La transition numérique est une révolution politique

Du 7 au 9 décembre se tient à Paris le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). Présidé par la France, ce sommet mondial vise à promouvoir la transparence de l’action publique et l’innovation démocratique en exploitant les possibilités offertes par les outils numériques. Près de 80 pays y sont représentés : membres de de gouvernements, acteurs de la société civile dont l'École d’affaires publiques de Sciences Po. Entretien avec Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques et chercheur au Département d'économie, qui a fait des questions de data et de bien public l’un des fers de lance de ses travaux.

Quelle est l’implication de l'École d’affaires publiques dans le Partenariat pour un gouvernement ouvert qui se tient en ce moment à Paris ?

L'École d’affaires publiques est partenaire officiel de cet événement. Passionnés par l’innovation démocratique, les politiques d’Open Data et d’Open Government, 30 étudiants contribuent au bon déroulement du sommet et vont à cette occasion découvrir les coulisses d'un événement international. Ils assurent la mise en relation entre les intervenants et animeront certaines sessions. Nous avons également annoncé notre initiative d’innovation démocratique #Inventons2017. Il s’agit d’un projet pédagogique et participatif ambitieux : les étudiants de l'École d’affaires publiques sont chargés de co-construire avec la jeunesse française un manifeste pour la présidentielle. Enfin, pour ma part, je participerai lors du PGO à plusieurs tables rondes, notamment sur les comparaisons des politiques d’Open Gov entre la France et les autres pays.

En quoi le PGO et ses initiatives pour la transparence publique vous intéressent-ils en tant qu’économiste ?

Cette initiative me passionne en premier lieu comme citoyen ! C’est un formidable mouvement d’espoir où toutes les communautés du monde entier repensent les transformations de l’action publique et co-construisent des solutions aux crises de nos démocraties et modes de gouvernance traditionnels. Mais cela me passionne également en tant que chercheur ! Une partie de ma recherche porte sur le bien-être et le progrès social dans le cadre de mon ERC et du groupe d’experts de l’OCDE sur les nouvelles mesures du bien-être. Une plus grande transparence des institutions, de la fiscalité à l’accès à l’éducation, est essentielle pour rétablir la confiance des citoyens envers leurs institutions, réconcilier les citoyens et les experts dans un contexte de montée du populisme et de crise de la représentation démocratique traditionnelle. L’innovation démocratique est essentielle au bien-être : une même politique peut avoir des effets très différents sur la satisfaction des citoyens selon leur degré de participation à sa conception et sa mise en œuvre.

Comment les outils numériques peuvent-ils réconcilier les citoyens avec la politique ?

La révolution numérique n’est pas qu’une révolution technologique et économique. C’est une révolution du politique et de la citoyenneté. Cette révolution fait évoluer le rôle de l’État vers une action publique 3.0 co-construite entre les citoyens et les services publics sur des plateformes, d’où le qualificatif d’”État plateforme”. Le levier fondamental de cette transformation repose sur la capacité des plateformes à collecter des données et à les exploiter pour offrir de nouveaux services aux utilisateurs dans des conditions radicalement différentes, impliquant une co-production avec les usagers et les entreprises. Ainsi, la municipalité de Boston propose aux automobilistes équipés de smartphones d’y installer une application permettant d’identifier et de géolocaliser les nids-de-poule lors de leurs déplacements, et d’envoyer l’information aux services municipaux qui économisent ainsi les coûts de détection des endroits à réparer. La mise à disposition des données ouvertes au plus grand nombre, citoyens et entreprises, peut être source de progrès social, d’innovation et de croissance. Mais cette révolution de l’État plateforme est aussi source de nombreux défis. Comment préserver la protection des données et s’assurer que leur utilisation aille dans le sens de l’intérêt général ? Comment redéfinir le contrat entre les citoyens et l’État ? Il existe un manque cruel de réflexion sur l’évolution des institutions face aux transformations économiques et sociales à l’ère du numérique. Lorsque les institutions sont en retard sur les bouleversements des sociétés, ne les accompagnent dans le sens du bien commun, nous entrons dans des périodes révolutionnaires. Le sommet sur le gouvernement ouvert offre un lieu vivant de réflexions et d’actions pour répondre à ces interrogations.

L’idée d’accentuer la transparence de l’action publique et d’impliquer la société civile est-elle une idée structurante de votre offre pédagogique ?

