Olivier Dabène : « Le street art encourage une démocratie de rue »

Acte illicite ou bien expression démocratique ? Dans son dernier ouvrage, Street Art and Democracy in Latin America, Olivier Dabène, chercheur au Centre de relations internationales de Sciences Po, s'interroge sur la nature politique du street art en Amérique latine. Interview.

D’où vient votre intérêt pour le street art ?

A l’origine de ce projet, il y a un séjour de deux ans (entre 2000 et 2002) à São Paulo, au Brésil. A l’époque, je m’intéressais surtout à la démocratie telle qu’elle pouvait fonctionner au niveau local dans des contextes difficiles, avec des niveaux de violence élevés et des inégalités dramatiques. C’est au cours de mon enquête dans les quartiers les plus défavorisés de la ville que j’ai découvert une créativité fascinante. J’ai commencé à étudier la manière dont certains groupes d’exclus se servaient de l’art comme expression de leur frustration et comme accès et contribution au débat public. La musique rap et la littérature que l’on pourrait qualifier de marginales ont fait l’objet d’un livre (Exclusion et politique à São Paulo. Les outsiders de la démocratie au Brésil publié chez Karthala en 2006), tandis que d’autres formes d’expression artistique politiques intéressantes étaient reléguées au second plan. Après dix années passées à explorer d’autres sujets, ma fascination pour la culture urbaine a repris le dessus et j’ai entamé une recherche comparative sur le street art et la démocratie.

Quelle est la thèse de l’ouvrage ? Quelles en sont les idées principales ?

Il y a deux arguments principaux dans le livre. D’abord, lorsque les artistes envahissent l’espace public pour exprimer leur rage et faire connaître et diffuser leurs revendications ou leurs points de vue, ils contribuent à une prise de conscience du public et demandent des comptes aux autorités. Ils peuvent également interagir avec leurs voisins et contribuer au resserrement de liens communautaires. En conséquence, et tel est mon argument, ils se comportent en citoyens urbains et encouragent une démocratie délibérative de rue et ce, même s’ils violent la loi régulièrement. Ensuite, le street art révèle la manière dont l’espace public est gouverné. Lorsque les autorités locales tentent de contenir, de réguler, et de surveiller – voire de réprimer – les invasions de l’espace public, ils peuvent atteindre leurs objectifs de façon démocratique si, au lieu de pénaliser l’activité, ils entament un dialogue avec les artistes et tentent d’aboutir à une forme d’entente fondée sur la conception de la ville comme un bien commun.

Quelle méthodologie avez-vous adoptée ? Comment avez-vous choisi les lieux que vous avez étudiés et les artistes que vous avez interrogés ?

J’ai conduit 63 entretiens dans cinq villes latino-américaines afin de collecter des données empiriques et réaliser des études de cas approfondis de chacune de ces villes. J’ai choisi les cinq villes en fonction de leur distance par rapport à un idéal-type démocratique qui s’appuie sur deux éléments qui se chevauchent et se nourrissent mutuellement : des artistes citoyens urbains qui renforcent la démocratie depuis la rue et des autorités désireuses de délibérer à propos de l’usage des espaces publics et d’encourager la gouvernance urbaine collaborative. Mon cas « repère » était Bogota (en Colombie), puis il y a eu São Paulo (Brésil), Valparaíso (Chili), Oaxaca (Mexique) et La Havane (Cuba).

Existe-t-il une contradiction – chez les street artists – entre le fait d’agir comme un citoyen urbain et le fait de violer la loi ?

Le fait de violer la loi est un acte de défiance qui porte un sens politique. La plupart des artistes que j’ai interrogés m’ont expliqué qu’ils avaient un message à transmettre et qu’ils avaient choisi de leur faire en intervenant sur un mur, même s’ils prenaient le risque d’être arrêtés ! Pour moi, les street artists sont des citoyens urbains si/quand ils expriment publiquement des sujets de préoccupation communs. La légalité n’est pas un critère. J’admets volontiers que c’est une posture dont on peut débattre mais je mets délibérément l’accent sur ce qu’on appelle communément l’empowerment, c’est-à-dire, dans ce cas précis, la capacité des groupes défavorisés à accéder au demos. Pour moi, la démocratie délibérative peut bien s’accommoder de quelques expressions illégales.

De quelle façon le street art montre-t-il la manière dont l’espace public est gouverné ? 

Il suffit d’observer les murs des villes pour savoir si les municipalités sont disposées à tolérer ou même à encourager certaines formes de street art ou si, au contraire, elles ne le sont pas et se précipitent pour repeindre les murs. En allant un peu plus loin, on observe différents types d’interactions entre les artistes et les autorités. J’ai été particulièrement intéressé par la gouvernance coopérative, lorsque les artistes et les autorités ouvrent un espace de délibération et tentent de trouver un terrain d’entente, se mettent d’accord sur certaines règles inspirées de la conception de la ville comme appartenant à tous.

Quelles surprises ont émaillé cette recherche ?

