" Notre but est de créer des liens "

Écolo, autogérée et militante, PAVéS est l’une des associations les plus engagées sur les questions de transition climatique à Sciences Po. Mais c’est aussi un lieu bien connu des étudiants avec CAFéS, sa cafétéria éthique et solidaire gérée de manière autonome par les étudiants du campus parisien. Rencontre avec deux de ses membres, Ilytie Piroit et Clémentine Sainclair, autour d’un café bio. 

Pouvez-nous expliquer ce qu’est PAVéS ?

Ilytie Piroit : PAVéS, c’est une association étudiante autogérée et militante essentiellement orientée sur l'écologie politique. Elle a été créée en 2005, à l’occasion des mobilisations et revendications étudiantes autour du CPE, - le Contrat Première Embauche.

Clémentine Sainclair : PAVéS est un acronyme pour “Plateforme Autogéré à Visée écologique et Solidaire”. C’est une association qui s’organise comme un tremplin pour créer et porter toutes les initiatives imaginables en lien avec l’écologie et la solidarité. C’est aussi une association “contestataire” dans le sens où nous avons une vision critique du modèle productiviste et libéral et de ses conséquences sociales et écologiques. Mais on va aussi au-delà en proposant des alternatives concrètes, - même si celles-ci sont loin d’être parfaites -, à ce que l’on dénonce.

Que fait l’association concrètement ?

IP : Nos deux principaux projets sont CAFéS, notre cafétéria autogérée, et Sciences Potirons, l’AMAP de l’école. La cafétéria nous occupe beaucoup, avec pas moins de 70 permanenciers. C’est un lieu de rencontre et de débat visant à créer du lien et à discuter d’écologie, mais cela nous permet aussi, grâce aux fonds récoltés, de financer des appels à projets. Quant à l’AMAP, elle permet à près de 300 personnes de bénéficier chaque semaine d’un panier de légumes bio. Ce sont nos principaux projets, mais il y a également plein d’initiatives qui varient selon les années : Forum des métiers éthiques et solidaires, commande de protections et coupes menstruelles lavables, soirées jeux de société avec l’association Rolling Dice à CAFéS, soutien à Sciences Po Refugee Help et Paris Solidaires, etc.

CS : On co-organise aussi la Semaine de l’Agriculture paysanne qui se fait en partenariat avec plusieurs écoles parisiennes, - cette année, avec Polytechnique, la Sorbonne et AgroParisTech -, et avec les Amis de la Confédération paysanne. Lors de cette semaine, nous sensibilisons aux enjeux de l’agriculture paysanne, avec, par exemple, une conférence sur la place de la grande distribution dans un système agricole durable, un apéro paysan ou encore des expositions.

Le débat et l’échange sont importants pour vous ?

CS : Oui, on essaie avant tout de contribuer au débat sur les thèmes de l’écologie et de la solidarité. La devise de PAVéS c’est “moins de biens, plus de liens”. Avant d’être un lieu de vente, notre cafet’ est surtout un lieu de discussion, un endroit où le café est un prétexte pour engager la conversation : “Nous on te vend un café qui est bio, équitable et vient de tel pays, pourquoi ce choix ? Discutons !”. Mais on peut bien sûr parler aussi de sa journée, des examens, etc. C’est l’intérêt de CAFéS : on est tous étudiants, y compris ceux qui se trouvent de l’autre côté du comptoir !

IP : On veut vraiment du débat et des échanges ! Certains remettent en cause les arguments du végétarisme, d’autres se questionnent sur les différents moyens de se mobiliser pour la justice climatique, etc. Tout cela crée du débat, sans dogmatisme. Les gens ont des positions très différentes sur ces questions.

Une association “autogérée”, qu’est-ce que cela signifie ?

CS : Le fonctionnement est horizontal, il n’y a pas d’organe de décision supérieur à la décision du collectif et chacun peut participer et proposer des idées. Chaque personne qui s’investit est aussi légitime qu’une autre pour faire entendre sa voix et décide librement de son implication.
 
IP : Par exemple, une personne qui va aller chercher son panier à notre AMAP Sciences Potirons, peut autant participer aux décisions qu’une personne qui est impliquée dans plusieurs projets. On considère également que tous les membres ont une égale responsabilité dans le fonctionnement de l’association. On propose d’ailleurs à tous ceux qui souhaitent monter un projet… de le faire ! PAVéS met à leur disposition un ensemble de ressources pour aider ces projets à naître.  

À une échelle plus large, que pensez-vous qu’il faudrait faire aujourd’hui pour que l’écologie soit davantage entendue et débattue ?

IP : À PAVéS, nous faisons passer nos idées par nos projets. S’ils fonctionnent, c’est parce que des personnes sont prêtes à entamer la transition et que nous leur proposons un espace pour la faire émerger et grandir. Néanmoins, peu de personnes à PAVéS considèrent que cela suffit. Il faut que les gouvernements et les institutions, - comme Sciences Po -, mettent de véritables politiques en œuvre, qui allient à la fois le social et l’environnemental, dans une démarche où l’économie et le politique seraient au service de l’humain et de la nature. C’est notre vision de l’écologie politique.
 
CS : Pour que l’écologie soit entendue, je crois qu’il faut faire attention à ne pas la dépolitiser en en faisant une simple question de mode de vie et de choix individuels. Bien que les gestes et efforts de chacun soient indispensables, c’est tout le système économique et politique qu’il faut revoir pour parvenir à une société écologique. 

Quelles sont vos envies pour l’avenir ?

IP : Que tous nos projets grossissent ! Mais nous gardons toujours en tête que quand quelque chose prend de l’ampleur, il existe un risque de perdre un peu le contrôle et la qualité. Ce serait bien, malgré tout, que nos actions aient de plus en plus d’impact ! Plus concrètement, nous réfléchissons actuellement à un deuxième projet de cafétéria à Sciences Po et on a également proposé d’installer une cafétéria autogérée sur le futur campus de Sciences Po qui ouvrira en 2022. Enfin, on travaille à la création du « Réseau des CAFéS » : on aimerait repérer et fédérer d’autres initiatives étudiantes comme la nôtre. L’objectif est de contribuer à promouvoir le modèle : nous avons créé un dossier qui décrit comment monter facilement un café autogéré dans une université. On s’est rendu compte qu’on nous posait souvent des questions et qu’on avait développé un vrai savoir-faire à ce sujet.

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses des résultats du scrutin dans son emblématique théâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite