Une semaine au coeur de la “Deep Tech”

Chaque année, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po finance une Learning Expedition. Véritable voyage d’apprentissage, ce séjour en immersion permet de faire découvrir à des étudiants ce qui se fait de mieux en innovation technologique et en entrepreneuriat. Cette année, les 12 étudiants de la Learning Expedition 2018-2019 sont partis à Boston, à la rencontre de la “Deep Tech”. Chercheurs au M.I.T., étudiants à Harvard, investisseurs… Près d’une trentaine de personnalités ont répondu à leurs questions. Anthony et Aminata ont participé à ce voyage ; ils nous racontent tout.

L'objet principal de cette Learning Expedition était cette année la “Deep Tech”. De quoi s’agit-il ?

Aminata Kone : La "Deep Tech", ce sont les inventions technologiques issues de la recherche scientifique fondamentale qui tentent de traiter les grands défis contemporains tels que le changement climatique, l'aménagement des villes, la protection des données... Au cours de cette Learning Expedition, nous avons abordé les technologies de la biotech, de la blockchain, de l'IoT (les objets connectés), ou encore l'intelligence artificielle...

Anthony Tastet : La “Deep Tech”, c’est un véritable bond dans le futur ! Des moyens faramineux sont mis sur des thématiques de recherche qui nous semblent plus folles que nos rêves : la vie dans l'espace, le pacemaker auto-rechargeable, etc.

En quoi ce séjour était-il intéressant pour vous ? Qu’en retirez-vous ?

AT : L'innovation est au coeur de mon parcours. En parallèle de mon cursus en master Finance & stratégie à Sciences Po, je suis une formation en informatique et développement à l’École 42.J’ai fait un stage de Business Analyst chez Stootie et dans un fonds de Venture Capital de Bpifrance. Découvrir Boston était donc une opportunité unique de comprendre et de s'inspirer de ce qu'il se fait de mieux dans ce domaine ! Nous avons visité des lieux à la pointe de l’innovation : le MIT MediaLab, le Martin Trust Center, le Senseable City Lab… On revient de ce voyage avec des idées plein la tête ! L’envie d'entreprendre, de créer, de résoudre, a été présente à chaque rencontre.

AK : Hormis mon fort intérêt pour les sujets liés à la Deep Tech, le format de la Learning Expedition m'a attirée. Rencontrer et échanger librement avec des chercheurs, des entrepreneurs, des investisseurs immergés dans ces sujets tous les jours, c'est un format d'apprentissage unique ! D’ailleurs, il y avait des domaines – l’exploration de l’espace, la biotech, notamment – auxquels je ne connaissais rien et que je considérais très éloignés de mes études. Or, à Boston, j’ai adoré l’introduction scientifique à ces sujets mais aussi, et surtout, les discussions vives sur des questions éthiques, sociétales et politiques connexes ! Ce séjour a confirmé l’importance d’échanger sur des sujets de la Deep Tech avec des personnes aux perspectives complémentaires et différentes.

Comment vous projetez-vous dans l'avenir ? Où aimeriez-vous en être dans 2, 5, ou 10 ans ?

AT : Aujourd'hui je suis en stage chez Bpifrance dans un fonds d'investissement (Large Venture) qui investit dans les startups numériques, les greentechs et les biotechs. Dans un avenir proche, je compte travailler dans le domaine du financement, probablement en Venture Capital. Je vois ces expériences comme des outils pour me permettre à moyen terme de créer mon propre projet. La Learning Expedition m’a permis de me conforter dans ce choix, les personnes rencontrées nous ont toutes transmises cette passion et cette envie de faire avancer différentes problématiques par l'entrepreneuriat qu'il soit académique ou privé.

AK : Je suis à l’École des affaires internationales de Sciences Po, en master Sécurité internationale, mais je m’intéresse beaucoup au secteur de l'énergie qui est l'une de mes "concentrations". La réforme du marché de l'électricité face à la décarbonisation, la décentralisation et la digitalisation du secteur est un sujet qui me passionne. La Learning Expedition s'inscrivait donc très bien dans cet intérêt pour l'innovation dans le secteur de l'énergie. Dans quelques années, j’espère que je travaillerai sur ces thématiques, avec un focus toujours plus important sur la transition énergétique.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux aspirants à la Learning Expedition 2020 ?

AK : Postulez sans hésiter, même sans aucune expertise technologique ! Il suffit d’avoir une ouverture d’esprit et une envie d’utiliser ses compétences dans un contexte d’apprentissage convivial.  Et le désir d’interroger des experts sans hésiter à challenger leurs points de vue !

