Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Par Julie Madon (CSO). Voté par le Sénat à la quasi-unanimité, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été examiné le 9 décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Parmi les mesures phares, l’adoption d’un indice de réparabilité, qui indique si un produit est réparable, difficilement réparable ou non réparable. Il permettrait, en aiguillant le choix du consommateur, de lutter contre l’obsolescence programmée.

Le projet de loi est présenté par ses promoteurs comme une mesure en faveur de la protection de l’environnement. « Le tout jetable, le gaspillage, l’incinération, la mise en décharge ne peuvent plus être la solution dans un monde où il faudrait 5 planètes si l’ensemble des êtres humains vivaient comme des Européens », écrit Brune Poirson, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, sur le site du Ministère.

La loi, ses avancées et ses insuffisances ont été commentées par de nombreuses associations écologistes, comme Zero Waste ou WWF. Sur la scène médiatique, la durée de vie des produits paraît essentiellement formulée comme une problématique environnementale. Est-ce à dire que la question ne préoccupe que des militants écologistes, souvent associés à des profils sociaux urbains et surdiplômés ?

Au-delà du profil bien connu du militant vert

Dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie à Sciences Po, nous menons des enquêtes pour comprendre les profils des consommateurs et citoyens qui s’intéressent à la question.

L’une d’entre elles, menée en ligne auprès de 2505 volontaires, porte sur les sympathisants d’une association particulièrement active sur cette thématique : Halte à l’obsolescence programmée (HOP). Créée en 2015, HOP vise à fédérer les citoyens, les entreprises et les décideurs pour encourager le développement « de produits durables et réparables ». Elle réunit une base de plus de 20 000 abonnés à sa newsletter.

Si l’on devait faire le portrait-robot du militant de l’obsolescence programmée, il se rapprocherait des écologistes d’Europe Écologie les Verts, décrits par le sociologue Daniel Boy.

L’obsolescence programmée en une minute (AFP).

Nous avons comparé certaines de leurs caractéristiques à celles de la moyenne des Français – en nous appuyant sur des statistiques nationales et européennes. La majorité des répondants sont en effet plus engagés, plus à gauche et plus sensibles à l’écologie que la moyenne. Quatre fois plus nombreux que la moyenne des Français à avoir milité dans un parti politique au cours des 12 derniers mois, ils sont trois fois plus à avoir signé une pétition ou boycotté un produit1.

En ce qui concerne la sensibilité environnementale, 80 % de nos répondants se déclarent très ou extrêmement préoccupés par le changement climatique, contre 34 % seulement des Français.

À grands traits, on pourrait résumer ce public à une population de cadres urbains diplômés. Près de la moitié d’entre eux habite dans une grande ville ou à proximité, contre moins d’un tiers des Français. 55 % des interrogés sont diplômés du second ou du troisième cycle du supérieur, contre seulement 17 % des Français. Les catégories « cadres » et « professions intermédiaires » représentent d’ailleurs à elles seules 78 % des répondants d’Halte à l’obsolescence programmée – alors qu’elles ne concernent que 54 % des Français.

Pas uniquement des citoyens très engagés

Si ce profil domine, il ne rend pourtant pas justice à la diversité des personnes qui s’intéressent à la durée de vie des objets. Il est intéressant de l’analyser plus finement, au-delà des grands chiffres majoritaires.

Du côté des opinions politiques, soulignons que 23 % se considèrent du centre ou de droite, voire d’extrême droite. Si les électeurs de Benoît Hamon ou Jean‑Luc Mélenchon sont surreprésentés parmi les répondants, cela n’exclut pas un grand nombre d’électeurs d’Emmanuel Macron (22 % contre 23 % de Français ayant voté pour lui au premier tour), ni des électeurs de partis de droite (13 % si l’on regroupe Marine Le Pen, François Fillon et les partis divers droite).

En termes d’engagement citoyen, la moitié des répondants ne sont impliqués dans aucune autre association que HOP. Ceux qui militent également dans une association environnementale, politique ou sociale ne représentent qu’un tiers d’entre eux.

Les personnes qui se soucient de la durée de vie des objets partagent néanmoins un consensus sur l’idée qu’il faudrait consommer moins. Mais elles sont aussi équipées en matière d’objets électroniques ou électroménagers que l’ensemble des Français.

Types d’équipements possédés. Lecture : 96 % des répondants HOP résidant sur le territoire français possédant un four, contre 94 % des Français. Population : 1945 enquêtés du questionnaire HOP ayant indiqué qu’ils résidaient dans un département français (0 % de non-réponses). 23 337 parmi les 2 362 enquêtés d’ELIPSS (1 % de non-réponses), appelés « Français » ici. Halte à l’obsolescence programmée, enquête style de vie et environnement ELIPSS 2017, CC BY-NC-ND

Une variété de profils sociaux

Globalement, les répondants sont représentatifs de la diversité sociologique et géographique française.

