“Au nom de la liberté scientifique” , Colloque en hommage à Fariba Abdelkhah

Les 23 et 24 septembre se tenait un Colloque organisé par le Comité de soutien à Fariba Adelkhah, le séminaire “Penser en pensant à elle” du CERI (Centre de Recherche Internationales) et le FASOPO (Fonds d’Analyse des Sociétés Politiques) avec le soutien de la Mairie de Paris, de l’Agence Française de Développement (AFD) et de Sciences Po sur la thématique : “liberté scientifique et risques du métier : la recherche comme profession”.

Un sujet actuel, crucial et passionnant : extraits.

Recherche, Université et Cité

Marie-Christine Lemardeley, adjointe à la Maire de Paris chargée de l’enseignement, de la recherche et de la vie étudiante a rappelé au public présent que la Mairie de Paris investissait dans la recherche scientifique en ayant à cœur d’en garantir la liberté absolue et de créer un lien de confiance entre la recherche, les Parisiennes et les Parisiens. Un privilège d’autant plus précieux quand on pense aux situations actuellement subies en Afghanistan, en Iran bien sûr mais aussi en Biélorussie comme cela sera évoqué plus tard lors de cet après-midi d’échanges.

Bénédicte Durand, directrice par intérim de Sciences Po, a rappelé la situation de Fariba arrêtée et détenue à la prison d’Evin depuis le 5 juin 2019, et depuis octobre 2020 assignée à résidence. “Comme le répète son comité de soutien, son combat pour la liberté scientifique est le nôtre” déclara-t-elle. Profitant de l’occasion donnée, elle a ensuite insisté sur l’urgence à “penser les libertés académiques pour mieux les défendre dans l’université comme dans la cité”. En effet, selon Bénédicte Durand, “une communauté de sciences sociales ne peut trouver le lieu de son indépendance et de sa liberté face à la violence”, d’où l’intérêt de se réunir aujourd’hui pour faire vivre les échanges sur cette question clef.

Thomas Melonio, directeur exécutif Innovations, recherche et savoirs à l’AFD a quant à lui mis en exergue l’exigence de rigueur scientifique, “les chercheurs, qui ont une mission de service public, doivent attester du sérieux, de la solidité de leurs résultats lorsqu’ils s’expriment dans les médias. La société française, mais on pourrait dire la même chose des sociétés de pays en développement, a besoin d’une parole scientifique libre, crédible et respectée à l’ère de la post-vérité”.

Recherche et libertés

Béatrice Hibou, organisatrice du colloque et pilier du Comité de soutien à Fariba, a quant à elle fait part de son inquiétude face aux conditions d’exercice actuel de la recherche. Elle a rappelé que “Faire science, c’est faire acte de distanciation, de dénaturalisation, de déplacement des limites de l’entendement, d’autonomie”, ce qui devait amener à “faire acte d’imagination et de création par la critique dans le respect de la rigueur et de la clarté dans les arguments “. 

Irene Bono, présidente du Fasopo, a surenchéri à ces propos : “dans le travail du chercheur, le risque n’est pas seulement lié à la conjoncture, il n’y a pas de risque absolu, si ce n’est dans les situations les plus graves - tout comme il n’y a pas de liberté absolue. L'un des défis intellectuels de nous autres chercheurs, réside dans la négociation continue de nos marges de liberté”.

Béatrice Hibou a complété son propos en expliquant que les sciences sociales se sont construites sur la capacité à se saisir des situations difficiles pour les dépasser. Elle a insisté sur l’importance de s’arrêter sur la situation de l’Afghanistan - où les talibans ciblent les universitaires - et aux portes de l’Europe où les chercheurs sont emprisonnés.

Pour Adam Baczko, chercheur au CERI et auteur de “La guerre par le droit. Les tribunaux Taliban en Afghanistan” , “être universitaire en Afghanistan constitue en soi une forme d’engagement politique. On est déjà dans une forme de contestation.” Selon lui il n’y a pas de libre exercice du travail universitaire sous le régime taliban, la seule issue est de fuir, ce qui a été demandé par beaucoup et accordé à peu.

Ioulia Shukan de l’Université Paris-Nanterre a dépeint la situation en Biélorussie, où seule la recherche étatique perdure, la recherche non étatique se trouvant marginalisée, sans latitude d’action. “Petit à petit, les universités en lien avec les pays étrangers ont été fermées, notamment le centre franco-biélorusse d’études européennes, une formation diplômante réalisée en partenariat avec l’université de Bordeaux et le MAE français” témoigne-t-elle. "Les chercheurs indépendants agissent sous radars, font l’objet d’arrestations arbitraires, sont obligés de s’exiler pour s’installer dans des pays limitrophes, s’interrogent sur la faisabilité même de leurs enquêtes au regard du risque de mettre en danger leurs sujets", décrit-elle.

Après ces illustrations du besoin tout spécifique de liberté pour l’exercice du métier de chercheur, il était plus que temps de laisser place au débat.

L'équipe éditoriale de Sciences Po

Abonnez-vous à nos newsletters !

