Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

En quoi cette opération de testing est-elle intéressante ? Quel est son point de départ ?

La ville de Villeurbanne est engagée depuis longtemps dans la lutte contre les discriminations, à travers des actions de sensibilisation, mais aussi des recherches qu’elle finance et qui sont destinées à améliorer la vie de ses administrés. Des associations d’aide à la création d’entreprise supputaient que les personnes qu’elles accompagnaient étaient victimes de discrimination lorsqu’elles demandaient des crédits. Elles ont saisi la ville, qui a décidé de monter un testing. En France, il n’y a aucune étude sur le sujet, par contraste avec les États-Unis, pour deux raisons : d’abord le recueil de données liées à l’origine ethno-raciale est interdit. S’il peut être autorisé par la CNIL pour certaines enquêtes scientifiques, il n’est pas concevable que les banques recueillent ce type d’informations.

La deuxième raison est que les données sur les clients des banques sont internes, et il est presque impossible, y compris pour le régulateur, de dire si les banques prêtent plus aux hommes qu’aux femmes, aux jeunes qu’aux vieux, aux riches qu’aux pauvres. Ainsi, la méthode du testing semblait la seule possible pour mettre le doigt sur le problème, sachant bien sûr qu’une seule enquête ne peut être suffisante, et que celle-ci a pour principal objectif de dévoiler le problème et de faire en sorte que les banques, les pouvoirs publics ou encore les associations militantes s’en emparent.

Les résultats montrent non seulement des discriminations raciales, mais aussi de genre…

Oui, l’enquête s’organisait en deux volets : prêts immobiliers et prêts à la création d’entreprise. Pour le prêt immobilier, l’un des testeurs était un homme « sans origine supposée », selon les termes employés dans l’enquête, l’autre "supposé d’origine sub-saharienne". Pour la création d’entreprise, il y avait trois testeurs : un homme "sans origine supposée", une femme "sans origine supposée" et un homme "d’origine supposée maghrébine". Ces termes visent à nommer sans réifier les catégories et, surtout, à souligner que l’origine n’est jamais un donné, qu’elle est supposée par les interlocuteurs, que c’est donc dans l’interaction que se crée la discrimination.

Les résultats sont sans appel : les personnes d’origine supposée non européenne et les femmes ont moins facilement accès au crédit, et lorsque l’accès leur est donné, c’est à des coûts plus élevés. L’enquête a aussi recueilli des données qualitatives sur l’accueil reçu, et c’est peut-être là qu’est la violence la plus importante : difficulté d’avoir un rendez-vous après avoir annoncé un nom non-européen, rendez-vous expédiés, demande insistante de papiers d’identité, etc. Un détail qui n’en est pas du tout un : le café. L’homme emprunteur de crédit immobilier supposé sans origine s’en est vu proposé à quasiment chaque rendez-vous, l’homme supposé africain, jamais.

Comment les banques ont-elles réagi ?

La réaction des banques est, pour l’instant, décevante. Elles ont d’abord fait un communiqué pour dire que l’enquête n’était pas scientifiquement valide. Sur ce type de questions, elles ont la réaction habituelle, consistant à incriminer non une structure mais des "brebis galeuses" sur lesquelles par malchance les testeurs sont tombés. Toutefois, la force du testing est que, par le nombre (90 tests), on ne peut imaginer que le hasard aurait fait tomber les enquêteurs seulement sur les rares personnes racistes que compte la profession. En réalité, il faut distinguer racisme et discrimination, et considérer qu’il y a des éléments structurels dans l’organisation de l’accueil des clients et de la sélection des emprunteurs qui conduisent à ce résultat discriminatoire, sans que personne ne l’ait voulu.

Trouver où sont les interstices qui produisent ces discriminations, tout en mettant en place des politiques volontaristes pour que tous les clients soient reçus de la même façon est indispensable. Sans l’engagement réel des réseaux bancaires, cela ne fonctionnera pas. L’observatoire de l’inclusion bancaire a été également mis au courant de cette enquête, et pourrait être un espace où réfléchir à ces enjeux et pousser les banques à ne pas considérer qu’elles n’ont pas besoin de traiter le sujet.

Dans votre livre "L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients", vous démontrez les relations complexes entre banquiers et clients qui doivent se mettre en conformité pour être un « bon client ». Mais que peut faire un client lorsqu’il est face à une situation discriminante ?

La difficulté de la discrimination est qu’elle ne se prouve jamais individuellement. Si un conseiller bancaire nous dit non pour un crédit, il y a de multiples raisons possibles. C’est d’ailleurs ce qui fait de la discrimination un mal “sourd” : les personnes qui y sont confrontées se demandent toujours ce qu’elles ont fait de mal, et rechignent à penser que le sort qui leur est réservé est lié à leur couleur de peau ou leur genre. Pour la création d’entreprise c’est d’autant plus difficile que chaque dossier est différent, qu’il y a toujours un pari à prendre, et qu’il est fréquent que les banques refusent de prêter à quelqu’un au début d’un projet.

Mais ce qu’a montré le test, c’est que pour le testeur sans origine supposée, les banquiers étaient bien plus aidants, même lorsqu’ils disaient que le dossier n’était pas parfait, ils donnaient des conseils, semblaient y croire davantage. Ce testing a précisément pour but de décrire un fonctionnement structurel, et d’aider les personnes à comprendre ce qui se passe dans leur relation à la banque. Résister à cela peut passer par des associations d’aide à la création d’entreprise, mais le plus souvent, les personnes multiplient les rendez-vous bancaires jusqu’à trouver finalement une offre. Et dans ce cas, cela se paye souvent en taux d’intérêt plus élevés, car ces emprunteurs ne sont pas en mesure de négocier.