AT : De foncer ! La Learning Expedition est une opportunité unique de rencontrer des gens, d’avoir des idées pour entreprendre et elle permet également de comprendre comment une ville ou une région devient un hub d'innovation.

Les candidatures pour la prochaine Learning Expedition (financée par le Centre pour l’Entrepreneuriat) sont ouvertes jusqu’au 18 avril. Destination : Tel Aviv !

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters

Un hackathon pour lutter contre la pandémie

Un hackathon pour lutter contre la pandémie

Simonas Žilinskas est étudiant en deuxième année sur le campus de Dijon (programme Europe centrale et orientale). Lorsque l’épidémie de Covid-19 a commencé, il est rentré dans sa Lituanie natale et a cherché à s’impliquer dans la lutte contre le virus. Déjà rôdé à l’exercice du hackathon, grâce à son expérience dans le monde des startups lituaniennes, il a rejoint l’équipe de pilotage de Hack the Crisis, un hackathon en ligne qui s’est déroulé du 20 au 22 mars 2020, avec le but de trouver des solutions innovantes à la crise. Il raconte. 

Lire la suite
Covid-19 : Ce qui change pour les candidats

Covid-19 : Ce qui change pour les candidats

Dernière mise à jour : 03/04/20 - Vous êtes candidat à Sciences Po pour la rentrée 2020 ? Nos procédures d’admission suivent leur cours, mais s’adaptent au contexte de crise sanitaire. Retrouvez ci-dessous le nouveau calendrier et les nouvelles modalités pour chacune des procédures.

Lire la suite
“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant

“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant"

Les décisions prises dans l’urgence par les institutions économiques nationales et européennes seront-elles suffisantes pour amortir le choc de la crise économique, conséquence inévitable de la pandémie du Covid-19 ? Analyse par Xavier Ragot, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui évoque aussi la nécessité de repenser, à l'issue de cet épisode tragique, les liens entre économie, société et environnement.  

Lire la suite
Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

14 000 étudiants issus du monde entier et sur tous les continents, 700 cours par jour : le passage en ligne imposé par la crise sanitaire a constitué un défi inédit pour Sciences Po. C’est aussi l’opportunité d’inventer de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner. Bénédicte Durand, Directrice de la formation, raconte l’énergie déployée par toutes les communautés dans cette aventure qui transformera durablement Sciences Po.  

Lire la suite

"Menton Livraison" : des étudiants s'engagent pendant la crise

Au début du mois de mars 2020, alors qu’une grande partie de la France vit encore dans l’insouciance, Tommaso Campomagnani, Nolwenn Menard, Joseph Moussa et Mathilde de Solages, étudiants en première année sur le Campus de Menton, anticipent la possibilité d’un confinement. Dans cette ville où un tiers de la population a plus de soixante ans, ils créent la plateforme Menton Livraison, qui garantit la livraison de produits de première nécessité par des bénévoles pour les personnes à risque. Mathilde et Nolwenn nous racontent cette aventure collective, faite de difficultés administratives et de belles rencontres.

Lire la suite
Avec Bertrand Badie, un

Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

Lire la suite
La compétition des propagations

La compétition des propagations

"Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations"

Par Dominique Boullier (Professeur des universités en sociologie, CEE, Sciences Po) - Lorsqu’une crise sanitaire advient, ce ne sont pas seulement les virus qui se propagent avec leurs propres mécanismes. C’est aussi chaque société qui fait émerger tout son potentiel viral, selon un fonctionnement social tout à fait ordinaire que Tarde avait pensé sous le terme d’imitation à la fin du XIXe siècle. Car les messages d’alerte ou de soutien sur les réseaux sociaux, les bonnes pratiques, les peurs, les fake news, tout se diffuse selon un modèle de viralité.

Lire la suite
Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), était incarcéré en Iran depuis le début du mois de juin 2019. Il a été libéré le 20 mars 2020 et a pu rentrer dès le 21 mars à Paris, où il a retrouvé ses proches. Sa collègue et compagne Fariba Adelkhah est, quant à elle, toujours détenue dans la prison d’Evin, au Nord de Téhéran. 

Lire la suite
L'urgence : une longue histoire

L'urgence : une longue histoire

Le nombre de consultations des services d'urgence a doublé entre 1996 et 2017, passant de 10 à 20 millions...et la crise sanitaire en cours face à l'épidémie de coronavirus devrait faire exploser les prochaines statistiques. Et pourtant, nous avons tous oublié que ces services n’ont pas toujours existé. Comment sont-ils nés ? Pourquoi et comment se sont-ils développés ? L'historien Charles-Antoine Wanecq (Centre d'histoire de Sciences Po) s'est penché sur l'histoire de l'urgence, à qui la nation doit et devra encore tant de vies. 

Lire la suite