Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Par Jean-François Bayart - Incarcérée depuis le début du mois de juin en Iran, Fariba Adelkhah, spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, est chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) depuis 1993. Ses travaux initiaux portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. Portrait scientifique de cette chercheuse de terrain, reconnue internationalement et respectée par ses pairs, aujourd'hui prisonnière scientifique.

Une chercheuse de terrain, aujourd'hui prisonnière scientifique

Fariba Adelkhah est née en 1959, à Téhéran, dans une famille de la petite classe moyenne originaire du Khorassan. Ce détail n’est pas anecdotique. Fariba Adelkhah a consacré certains de ses travaux à cette région, qui reste l’un de ses terrains favoris. Le Khorassan lui a aussi fourni un tremplin pour déployer des recherches sur l’Afghanistan voisin, dans les années 2010. En effet, il vit en symbiose avec ce pays au point de constituer avec lui un « Grand Khorassan » sur lequel Fariba Adelkhah a très tôt attiré l’attention. Pour des raisons historiques : l’ouest de l’Afghanistan a fait partie des « pays protégés » des dynasties iraniennes jusqu’au milieu du 19e siècle, et des Hazara se sont réfugiés dans l’empire qajar, à la fin du 19e siècle, à la suite de la politique d’extermination conduite à leur encontre par Kaboul. Et aussi, bien sûr, pour des raisons économiques et sociales plus contemporaines, liées aux infrastructures routières et ferroviaires, au commerce, à la contrebande, au trafic de narcotiques, à l’immigration, aux flux de réfugiés qu’ont engendrés les différentes phases de la guerre en Afghanistan depuis 1980.

Par ailleurs, Ali Shariati, l’un des grands idéologues de la révolution iranienne de 1979, auquel la République islamique  tournera le dos,  était  issu d’un lignage khorassanais de clercs. Comme la plupart des étudiants de sa génération, Fariba Adelkhah l’a lu et reste marquée par son exigence de vérité et de justice, au sens que revêt le terme de haqq dans la philosophie mystique du chiisme iranien.

Étudiante, Fariba Adelkhah fit une autre lecture qui la marqua tout autant : Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, qui avait été traduit en farsi. On ne peut sans doute pas comprendre son choix d’entamer des études de sociologie en France, à l’Université de Strasbourg, à l’automne 1977, si l’on ne garde pas à l’esprit ce fait.

La Révolution sous le voile : une œuvre d'anthropologue

Néanmoins, Fariba Adelkhah n’a jamais coupé les ponts avec l’Iran où elle a continué de se rendre chaque année pour voir sa famille, mais aussi pour y mener ses premières enquêtes de terrain, sous les bombes irakiennes, dans la perspective de son doctorat en anthropologie, à l’École des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Jean-Pierre Digard. Son objet était la mouvance des femmes révolutionnaires se réclamant de l’islam, dont elle a fait  une  analyse  subtile et nuancée en concentrant son propos sur leurs pratiques du voile et sur leurs réunions religieuses (jaleseh). Elle en a tiré son premier livre, La Révolution sous le voile. Femmes islamiques d’Iran (Karthala, 1991) qui a pu donner lieu à malentendu car il a immédiatement été lu à la lumière d’un double débat (ou combat) idéologique, celui des laïcistes français, et celui du féminisme nord-atlantique, très occidentalo-­centré. En réalité, Fariba Adelkhah n’a rien d’une « femme islamique », même si elle connaît de l’intérieur la religiosité de son pays natal, de par son éducation, au contraire de la plupart des chercheurs en sciences sociales d’origine iranienne, généralement issus de milieux aisés et très sécularisés. Elle a fait œuvre d’anthropologue, et non d’idéologue, soulignant à l’envi que sa recherche ne portait que sur une catégorie de femmes, dans un contexte historique précis, et n’avait aucune portée générale, notamment pas à l’aune des polémiques françaises sur le voile. De même, sa recherche actuelle sur la circulation des clercs, en particulier afghans, dans l’espace transnational qui couvre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak, s’inscrit dans une réflexion plus générale et ancienne, qu’elle a entamée dès le milieu des années 1990, sur la place du voyage dans la société iranienne.

En réalité, son maître, outre Jean-­Pierre Digard, a été l’anthropologue Gérard Althabe (1932-­2004) dont elle a toujours admiré l’œuvre, l’humanité et la modestie. Aussi son anthropologie ne s’en tient-­elle ni à la question féminine ni à celle de l’islam, comme on a tendance à la présenter. Bien au contraire, Fariba Adelkhah s’est à plusieurs reprises insurgée, en particulier dans des  articles de  la revue Politix, contre le réductionnisme des interprétations publiques de la République islamique et contre le cantonnement d’une bonne partie des sciences sociales au seul objet tentaculaire de l’islam.

Sans délaisser ces questions des femmes et de l’islam, les deux livres les plus importants de Fariba Adelkhah, Être moderne en Iran (Karthala, 1998) et Les Mille et une frontières de l’Iran. Quand les voyages forment la nation (Karthala, 2012), réfléchissent à des problématiques beaucoup plus larges : d’une part, celle de l’être-­en-­société (adam-­e ejtemai) qui cherche à mettre en harmonie son extériorité (zâher) et son for intérieur (bâten), sa vie privée et sa présence dans la sphère publique, c’est-­à-­dire, au fond, qui travaille à l’émergence de la citoyenneté, d’un espace public, fût-­il éventuellement d’orientation religieuse, de formes inédites de modernité y compris féminine ; d’autre part, la problématique des relations que l’Iran a entretenues, dans la longue durée, avec le reste du monde (et non pas seulement avec le Moyen-­Orient auquel il est supposé appartenir) et qui ont contribué à en définir la société culturelle et politique contemporaine. Fariba Adelkhah a ainsi signé quelques-­unes de ses pages les plus éblouissantes sur les figures, souvent très ambiguës, de la bienfaisance, sur la contrebande, sur les cimetières, sur le Hadj, sur la diaspora iranienne en Californie, à Dubaï et au Japon, sur les colombophiles, sur les immigrés afghans, sans pour autant négliger les pratiques religieuses concrètes et la scène électorale, qu’elle a analysée avec précision en montrant que la République islamique, certes non démocratique, n’était pas non plus la dictature que l’on dit.

La complexité des faits, loin des idées reçues

Cela lui a valu bien des sarcasmes et des suspicions tant de la part des opposants à la République islamique que de celle de ses services de sécurité qui l’ont interrogée et lui ont confisqué son passeport à plusieurs reprises afin d’essayer de l’intimider. Certains se sont demandés si elle n’était pas la Han Suyin du régime, prompte à refouler toute critique par naïveté ou pour ménager ses intérêts, sa liberté, son accès à ses terrains. C’était bien mal la connaître, comme l’attestent l’article qu’elle a consacré, dans la revue Esprit, à Neda, la jeune manifestante téhéranaise tuée par les forces de l’ordre lors de la contestation des résultats officiels de l’élection présidentielle de 2009, ou la lettre ouverte qu’elle a adressée au président Ahmadinejad lors du procès de la doctorante française Clotilde Reiss. Simplement, Fariba Adelkhah n’a jamais fait « de politique », ne s’est jamais posée en militante, a toujours porté un jugement équilibré sur la République islamique. En anthropologue qu’elle est, elle s’en est toujours tenue à la complexité des faits, des pratiques effectives, au risque de froisser les « idées reçues » - elle a signé un joli livre sur l’Iran dans la collection qui porte ce nom, au Cavalier bleu - et les préjugés ou les automatismes idéologiques.

L’un de ses leitmotivs a été de relativiser la césure qu’a constituée la révolution de 1979. Non qu’elle en méconnaisse l’événement, le pathos, l’émotion, qui demeurent un facteur de légitimation du régime dans la population, ne serait-­ce que parce que la révolution a apporté à l’Iran, au prix fort, son indépendance par rapport aux États-­Unis et que nul ne songe à la restauration de la monarchie. Mais parce que la République islamique a reconduit certaines des logiques de l’ancien régime et reproduit certains de ses intérêts, en particulier dans le domaine agraire comme elle l’a à nouveau démontré dans son Étude du CERI de 2017. En bref, sa compréhension de la révolution de 1979 est toute tocquevillienne, de même que  son  analyse  de l’islam n’est pas sans évoquer celle du protestantisme par Ernst Troeltsch, du méthodisme anglais par Edward Thompson, ou du catholicisme breton par  Michel Lagrée, auteurs qu’elle cite au demeurant.

