreux dans un emploi stable (76%), ils sont aussi mieux rémunérés avec un salaire brut moyen annuel passant de 37k euros à 38,6k euros. Majoritairement, les diplômés 2017 sont très satisfaits de leur emploi comme le mesure le nouvel indicateur du bien-être au travail. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

L’enquête en 5 chiffres clés

  • 91 % des diplômés ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle sont en activité (le chiffre est stable par rapport à l’an passé)
  • 87 % ont trouvé leur premier emploi moins de 6 mois après l’obtention de leur diplôme (83,7 % dans l’enquête 2018)
  • 70 % travaillent dans le secteur privé (69 % dans l’enquête 2018)
  • 34 % débutent leur carrière hors de France (ce chiffre reste inchangé)
  • La rémunération brute annuelle moyenne (hors primes) s’élève à 38,6 K€ (37 K€ dans l’enquête 2018)

Des diplômés qui s’insèrent plus vite sur le marché du travail…

82 % des diplômés ont décidé d’entrer dans la vie professionnelle, un chiffre stable par rapport à la dernière enquête. 91 % d’entre eux sont en activité (en emploi, en stage, création d’activité ou élève fonctionnaire).

87% des diplômés en emploi ont trouvé un travail en moins de 6 mois (84 % dans l’enquête 2018), dont 44 % avant même d’obtenir leur diplôme (+ 5 points par rapport à la précédente promotion).

La part des emplois stables (CDI, fonctionnaire, fonctionnaire international, contractuel du service public) a augmenté par rapport à l’enquête 2018, passant de 72 à 76 %.

Des salaires qui progressent

La rémunération brute annuelle moyenne atteint 38 600 euros. Celle-ci est plus élevée que l’an passé (37 000 euros pour la promotion 2016). La rémunération moyenne reste plus élevée à l’étranger qu’en France avec un salaire brut moyen de 40 600 euros contre 37 400 euros dans l’enquête 2018. 

À 70% dans le privé

70% des diplômés en emploi travaillent dans le secteur privé (contre 69% dans l’enquête 2017) ; 10% rejoignent une organisation internationale ou travaillent au sein des institutions européennes (contre 9% en 2016) et 20% dans le secteur public (22% en 2016).

Des secteurs toujours aussi variés 

L’audit et le conseil (19%), le secteur public (15%) et la banque, finance et l’assurance (10%) restent les premiers choix des diplômés. Un nouveau secteur attractif émerge : la technologie, la data et l’informatique. Ce secteur attire désormais 4% des diplômés. 

Encore un tiers des emplois hors de France

Comme dans l’enquête 2018, 34% des répondants déclarent travailler hors de France. Les diplômés de Sciences Po travaillent dans 77 pays différents. Cette forte internationalisation est liée en partie aux étudiants internationaux retournant dans leur pays d’origine, mais elle concerne aussi les étudiants français qui sont 21% à trouver un premier emploi à l’international.

L’importance de l’expérience professionnelle préliminaire

Au cours de la recherche du premier emploi, les expériences professionnelles acquises avant le diplôme, - stage ou  contrat d’apprentissage -, deviennent des leviers de plus en plus décisifs. 40% de la promotion 2017 ont trouvé leur premier emploi par cette voie contre 30% pour la promotion 2016.

Et, la majorité des étudiants en apprentissage (59% d’entre eux) trouvent un emploi avant même l’obtention du diplôme contre 42% pour le reste des étudiants. Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po.

Les atouts des doubles diplômes et des programmes de master en un an

D’une façon générale, la situation des jeunes diplômés d’un double diplôme (17% de la promotion) s’avère similaire à celle de l’ensemble de la promotion avec une particularité significative : le choix d’un double diplôme s’avère plus rémunérateur (13% de plus sans les primes). Il est possible qu’il donne accès à des emplois mieux rémunérés à l’international.

Il en est de même pour les masters en un an, programmes proposés à de jeunes professionnels. Ceux-ci bénéficient d’une rémunération brute annuelle de 18% plus élevée que l’ensemble de la promotion 2017. Cela peut s’expliquer par leur expérience professionnelle antérieure. 

Des diplômés satisfaits de leur poste 

Pour la première fois, l’enquête mesure le bien-être des diplômés au travail. Et ceux-ci se disent à 86% satisfaits. Plus en détail, le taux de satisfaction s’élève à  77 % pour les conditions de travail, le lieu de travail et l’autonomie ; il est de 55 % pour la rémunération. Plus de 85 % des diplômés se disent “satisfaits” des relations avec leurs collègues.

L'édition 2019 de l'enquête d'insertion professionnelle a été réalisée par Sciences Po Carrières sous la supervision scientifique de Roberto Galbiati (Professeur en économie à Sciences Po et au CNRS) et avec le savoir-faire du Centre de données socio-politiques de Sciences Po (CDSP). La participation de la promotion représente 1 575 diplômés, soit un taux de réponse de 66 %.

En savoir plus

Tags :
Retour en haut de page