C’est dans l’ADN de l’École d’affaires publiques ! De nombreux cours sur le gouvernement ouvert, les nouvelles formes d’action publique, et les relations entre éthique, numérique et affaires publiques sont proposés à nos étudiants. Mais nous offrons aussi une pédagogie innovante qui amène les étudiants à co-construire des solutions avec la société civile, les administrations et les entreprises à partir d’études de cas, de simulations et d’actions d’incubation. L’innovation démocratique est au cœur de ces projets pédagogiques. L’initiative #Inventons2017 en est une parfaite illustration. Les étudiants travaillent sur une plateforme de propositions citoyennes qui permet de crowdsourcer les mesures les plus engageantes des jeunes partout en France avec l’aide de Facebook, Make.org et Les Echos Start. Accompagnés de la communauté académique de Sciences Po, les étudiants vont ensuite formuler aux côtés des jeunes électeurs des programmes d’action publique concrets. L’EAP a par ailleurs créé un incubateur des politiques publiques : les étudiants sont amenés à travailler avec les citoyens, les administrations (Ville de Paris, collectivités et régions…) et les entreprises (Facebook, Axa…) pour trouver des solutions concrètes aux principales préoccupations des citoyens dans des domaines aussi divers que l’accès aux services publics, le logement, le développement durable, l’éducation ou l’emploi. Les étudiants sont par exemple amenés à développer des prototypes numériques avec l’aide de designers et de codeurs qui pourront donner lieu à l’émergence de start-ups d’État !

En savoir plus :

Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Écrivain titulaire de la chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po, Kamel Daoud a donné ce 16 avril 2019 une conférence exceptionnelle sur la situation en Algérie. Avec une université aujourd’hui au coeur de la transition qui se joue dans le pays, l'écrivain a rendu hommage aux étudiants algériens.

Lire la suite

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Par Rawane Yasser (Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes). Selon le dernier rapport du Forum économique mondial, l’Islande – suivi par le reste des pays nordiques – serait la société la plus égalitaire en Europe, et au monde. Mais les autres pays européens – y compris au sein de l’Union européenne – restent à la traîne. En effet si les écarts entre hommes et femmes dans les pays de l’OCDE ont diminué pendant les 50 dernières années, les inégalités persistent dans tous les domaines de la vie sociale et économique. De façon plus générale, à ce rythme il faudra attendre 108 ans pour que l’écart entre les genres se résorbe dans le monde. Quels sont les leviers sur lesquels les pouvoirs publics européens peuvent s’appuyer ?

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite

"Notre but est de créer des liens"

Écolo, autogérée et militante, PAVéS est l’une des associations les plus engagées sur les questions de transition climatique à Sciences Po. Mais c’est aussi un lieu bien connu des étudiants avec CAFéS, sa cafétéria éthique et solidaire gérée de manière autonome par les étudiants du campus parisien. Rencontre avec deux de ses membres, Ilytie Piroit et Clémentine Sainclair, autour d’un café bio. 

Lire la suite
Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Présent à Poitiers depuis 2001, le Collège universitaire de Sciences Po était à l’étroit dans ses locaux de l’hôtel Chaboureau : avec une croissance continue des effectifs, l’attractivité du programme latino-américain du premier cycle rendait un déménagement nécessaire. C’est chose faite depuis septembre 2018 au sein d’un nouveau site construit au XVIIIe siècle et réinventé pour le XXIe siècle. Visite guidée à l’occasion de l’inauguration officielle qui a lieu mercredi 10 avril.

Lire la suite
Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez été déclaré admissible à un master de Sciences Po. Il vous reste à réussir l’entretien oral pour intégrer l’une de nos sept écoles. Les épreuves d’admission se déroulent du 23 avril au 10 mai 2019. Elle peuvent parfois générer du stress car vous vous posez encore des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. Restez serein et gardez confiance en vous ! Voici nos derniers conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer la procédure par examen pour être admis à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
L’Europe : entre désir et nécessité

L’Europe : entre désir et nécessité

Ancienne conseillère du président de la Commission européenne et députée depuis 10 ans, Sylvie Goulard est une europhile convaincue. Ce 3 avril 2019, elle était à Sciences Po dans le cadre du festival Italissimo pour une conférence exceptionnelle : “L’Europe, quitte ou double ?”, aux côtés de Alessandro Campi, politologue et enseignant à l’université de Pérouse. Souvent réduite à des enjeux de dérive technocratique et de rigueur budgétaire, l’Europe peut-elle davantage donner envie à ses citoyens de s’y intéresser ? Si oui, comment ?  Éléments de réponses en vidéo.

Lire la suite
Européennes : un mode de scrutin pas si innocent

Européennes : un mode de scrutin pas si innocent

Par Bruno Cautrès (CEVIPOF). Les règles de base qui organisent un scrutin jouent un rôle essentiel du point de vue de la question démocratique qui sous-tend toute élection : de qui et de quoi les élus du peuple seront-ils les représentants ? Cette vieille question continue de susciter des débats politiques et institutionnels passionnés tant s’affrontent autour de cette question (faussement simple) des conceptions et idéaux démocratiques parfois opposés. « Majoritaristes » et « proportionnalites », tenants de la représentation « nationale » et de la représentation « populaire » continuent de s’opposer, malgré la recherche permanente de modalités d’organisation des élections combinant les atouts de ces différentes conceptions.
Lire la suite