"Aucune catastrophe n'est totalement naturelle"

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Governing Disasters. Beyond Risk Culture qu’elle a co-dirigé avec Julien Langumier aux éditions Palgrave, nous avons rencontré Sandrine Revet. Anthropologue, chargée de recherches au CERI depuis 2009. Sandrine Revet a co-dirigé cet ouvrage collectif, publié en France en 2013 (Éditions Karthala). Elle revient sur la réalité et les enjeux de l’étude du gouvernement des catastrophes.

  • Comment expliquer simplement ce que recouvre la notion de gouvernement des catastrophes?

La notion du gouvernement des catastrophes vient d’un séminaire organisé avec Julien Langumier au CERI entre 2010 et 2012 : « Catastrophes, risques et sciences sociales ». Nous faisons le constat qu’il existe tout un tas de dispositifs qui se mettent en place après un désastre. On regarde à la fois comment ces dispositifs sont conçus, se déploient et comment les gens s’en emparent, les modifient, et sont affectés par ces nouvelles pratiques. Ce qui caractérise ce travail, c’est sa dimension empirique : tous les auteurs ont travaillé à partir d’enquêtes de terrain.

Le thème du gouvernement des catastrophes recouvre beaucoup de choses disparates, de l’ordre de la loi, du décret, du guide de bonnes pratiques, mais aussi de l’intime, de la mémoire. Et cela peut concerner de très nombreux acteurs : des victimes, des acteurs internationaux, des acteurs humanitaires, mais aussi les autorités locales.

  • Quelle est la spécificité de l’anthropologue dans l’étude des catastrophes par rapport à d’autres acteurs ?

J’étudie les catastrophes dans la longue durée. Dans le présent, mais aussi en regardant ses racines, son histoire. J’observe aussi la reconstruction. Les médias renvoient une image brutale d’une catastrophe. Ils sont là à chaud. Or il existe déjà une vulnérabilité en amont, qu’on ne perçoit pas. L’après aussi est invisible. En s’y intéressant de près, on se rend compte que les sociétés reprennent forme vite, mais les médias ne sont plus là pour le voir. Nous, on reste et c’est ce qui permet de nous démarquer.

Ma méthode c’est l’ethnographie. Cela fait 6 ans que je suis les acteurs du gouvernement des catastrophes à la fois dans les organisations internationales à Genève et dans leurs projets en Amérique latine. Je voyage avec eux. J’étudie leurs aspirations, l’évolution de leur vie quotidienne. Je regarde comment ils font circuler les outils et les idées. Les idées ont des jambes et des bras, elles se déploient. Moi, je les suis.

Je me concentre en particulier sur les acteurs internationaux, mais aussi sur les acteurs gouvernementaux et ceux des ONG. D’un point de vue différent que des politologues ou des sociologues, puisque je n’étudie pas la sociologie des organisations, ou l’efficacité des politiques publiques déployées. Ce qui m’intéresse c’est la manière dont ces dispositifs affectent les acteurs.

  • Quelles catastrophes en particulier vous intéressent ?

Je travaille sur les catastrophes dites « naturelles ». J’utilise des guillemets parce qu’aucune catastrophe n’est un phénomène purement naturel. Un désastre dont les origines sont naturelles survient toujours en relation avec des conditions sociales données.

Dans l’ouvrage « Le gouvernement des catastrophes » nous ne nous sommes pas cantonnés aux catastrophes dites « naturelles », mais avons tenté d’ouvrir le spectre des situations étudiées. Par exemple, nous avons travaillé sur un cas de catastrophe technologique (Seveso), sur une pandémie (le SRAS), ou encore sur les inondations du Rhône ou le Tsunami au Sri Lanka. Ce qui nous intéresse c’est comment les acteurs eux-mêmes définissent une catastrophe, pourquoi ils la définissent comme ça, et comment ils vont y répondre.

  • Votre ouvrage sur le "gouvernement des catastrophes" évoque beaucoup les difficultés du chercheur à trouver sa place juste après une catastrophe. Pourquoi ?

L’un des fils rouges du livre c’est la réflexivité, c’est-à-dire de réfléchir à comment la présence du chercheur sur le terrain peut impacter la recherche. Il est important d’inclure nos attentes, peurs, projections, et comment elles ont été bouleversées sur le terrain. C'est pourquoi nous avons demandé aux auteurs de l'ouvrage de prendre le temps de réfléchir à cela dans leurs textes.

C’est toujours difficile de trouver sa place au milieu d’une pléthore d’acteurs différents : humanitaires, politiques, médiatiques. Les gens voient débarquer tout un tas de personnes étrangères qui soudain s’intéressent à elles. Mais il faut savoir que je ne pars pas sur une catastrophe à chaud quand elle est en train de se dérouler. De plus, les acteurs que j’observe  actuellement sont ceux qui interviennent sur la catastrophe, et non ceux qui la subissent.

  • Comment vos recherches influencent-elles les acteurs publics lorsqu’ils ont à gérer une catastrophe ?

Nous nous adressons aux acteurs de la gouvernance des catastrophes : des étudiants dans l’humanitaire, des autorités locales, par exemple. Nos travaux peuvent agir comme un miroir pour eux. C’est une très bonne chose que notre ouvrage ait été traduit en anglais, grâce à un accord entre Karthala et Palgrave, parce cela nous permet de toucher des lecteurs dans le monde entier.

Cependant, les sciences sociales ne sont pas systématiquement reprises par les acteurs politiques, surtout à cause de la temporalité. Eux ont des demandes de réponses très rapides, alors que nous avons une temporalité de recherche beaucoup plus lente.

Il faut considérer la recherche comme un ensemble de travaux qui infusent les pratiques politiques, diplomatiques au fur et à mesure. Si on regarde depuis les années 70 comment le gouvernement des catastrophes se déploie, on voit une évolution du purement technique vers des dispositifs imprégnés par les sciences sociales. Cela nous pousse à être optimistes sur le long terme.

Propos recueillis par Laura Wocjik

Pour aller plus loin

Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Dès le 23 juillet, ils représenteront leurs équipes à Tokyo … mais aussi un peu Sciences Po ! Six athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2021 sont étudiants au sein du Certificat pour sportifs de haut niveau. Et pour la troisième occasion, le drapeau français sera porté par un alumnus de ce programme de Sciences Po : Stéphane Houdet sera l’un des porte-drapeaux de la délégation française, après Teddy Riner aux Jeux Olympiques et Michaël Jérémiasz aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016.

Lire la suite
Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

45 jours, 4 pays, 2500 kilomètres - et tout ça, à vélo : Angèle Paty, ancienne étudiante du programme Europe-Amérique du Nord sur le campus de Reims, s’est lancé un défi de taille. Après une troisième année à l’université Saint Andrews malheureusement amputée à cause de la crise sanitaire, elle monte le projet SAORSA - “liberté” en gaélique écossais. L’étudiante décide de retourner en Écosse en ralliant les îles Shetland depuis sa ville natale de Montpellier, toute seule, à la force de ses jambes. Nous avons pu lui poser quelques questions avant son départ.

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 27 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 21 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Pour sa première campagne se déroulant intégralement sur Parcoursup, Sciences Po a enregistré près de 12 000 candidatures issues de la voie générale, soit plus du double par rapport à 2020. Avec une sélectivité record, la campagne a attiré davantage de boursiers, issus de lycées beaucoup plus divers, sur l’ensemble du territoire. Premier bilan intermédiaire de cette campagne d’admission exceptionnelle. 

Lire la suite
Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po a obtenu le renouvellement du label Qualité Français langue étrangère avec la note maximale, celle des trois étoiles. Ce label reconnaît la qualité des formations en Français langue étrangère (FLE), le professionnalisme et l’implication des enseignants et des personnels, la qualité des procédures, ainsi que les conditions dans lesquelles sont accueillis les étudiants. 

Lire la suite
Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Des étudiants brillants, engagés et résilients : à l’issue de deux années de scolarité bousculées par la crise sanitaire, les promotions 2020 et 2021 se verront remettre leurs diplômes de fin de Master entre le 23 et le 30 juin 2021. Plus de 5000 nouveaux diplômés seront célébrés dans plusieurs cérémonies très attendues, organisées dans le meilleur respect des restrictions sanitaires et valorisant la participation de chacun. Qui sont les étudiants des promotions 2020 et 2021 ? Découvrez leurs profils.

Lire la suite
Natacha Valla :

Natacha Valla : "La transformation et la transition sont devenues les bases de la vie professionnelle"

L'École du management et de l'innovation (EMI) de Sciences Po a pour vocation de favoriser une "prospérité inclusive". De la finance aux industries créatives, des grandes multinationales aux start-ups en herbe, ses promotions forment les acteurs économiques de demain.

Sa Doyenne Natacha Valla nous présente les innovations, débouchés, profils, perspectives d’avenir et projets pédagogiques de l’École, dans un monde en constante mutation.

Lire la suite
Nouvelle direction de Sciences Po : la procédure de désignation est ouverte

Nouvelle direction de Sciences Po : la procédure de désignation est ouverte

La procédure de désignation de la nouvelle direction de Sciences Po a débuté le 9 juin 2021 avec la publication d’un appel public à candidatures au Journal Officiel et sur le site de l’institution. Le poste, qui porte à la fois sur les fonctions d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et de direction de l’Institut d’études politiques (IEP), sera exercé sur un mandat de 5 ans, renouvelable deux fois. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 31 août.

Lire la suite