En savoir plus : 

Écrire / Éditer : retour sur une co-écriture inédite entre Maylis de Kerangal et ses élèves

Écrire / Éditer : retour sur une co-écriture inédite entre Maylis de Kerangal et ses élèves

Alors qu’elle est titulaire de la Chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po à l’automne 2020, Maylis de Kerangal a partagé, en plein confinement, une expérience inédite de co-écriture avec les étudiantes et étudiants de ses ateliers d'écriture. Ils se sont enfin retrouvés, un an plus tard, autour de leur ouvrage commun, imprimé depuis par les Presses de Sciences Po.

Lire la suite
Luiz Inácio Lula da Silva : investir dans le Brésil de demain

Luiz Inácio Lula da Silva : investir dans le Brésil de demain

C’est une foule pleine d’enthousiasme qui attendait l’arrivée de Luiz Inácio Lula da Silva (plus connu sous le nom de « Lula ») à Sciences Po mardi 16 novembre 2021. Des étudiants, mais aussi des représentants de l’ONU et des diplomates étaient rassemblés pour écouter l’intervention de l'ancien président de la République fédérative du Brésil sur le sujet « Quelle place pour le Brésil dans le monde de demain ? »

Lire la suite
Bienvenue à Mathias Vicherat nommé directeur de l'IEP et administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques

Bienvenue à Mathias Vicherat nommé directeur de l'IEP et administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques

Faisant suite à la publication conjointe, le 20 novembre 2021, du décret du Président de la République confirmant la nomination de Mathias Vicherat en tant que directeur de l’IEP et de l’arrêté de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation qui entérine sa nomination en tant qu’administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques, notre nouveau directeur prend ses fonctions lundi 22 novembre 2021

Lire la suite
Comprendre le cybersexisme pour mieux le prévenir : conférence et remise de prix

Comprendre le cybersexisme pour mieux le prévenir : conférence et remise de prix

Dans la continuité du nouveau dispositif de lutte contre les violences sexistes et sexuelles (VSS) mis en place à la rentrée universitaire 2021 à Sciences Po et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, notre institution lance, le 25 novembre 2021, un cycle de trois conférences pour aller plus loin dans la lutte contre les VSS.

Zoom sur le premier opus : comprendre le cybersexisme pour mieux le prévenir.

Lire la suite
Candidats : tout savoir sur les admissions en bachelor par la voie d'accès internationale pour la rentrée 2022

Candidats : tout savoir sur les admissions en bachelor par la voie d'accès internationale pour la rentrée 2022

Vous préparez un diplôme d’études secondaires étranger et souhaitez vous porter candidat au Bachelor de Sciences Po pour la rentrée 2022 ?  La voie d’accès internationale est ouverte depuis le 4 novembre ! Cette voie d’accès s’adresse uniquement aux lycéens préparant un diplôme d’études secondaires étranger. Modalités, calendriers, nouveautés  : retrouvez tout ce qu’il faut savoir sur nos procédures d’admission et les dernières informations.

Lire la suite
Retour sur la 6e édition de la conférence internationale sur les études humanitaires

Retour sur la 6e édition de la conférence internationale sur les études humanitaires

Du 3 au 5 novembre 2021 se tenait la 6e édition de l’International Humanitarian Studies Association Conference (IHSA), un événement qui aura réuni près de trois cents auditeurs et intervenants venus des quatre coins du monde pour réfléchir ensemble sur les nouvelles réalités de la politique vis à vis de l’humanitaire : entre solidarité affichée et abandon ressenti dans le nouveau contexte de crise humanitaire et sanitaire liée à l’épidémie de COVID-19. Chaque année, l’IHSA s’associe à un partenaire académique et pour l’édition 2021 c’est Sciences Po Paris qui a reçu l’honneur de ce partenariat. Retour sur cet événement d’ampleur.

Lire la suite
Félicitations aux diplômés du Certificat professionnel en sciences humaines et sociales pour jeunes réfugiés

Félicitations aux diplômés du Certificat professionnel en sciences humaines et sociales pour jeunes réfugiés

Forte de son expérience en matière d’accueil d’étudiants réfugiés depuis 2016, Sciences Po avait souhaité pérenniser son action en franchissant une étape supplémentaire en septembre 2018. En proposant à de jeunes réfugiés et demandeurs d’asile de suivre un programme de deux ans à temps plein menant à un Certificat professionnel en sciences humaines et sociales, l’institution ouvrait la voie des possibles pour de nombreux étudiantes et étudiants dont les deux premières promotions viennent de recevoir leur diplôme de fin d’études.

Lire la suite
La cyberdiplomatie avec Brad Smith : La souveraineté technologique dans un monde globalisé

La cyberdiplomatie avec Brad Smith : La souveraineté technologique dans un monde globalisé

« J’ai l’impression que c'était qu'hier que j’étais assis à votre place en train de réfléchir à ce que j’allais faire du reste de ma vie. » C’est par ces mots que Brad Smith, vice-président et président de Microsoft, a commencé sa conférence sur "Cyber Diplomacy: Critical Challenges in Cybersecurity and Digital Sovereignty", mercredi 10 novembre 2021. En jetant un regard sur l’audience composée d'étudiantes et étudiants suspendus aux questions qui allaient être soulevées, Brad Smith a choisi de structurer son intervention  autour de trois axes : la souveraineté numérique et son évolution, la cybersécurité et la cyberdiplomatie.

Lire la suite