À lire

  • L’intégralité des résultats de l’enquête menée à Villeurbanne
  • Jeanne Lazarus, L'épreuve de l'argent. Banques, banquiers, clients, Calmann-Lévy, 2012. Retrouvez cet ouvrage à la librairie et à la bibliothèque de Sciences Po
  • Le blog Money in the USA. Actuellement visiting scholar à l'Université Northwestern aux États-Unis, Jeanne Lazarus nous fait partager son aventure en posant sur les us et coutumes américaines son regard de sociologue de l'argent. Voir notamment cet article dans lequel, elle évoque, en contrepoint de l’expérience de Villeurbanne, la manière dont les discriminations bancaires sont traitées aux États-Unis.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Tout au long des mois de mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 dans ses murs. Photos, témoignages vidéos, documents d’archives… L’ambition est de "donner à lire mai 68 par quelques-unes de ses archives, de ces “traces écrites”"*. – de revenir aux sources, de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et dans sa contemporanéité. La mise à disposition de ces témoignages donne ainsi à voir la rhétorique et le style, les mots, les sigles et les slogans, le graphisme et la typographie de la parole de 68 autant que son contenu, permet d’en restituer la fraîcheur et le sérieux, la familiarité et l’étrangeté, les clichés et l’inédit, voire la "beauté".

Lire la suite
Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po à la 17e place mondiale et à la première place en France pour sa part d’étudiants internationaux, c’est le résultat du classement “International Student Table” 2018 de Times Higher Education qui vient distinguer les 200 universités les plus internationales dans le monde.

Lire la suite
Grandir dans un bidonville

Grandir dans un bidonville

Que deviennent les enfants qui ont grandi dans l’un des bidonvilles français d’après-guerre ? Sociologue de terrain, Margot Delon a consacré sa thèse à cette question en retraçant les trajectoires d’enfants de bidonvilles et de cités de transit à Nanterre et à Champigny-sur-Marne. Croisant entretiens et observations ethnographiques avec l’analyse de bases statistiques, de fonds d’archives et de blogs sur la mémoire de ces vécus, sa thèse a été couronnée par le Prix de la recherche Caritas - Institut de France.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec “Sciences Po passe le Bac”. Des tutoriels en vidéo dans lesquels les profs de Sciences Po planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Quel plan ? Quelles notions-clés ? Que faire des documents ? Quel piège à éviter ? De quoi se préparer à l’épreuve avec méthode, précision, et clarté.

Lire la suite
Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Fondée en 1980, l’association Junior Consulting de Sciences Po est une des premières junior entreprises créées en France. Véritable cabinet de conseil étudiant, Junior Consulting propose aux étudiants des missions dans les conditions du réel. Ou comment acquérir de l’expérience tout en arrondissant ses fins de mois. Rencontre avec les étudiants-consultats de l’association.

Lire la suite

"J'aimerais retourner en Afghanistan et travailler dans l'éducation"

Depuis le lancement de “Welcome Refugees” en 2016, 80 étudiants réfugiés et demandeurs d’asile ont été accompagnés par Sciences Po. Ce programme permet à des étudiants réfugiés de trouver leur voie, que ce soit au sein d’une formation à Sciences Po ou d’autres établissements. Mohammad Ewaz, en première année au campus du Havre, est passé par ce dispositif avant de rejoindre le Collège universitaire. Interview vidéo.

Lire la suite

"La violence concerne une frange minime de la jeunesse"

Assiste-t-on à une radicalisation religieuse, politique et culturelle des lycéens français ? Quels segments de la jeunesse sont les plus concernés ? Directrice de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), Anne Muxel a dirigé avec Olivier Galland une équipe de chercheurs qui a travaillé pendant deux ans sur la radicalité religieuse, politique et culturelle. Elle livre les fruits d’une enquête menée auprès de 7000 lycéens français.

Lire la suite
Ce que les riches pensent des pauvres

Ce que les riches pensent des pauvres

Comment les classes supérieures vivant dans les beaux quartiers se représentent-elles les pauvres et les classes populaires ? Comment expliquent-elles les différences entre elles et les plus démunis ? Y voient-elles un danger, un problème social ou une injustice à réparer ? Pour répondre à ces questions, quatre sociologues, au nombre desquels Bruno Cousin, Assistant Professor au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE), ont réalisé une enquête de terrain comparant des environnements a priori différents :  Paris, São Paulo et Delhi. Ils ont exposé leurs résultats dans un ouvrage : Ce que les riches pensent des pauvres (éd. Seuil). Entretien avec Bruno Cousin.

Lire la suite
“Un diplomate doit avoir une éthique”

“Un diplomate doit avoir une éthique”

Après une longue carrière dans la politique et les organisations internationales, Miguel Ángel Moratinos dispense désormais aux étudiants de Sciences Po un cours sur l’art de la diplomatie. Un cours très pratique, ancré sur son expérience de terrain. Quelles sont les qualités d’un bon diplomate ? Être patient, savoir communiquer, être optimiste… et, surtout, avoir une éthique. Être convaincu que la paix l’emportera toujours, c’est le message de ce “Prof.”.

Lire la suite