Répartition des répondants HOP par rapport aux Français. Lecture : 12 % des répondants HOP résident en Auvergne-Rhône-Alpes, comme 12 % des Français. Population : 1945 répondants parmi les 2505 enquêtés HOP (22 % de non réponses). Estimation sur 66 992 699 Français. Halte à l’obsolescence programmée, données juin 2019/Insee, estimation de la population au 1ᵉʳ janvier 2019, données de fin 2018, CC BY-NC-ND

Toutes les catégories socio-professionnelles sont représentées (employés, retraités, chômeurs, étudiants et personnes au foyer). Les tranches de revenu vont de moins de 950€ (13 % contre 15 % des Français) à plus de 2500€ par unité de consommation (26 % contre 27 % des Français).

Les secteurs d’activité sont eux aussi variés, bien que certains soient surreprésentés, comme l’enseignement ou la recherche (15 %), le secteur médical (10 %), l’informatique (8 %), le commerce et la distribution (7 %) ou encore le service à la personne (7 %). Notre population d’enquête compte des instituteurs, des buralistes, des techniciens informatiques, des cheminots, mais aussi des journalistes, des conseillers bancaires, ou encore des secrétaires de direction.

Notons aussi que les genres sont équilibrés, avec légèrement plus d’hommes (54 % des répondants), tandis que les adhérents d’Europe-Écologie-les-Verts comptent seulement un tiers de femmes. Les tranches d’âge sont bien distribuées. Les moins de 35 ans (21 %) sont à peu près aussi nombreux que les plus de 65 ans (16 %), les 36-45 ans, les 46-55 ans et les 56-65 ans (plus ou moins 20 %).

La durée de vie des objets, un enjeu pluriel

Comment alors expliquer que se retrouvent, dans une même association, un agriculteur breton sexagénaire, électeur de François Fillon et peu préoccupé par la question du climat, et une jeune architecte d’intérieur mélenchoniste, résidant dans le nord de la France ?

Cette capacité à regrouper des profils et des intérêts aussi variés est liée au fait que la cause de la durée de vie des objets rassemble autour de plusieurs enjeux. Les répondants s’accordent à dire que l’obsolescence programmée a beaucoup, voire énormément, de conséquences négatives sur l’environnement, mais aussi sur le consommateur. Le volet environnemental de la cause est souvent mis en avant : plus des deux tiers des répondants se disent plus sensibles à cet enjeu. Mais un quart des répondants priorise plutôt la défense du consommateur, priorité qui s’accroît quand le niveau de diplôme est plus faible.

Lecture : parmi les deux enjeux de l’obsolescence programmée proposés, 55 % des répondants titulaires d’un CAP/BEP sont plus sensibles à la défense du consommateur, contre 75 % des Bac +3 et plus. Population : 2 505 enquêtés. Précision : nous avions proposé les deux premières modalités uniquement, et une modalité « Autre » qui a été recodée ensuite en « Les deux » et « Aucun », et « Autres » (qui désigne quelques autres domaines plus marginaux). Halte à l’obsolescence programmée, données juin 2019, CC BY-NC-ND

La pluralité des thèmes dont relève la question de l’obsolescence programmée, et au-delà, celle de la durée de vie des objets, est visible dans la façon dont les individus en parlent. Les termes utilisés pour résumer leur opinion sur le sujet varient.

Nuage de mots à partir de la réponse libre à la question : « En trois mots, que vous évoque l’obsolescence programmée ? » Lecture : la taille du mot est proportionnelle à son nombre d’occurrences parmi les réponses. Le mot « gaspillage » a été employé 387 fois, et le mot « court-termisme » a été employé 5 fois. Population : 2299 répondants sur 2 505 enquêtés (8 % de non-réponses). Halte à l’obsolescence programmée, données juin 2019, CC BY-NC-ND

L’analyse des trois termes les plus cités fait part de cette polysémie. En premier, le « gaspillage » (mentionné 387 fois), terme hautement normatif, évoque le non-sens causé par le raccourcissement de la durée de vie des objets. En deuxième, la « pollution » (330 fois) pointe du doigt les conséquences environnementales déjà citées. En troisième, l’« arnaque » (321 fois) fait davantage référence au duo producteur-consommateur, à travers une accusation indignée du système industriel, plaidant pour une meilleure protection des acheteurs. Ces termes embrassent donc des aspirations à gagner en autonomie, en tant que consommateurs et citoyens, vis-à-vis des produits.

À l’heure où il s’agit d’encourager l’évolution vers des modes de vie plus sobres et durables, la thématique de la durée de vie des objets, par sa capacité à atteindre une diversité d’acteurs, semble constituer un levier intéressant.The Conversation

Julie Madon, doctorante au Centre de Sociologie des Organisations de Sciences Po

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite