La transition numérique est une révolution politique

Du 7 au 9 décembre se tient à Paris le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). Présidé par la France, ce sommet mondial vise à promouvoir la transparence de l’action publique et l’innovation démocratique en exploitant les possibilités offertes par les outils numériques. Près de 80 pays y sont représentés : membres de de gouvernements, acteurs de la société civile dont l'École d’affaires publiques de Sciences Po. Entretien avec Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques et chercheur au Département d'économie, qui a fait des questions de data et de bien public l’un des fers de lance de ses travaux.

Quelle est l’implication de l'École d’affaires publiques dans le Partenariat pour un gouvernement ouvert qui se tient en ce moment à Paris ?

L'École d’affaires publiques est partenaire officiel de cet événement. Passionnés par l’innovation démocratique, les politiques d’Open Data et d’Open Government, 30 étudiants contribuent au bon déroulement du sommet et vont à cette occasion découvrir les coulisses d'un événement international. Ils assurent la mise en relation entre les intervenants et animeront certaines sessions. Nous avons également annoncé notre initiative d’innovation démocratique #Inventons2017. Il s’agit d’un projet pédagogique et participatif ambitieux : les étudiants de l'École d’affaires publiques sont chargés de co-construire avec la jeunesse française un manifeste pour la présidentielle. Enfin, pour ma part, je participerai lors du PGO à plusieurs tables rondes, notamment sur les comparaisons des politiques d’Open Gov entre la France et les autres pays.

En quoi le PGO et ses initiatives pour la transparence publique vous intéressent-ils en tant qu’économiste ?

Cette initiative me passionne en premier lieu comme citoyen ! C’est un formidable mouvement d’espoir où toutes les communautés du monde entier repensent les transformations de l’action publique et co-construisent des solutions aux crises de nos démocraties et modes de gouvernance traditionnels. Mais cela me passionne également en tant que chercheur ! Une partie de ma recherche porte sur le bien-être et le progrès social dans le cadre de mon ERC et du groupe d’experts de l’OCDE sur les nouvelles mesures du bien-être. Une plus grande transparence des institutions, de la fiscalité à l’accès à l’éducation, est essentielle pour rétablir la confiance des citoyens envers leurs institutions, réconcilier les citoyens et les experts dans un contexte de montée du populisme et de crise de la représentation démocratique traditionnelle. L’innovation démocratique est essentielle au bien-être : une même politique peut avoir des effets très différents sur la satisfaction des citoyens selon leur degré de participation à sa conception et sa mise en œuvre.

Comment les outils numériques peuvent-ils réconcilier les citoyens avec la politique ?

La révolution numérique n’est pas qu’une révolution technologique et économique. C’est une révolution du politique et de la citoyenneté. Cette révolution fait évoluer le rôle de l’État vers une action publique 3.0 co-construite entre les citoyens et les services publics sur des plateformes, d’où le qualificatif d’”État plateforme”. Le levier fondamental de cette transformation repose sur la capacité des plateformes à collecter des données et à les exploiter pour offrir de nouveaux services aux utilisateurs dans des conditions radicalement différentes, impliquant une co-production avec les usagers et les entreprises. Ainsi, la municipalité de Boston propose aux automobilistes équipés de smartphones d’y installer une application permettant d’identifier et de géolocaliser les nids-de-poule lors de leurs déplacements, et d’envoyer l’information aux services municipaux qui économisent ainsi les coûts de détection des endroits à réparer. La mise à disposition des données ouvertes au plus grand nombre, citoyens et entreprises, peut être source de progrès social, d’innovation et de croissance. Mais cette révolution de l’État plateforme est aussi source de nombreux défis. Comment préserver la protection des données et s’assurer que leur utilisation aille dans le sens de l’intérêt général ? Comment redéfinir le contrat entre les citoyens et l’État ? Il existe un manque cruel de réflexion sur l’évolution des institutions face aux transformations économiques et sociales à l’ère du numérique. Lorsque les institutions sont en retard sur les bouleversements des sociétés, ne les accompagnent dans le sens du bien commun, nous entrons dans des périodes révolutionnaires. Le sommet sur le gouvernement ouvert offre un lieu vivant de réflexions et d’actions pour répondre à ces interrogations.

L’idée d’accentuer la transparence de l’action publique et d’impliquer la société civile est-elle une idée structurante de votre offre pédagogique ?

C’est dans l’ADN de l’École d’affaires publiques ! De nombreux cours sur le gouvernement ouvert, les nouvelles formes d’action publique, et les relations entre éthique, numérique et affaires publiques sont proposés à nos étudiants. Mais nous offrons aussi une pédagogie innovante qui amène les étudiants à co-construire des solutions avec la société civile, les administrations et les entreprises à partir d’études de cas, de simulations et d’actions d’incubation. L’innovation démocratique est au cœur de ces projets pédagogiques. L’initiative #Inventons2017 en est une parfaite illustration. Les étudiants travaillent sur une plateforme de propositions citoyennes qui permet de crowdsourcer les mesures les plus engageantes des jeunes partout en France avec l’aide de Facebook, Make.org et Les Echos Start. Accompagnés de la communauté académique de Sciences Po, les étudiants vont ensuite formuler aux côtés des jeunes électeurs des programmes d’action publique concrets. L’EAP a par ailleurs créé un incubateur des politiques publiques : les étudiants sont amenés à travailler avec les citoyens, les administrations (Ville de Paris, collectivités et régions…) et les entreprises (Facebook, Axa…) pour trouver des solutions concrètes aux principales préoccupations des citoyens dans des domaines aussi divers que l’accès aux services publics, le logement, le développement durable, l’éducation ou l’emploi. Les étudiants sont par exemple amenés à développer des prototypes numériques avec l’aide de designers et de codeurs qui pourront donner lieu à l’émergence de start-ups d’État !

En savoir plus :

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite
La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes, n'est pourtant, selon Luc Rouban, guère probant. Le chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant sondages, enquêtes, baromètres et remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son dernier ouvrage : "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po).

Lire la suite
De Sciences Po à l'Asie du Sud

De Sciences Po à l'Asie du Sud

Hugo Ribadeau Dumas est diplômé du master Governing the Large Metropolis en 2013. Après un bachelor à Sciences Po, il a passé sa troisième année en échange à l’Université Jamia Millia Islamia, en Inde, en master de journalisme. Interview.

Lire la suite