Une enquêtrice intrépide

Fariba Adelkhah est une formidable enquêtrice de terrain, intrépide au point de se rendre au cœur du pays hazara en Afghanistan au nez et à la barbe des talibans, pratiquant l’observation participante des pèlerinages, suivant des cours de fiqh à Qom, restituant avec subtilité et ironie les faits relevés, mais avec toujours beaucoup d’empathie et de respect pour les gens qu’elle étudie. Elle nous a donné sans doute les meilleurs écrits sur l’Iran contemporain, mais bien au-­delà ses livres représentent une contribution décisive à l’anthropologie, appréciée comme telle par des spécialistes d’horizons très différents ainsi que le prouve l’indignation que suscite son arrestation dans la communauté scientifique internationale.

Les accusations d’espionnage qui seront portées contre elle dans la partie de chantage diplomatique que certains décideurs iraniens ont jugé bon d’engager contre la France auront la crédibilité des réquisitoires des procès de Moscou. Ne doutons pas que seront retenues à charge ses traductions en farsi de poètes français des XVe et XVIe siècles qu’elle publiait sur un site littéraire, signe imparable de sa complicité avec l’impérialisme occidental ou, qui sait, le wahhabisme ! En réalité, Fariba Adelkhah est la victime collatérale de la stratégie de la tension de Donald Trump et des méthodes bolcheviques d’une partie de l’establishment révolutionnaire de la République islamique qui reste fidèle à son habitus de la clandestinité et de l’action violente des années 1970. Tel est le triste sort des chercheurs intègres. Ils sont la part du feu, et un butin aisé pour les extrémistes de tous bords.

Si on comprend sans peine le peu de cas que Donald Trump fait de la porcelaine universitaire quand il se déplace dans la pièce internationale, on a plus de mal à admettre l’intérêt, pour la sécurité nationale et la diplomatie de la République islamique, de jeter en prison la meilleure anthropologue de l’Iran, même si cette dernière a finalement choisi de devenir citoyenne française dès lors qu’elle vivait en France depuis 1977. Un fait résume à lui seul le prix que vaut une chercheuse dans ce « monde de brutes » : détenue à Evin par, dit-­on, les Gardiens de la Révolution, soupçonnée par une partie de l’opposition iranienne en exil d’être une suppôte de la République islamique et par certains laïcards français d’entretenir une complaisance coupable à l’égard de l’islam, Fariba Adelkhah s’est vue régulièrement refuser un visa par les États-­Unis où elle devait se rendre à l’invitation d’universités pour y présenter ses travaux, et ce bien qu’elle fût citoyenne française. Ainsi va la science, en cette bonne année 2019.

Jean-François Bayart, Professeur à l’IHEID (Genève), président du Fonds d'analyse des sociétés politiques (FASOPO)

Article initialement publié sur le site du FASOPO

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l’innovation pour une formation qui s'adapte aux transformations profondes que connaît la société. Son rôle est d’accompagner étroitement les enseignants dans leurs réflexions et actions pédagogiques, et de renforcer pour les étudiants la lisibilité et l’appropriation des compétences acquises tout au long de la formation.

Lire la suite
Les sciences sociales au prisme du genre

Les sciences sociales au prisme du genre

PRESAGE, le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, a été créé en 2010. Destiné à promouvoir la recherche sur le genre, à développer l’offre de cours et à diffuser les savoirs sur ce champ, c’est l’un des plus anciens programmes transversal et pluridisciplinaire dédié au genre en France. Rencontre avec ses fondatrices, Hélène Périvier et Françoise Milewski, chercheuses à l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Lire la suite
Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite