PETITE HISTOIRE DU LOGO SCIENCES PO

Un lion et un renard, enfermés dans la quadrature d’un carré ou d’un cercle, tenant en leurs pattes un blason frappé "ScPo" puis un livre ouvert, évoluant tantôt sur fond gris tantôt sur fond rouge, telle est l’identité visuelle de Sciences Po.

L’invention de la tradition 

Tard venue sur la scène universitaire française, Sciences Po ne peut se prévaloir d’une fondation mythique ou d’une histoire inscrite dans la longue durée, à l’instar des vénérables universités d’Oxford (1116) et de Cambridge (1209), voire des moins médiévales mais malgré tout fort anciennes universités d’Harvard (1636) ou de Princeton (1746). Créée en 1872, c’est seulement dans les années 1930, ayant atteint l’âge respectable de la maturité, que l’École libre des sciences politiques s’est "inventée" une tradition et s’est dotée d’un blason et de mascottes (à défaut d’une devise). Cette armoirie, elle ne la crée pas mais l’emprunte à l’une de ses sociétés étudiantes – son association sportive, plus précisément. C’est donc tardivement et par contagion que l’institution a choisi d’être symbolisée par deux animaux tenant en leurs pattes un blason marqué des initiales "ScPo" pour signifier son identité visuelle.

Bestiaire et héraldique

À origines incertaines et chaotiques, blason et bestiaire problématiques.
Car cette armoirie ne respecte aucune des règles très codifiées de l’héraldique. Ne renvoyant ni aux armes d’une ville, ni à celles d’une famille, ce blason vingtièmiste pointe un surnom, "ScPo", désignant les étudiants, métonymie qui donnera son nom à l’institution à la fin des années 1950, et fait référence à un symbole… machiavélique.

Certains ont voulu voir dans ce bestiaire une glorification de la force (le lion) alliée à la ruse (le renard) nécessaires à la conquête et à la conservation du pouvoir, ignorant peut-être le caractère plus subtil du Prince de Machiavel, qui, loin de constituer un éloge cynique des raffinements sanglants de la vie politique dans l’Italie des Condottiere, en fait une critique profonde, opérant par dévoilement et mise à nu des mécanismes de domination. Lion et renard, force et ruse, c’est donc un symbole ambigu, à double-sens, pouvant conduire au contre-sens, qu’a choisi Sciences Po.

Du blason au logo, du logo à la marque, de la marque aux goodies

Tombé en désuétude après-guerre et maintenu par l’association des Anciens, le blason est remis au goût du jour et transformé en logo en 1988, lorsqu’Alain Lancelot instaure une direction de la communication et se préoccupe de normaliser l’identité visuelle et de déposer la marque Sciences Po à l’Institut National de la Propriété Industrielle. Le blason est alors modernisé : stylisés, le lion et le renard sont inscrits sur fond gris dans un carré, "signe de stabilité et de permanence", lui-même divisé en quartiers représentant les quatre missions de Sciences Po (enseignement, recherche, documentation, publication) ; ils tiennent en leur pattes, non plus un blason frappé du nom, mais un livre ouvert, symbole de savoir et de sagesse. Simplifié en 2007, le logo prend des couleurs en virant au rouge, perd ses quartiers mais récupère le nom "Sciences Po." et y ajoute "Paris". Le lion et le renard se déclinent alors en mascottes et s’incarnent en goodies.

Identité 2015 : un emblème et un logo modernisés et autonomes

En 2015, le lion et le renard font peau neuve, à l’instar de la charte graphique de Sciences Po. À l’heure du positionnement en université de rang international, Sciences Po entend renforcer son image de marque et optimiser son identité visuelle avec pour objectifs la cohérence et l’unité, la singularité et la distinction. De l’ancien blason, l’emblème conserve le rouge et l’intangible bestiaire, le lion et le renard tenant un livre ouvert. Modernisés, ils se donnent à voir en symboles conceptuels et abstraits, à présent cerclés d’un rond céleste qui se stabilise en bas de page dans les publications de la maison. Émancipé de l’emblème, le logo portant la marque devient autonome et s’épure : "SciencesPo", en rouge et en un seul mot, l’emporte définitivement sur les déclinaisons successives et hésitantes du nom qui avaient accompagné la refondation de l’École libre ("IEP", "FNSP", "rue Saint-Guillaume", "ScPo", "Sciences Po. Paris") et s’impose aux entités affiliées (unité de recherche, départements, écoles, campus).

Des jeunes gens nommés "Sciences Po" de l’entre-deux-guerres à SciencesPo en 2015, l’École d’Émile Boutmy semble avoir réussi son pari : imposer durablement son nom en une marque unique et désirable.

Marie Scot

Pour en savoir plus 

Archives de Sciences Po ;
Mots clés : IEP-FNSP 1871-1945 ; directorat d’Eugène d’Eichthal
Catégorie : vie de l’institution

 

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir'

“Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

26 décembre 2019 - En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée. Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

Lire la suite
Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Par Julie Madon (CSO). Voté par le Sénat à la quasi-unanimité, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été examiné le 9 décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Parmi les mesures phares, l’adoption d’un indice de réparabilité, qui indique si un produit est réparable, difficilement réparable ou non réparable. Il permettrait, en aiguillant le choix du consommateur, de lutter contre l’obsolescence programmée.

Lire la suite