Je savais à l’avance que les artistes que j’allais rencontrer avaient de nombreuses histoires à me raconter sur le politique mais cette recherche de terrain m’a apporté plus que ce que j’avais espéré. Les artistes de La Havane, bravant les interdits pour intervenir sur les murs du centre-ville par exemple. Je ne m’attendais pas à trouver autant d’artistes s’exprimant publiquement à Cuba. Reste qu’au-delà des surprises, ce projet m’a offert des rencontres incroyables. J’ai vraiment apprécié ce terrain. Les conversations que j’ai pu avoir avec les artistes étaient fluides et nous parvenions à aller au cœur des choses et de leur besoin de partager des émotions.

Propos recueillis et traduits par Miriam Périer.

En savoir plus

Olivier Dabène, Street Art and Democracy in Latin America, Palgrave, 2019

Abonnez-vous à nos newsletters :

"Du climat et du sens"

Que se passe-t-il quand une région comme l’Asie du Sud-Est se retrouve simultanément acteur et victime du changement climatique ? Quand un pays comme la Chine figure à la fois au rang des grands pollueurs et des pionniers de la diplomatie environnementale ? Quand les grandes organisations internationales peuvent décider de surveiller... ou de punir ? Réponse : “ça part en débat !” Pour faire un tour dans la “galaxie environnement” avec Marine Denis et ses étudiants engagés, c’est par ici...

Lire la suite
“La dimension politique de la parole des scientifiques est devenue évidente”

“La dimension politique de la parole des scientifiques est devenue évidente”

Par Sébastien Treyer (IDDRI) - Les scientifiques sont particulièrement exposés dans la crise sanitaire actuelle, où les gouvernements recourent à leur avis pour consolider leurs décisions. Ainsi convoqués comme experts, également par les médias, ils se trouvent à la fois mis en responsabilité collective, comme c’est le cas des conseils scientifiques mobilisés autour du gouvernement français, et exposés individuellement. Ils constituent aussi un phare, auquel on peut se référer pour se construire, progressivement, en tant que citoyen, une compréhension de la situation.

Lire la suite
Un hackathon pour lutter contre la pandémie

Un hackathon pour lutter contre la pandémie

Simonas Žilinskas est étudiant en deuxième année sur le campus de Dijon (programme Europe centrale et orientale). Lorsque l’épidémie de Covid-19 a commencé, il est rentré dans sa Lituanie natale et a cherché à s’impliquer dans la lutte contre le virus. Déjà rôdé à l’exercice du hackathon, grâce à son expérience dans le monde des startups lituaniennes, il a rejoint l’équipe de pilotage de Hack the Crisis, un hackathon en ligne qui s’est déroulé du 20 au 22 mars 2020, avec le but de trouver des solutions innovantes à la crise. Il raconte. 

Lire la suite
Covid-19 : Ce qui change pour les candidats

Covid-19 : Ce qui change pour les candidats

Dernière mise à jour : 09/04/20 - Vous êtes candidat à Sciences Po pour la rentrée 2020 ? Nos procédures d’admission suivent leur cours, mais s’adaptent au contexte de crise sanitaire. Retrouvez ci-dessous le nouveau calendrier et les nouvelles modalités pour chacune des procédures.

Lire la suite
“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant

“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant"

Les décisions prises dans l’urgence par les institutions économiques nationales et européennes seront-elles suffisantes pour amortir le choc de la crise économique, conséquence inévitable de la pandémie du Covid-19 ? Analyse par Xavier Ragot, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui évoque aussi la nécessité de repenser, à l'issue de cet épisode tragique, les liens entre économie, société et environnement.  

Lire la suite
Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

14 000 étudiants issus du monde entier et sur tous les continents, 700 cours par jour : le passage en ligne imposé par la crise sanitaire a constitué un défi inédit pour Sciences Po. C’est aussi l’opportunité d’inventer de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner. Bénédicte Durand, Directrice de la formation, raconte l’énergie déployée par toutes les communautés dans cette aventure qui transformera durablement Sciences Po.  

Lire la suite

"Menton Livraison" : des étudiants s'engagent pendant la crise

Au début du mois de mars 2020, alors qu’une grande partie de la France vit encore dans l’insouciance, Tommaso Campomagnani, Nolwenn Menard, Joseph Moussa et Mathilde de Solages, étudiants en première année sur le Campus de Menton, anticipent la possibilité d’un confinement. Dans cette ville où un tiers de la population a plus de soixante ans, ils créent la plateforme Menton Livraison, qui garantit la livraison de produits de première nécessité par des bénévoles pour les personnes à risque. Mathilde et Nolwenn nous racontent cette aventure collective, faite de difficultés administratives et de belles rencontres.

Lire la suite
Avec Bertrand Badie, un

Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

Lire la suite
La compétition des propagations

La compétition des propagations

"Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations"

Par Dominique Boullier (Professeur des universités en sociologie, CEE, Sciences Po) - Lorsqu’une crise sanitaire advient, ce ne sont pas seulement les virus qui se propagent avec leurs propres mécanismes. C’est aussi chaque société qui fait émerger tout son potentiel viral, selon un fonctionnement social tout à fait ordinaire que Tarde avait pensé sous le terme d’imitation à la fin du XIXe siècle. Car les messages d’alerte ou de soutien sur les réseaux sociaux, les bonnes pratiques, les peurs, les fake news, tout se diffuse selon un modèle de viralité.

Lire la suite