La transition numérique est une révolution politique

Du 7 au 9 décembre se tient à Paris le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). Présidé par la France, ce sommet mondial vise à promouvoir la transparence de l’action publique et l’innovation démocratique en exploitant les possibilités offertes par les outils numériques. Près de 80 pays y sont représentés : membres de de gouvernements, acteurs de la société civile dont l'École d’affaires publiques de Sciences Po. Entretien avec Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques et chercheur au Département d'économie, qui a fait des questions de data et de bien public l’un des fers de lance de ses travaux.

Quelle est l’implication de l'École d’affaires publiques dans le Partenariat pour un gouvernement ouvert qui se tient en ce moment à Paris ?

L'École d’affaires publiques est partenaire officiel de cet événement. Passionnés par l’innovation démocratique, les politiques d’Open Data et d’Open Government, 30 étudiants contribuent au bon déroulement du sommet et vont à cette occasion découvrir les coulisses d'un événement international. Ils assurent la mise en relation entre les intervenants et animeront certaines sessions. Nous avons également annoncé notre initiative d’innovation démocratique #Inventons2017. Il s’agit d’un projet pédagogique et participatif ambitieux : les étudiants de l'École d’affaires publiques sont chargés de co-construire avec la jeunesse française un manifeste pour la présidentielle. Enfin, pour ma part, je participerai lors du PGO à plusieurs tables rondes, notamment sur les comparaisons des politiques d’Open Gov entre la France et les autres pays.

En quoi le PGO et ses initiatives pour la transparence publique vous intéressent-ils en tant qu’économiste ?

Cette initiative me passionne en premier lieu comme citoyen ! C’est un formidable mouvement d’espoir où toutes les communautés du monde entier repensent les transformations de l’action publique et co-construisent des solutions aux crises de nos démocraties et modes de gouvernance traditionnels. Mais cela me passionne également en tant que chercheur ! Une partie de ma recherche porte sur le bien-être et le progrès social dans le cadre de mon ERC et du groupe d’experts de l’OCDE sur les nouvelles mesures du bien-être. Une plus grande transparence des institutions, de la fiscalité à l’accès à l’éducation, est essentielle pour rétablir la confiance des citoyens envers leurs institutions, réconcilier les citoyens et les experts dans un contexte de montée du populisme et de crise de la représentation démocratique traditionnelle. L’innovation démocratique est essentielle au bien-être : une même politique peut avoir des effets très différents sur la satisfaction des citoyens selon leur degré de participation à sa conception et sa mise en œuvre.

Comment les outils numériques peuvent-ils réconcilier les citoyens avec la politique ?

La révolution numérique n’est pas qu’une révolution technologique et économique. C’est une révolution du politique et de la citoyenneté. Cette révolution fait évoluer le rôle de l’État vers une action publique 3.0 co-construite entre les citoyens et les services publics sur des plateformes, d’où le qualificatif d’”État plateforme”. Le levier fondamental de cette transformation repose sur la capacité des plateformes à collecter des données et à les exploiter pour offrir de nouveaux services aux utilisateurs dans des conditions radicalement différentes, impliquant une co-production avec les usagers et les entreprises. Ainsi, la municipalité de Boston propose aux automobilistes équipés de smartphones d’y installer une application permettant d’identifier et de géolocaliser les nids-de-poule lors de leurs déplacements, et d’envoyer l’information aux services municipaux qui économisent ainsi les coûts de détection des endroits à réparer. La mise à disposition des données ouvertes au plus grand nombre, citoyens et entreprises, peut être source de progrès social, d’innovation et de croissance. Mais cette révolution de l’État plateforme est aussi source de nombreux défis. Comment préserver la protection des données et s’assurer que leur utilisation aille dans le sens de l’intérêt général ? Comment redéfinir le contrat entre les citoyens et l’État ? Il existe un manque cruel de réflexion sur l’évolution des institutions face aux transformations économiques et sociales à l’ère du numérique. Lorsque les institutions sont en retard sur les bouleversements des sociétés, ne les accompagnent dans le sens du bien commun, nous entrons dans des périodes révolutionnaires. Le sommet sur le gouvernement ouvert offre un lieu vivant de réflexions et d’actions pour répondre à ces interrogations.

L’idée d’accentuer la transparence de l’action publique et d’impliquer la société civile est-elle une idée structurante de votre offre pédagogique ?

C’est dans l’ADN de l’École d’affaires publiques ! De nombreux cours sur le gouvernement ouvert, les nouvelles formes d’action publique, et les relations entre éthique, numérique et affaires publiques sont proposés à nos étudiants. Mais nous offrons aussi une pédagogie innovante qui amène les étudiants à co-construire des solutions avec la société civile, les administrations et les entreprises à partir d’études de cas, de simulations et d’actions d’incubation. L’innovation démocratique est au cœur de ces projets pédagogiques. L’initiative #Inventons2017 en est une parfaite illustration. Les étudiants travaillent sur une plateforme de propositions citoyennes qui permet de crowdsourcer les mesures les plus engageantes des jeunes partout en France avec l’aide de Facebook, Make.org et Les Echos Start. Accompagnés de la communauté académique de Sciences Po, les étudiants vont ensuite formuler aux côtés des jeunes électeurs des programmes d’action publique concrets. L’EAP a par ailleurs créé un incubateur des politiques publiques : les étudiants sont amenés à travailler avec les citoyens, les administrations (Ville de Paris, collectivités et régions…) et les entreprises (Facebook, Axa…) pour trouver des solutions concrètes aux principales préoccupations des citoyens dans des domaines aussi divers que l’accès aux services publics, le logement, le développement durable, l’éducation ou l’emploi. Les étudiants sont par exemple amenés à développer des prototypes numériques avec l’aide de designers et de codeurs qui pourront donner lieu à l’émergence de start-ups d’État !

En savoir plus :

L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Le programme de la rentrée

Le programme de la rentrée

Alors que de nombreux étudiants profitent encore de leurs derniers jours de vacances, les élèves de Sciences Po feront leur rentrée dès la fin du mois d’août ! Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles : celles de chaque campus du Collège universitaire (1er cycle) et celles de nos 7 écoles de second cycle. Retrouvez ci-dessous le programme complet. 

Lire la suite
"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite