La danse et l'éloquence

Article initialement publié dans le magazine Émile - Ancien « petit rat » de l’Opéra de Paris, aujourd’hui étudiant en master de politiques publiques à Sciences Po, le profil de Sina Sobooti est atypique. Depuis son entrée rue Saint-Guillaume en 2016, il a eu à cœur de promouvoir le spectacle vivant. Réalisateur d’un film documentaire qui fait dialoguer danse et politique, il mène également des actions pédagogiques dans plusieurs lycées des Hauts-de-Seine. Il revient sur son parcours et ses nombreux projets.

Élève à l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris, vous entrez ensuite à Sciences Po. Pourriez-vous revenir sur votre parcours peu commun ?

Sina Sobooti : Je rentre à l’École de l’Opéra à l’âge de 9 ans. Réputée comme la plus prestigieuse école de danse classique au monde, j’en garde aujourd’hui l’expérience la plus enrichissante de mon parcours. Des blessures me contraignent à cesser définitivement la pratique de la danse au début du lycée. Je continue alors à enrichir ma culture artistique, à m’intéresser à d’autres disciplines et je me dis que Sciences Po pourra être un nouveau départ. J’intègre l’école en 2016 avec le projet de travailler à l’avenir dans la programmation artistique et l’administration d’institutions culturelles. Fortement marqué par mon expérience en tant qu’ancien « petit rat de l’Opéra », j’ai, dès ma première année, l’envie de partager mon expérience du monde de la scène auprès de notre communauté étudiante. 

Quels sont les principaux obstacles à la diffusion du spectacle vivant au sein de la communauté étudiante ? 

Sina Sobooti : En entrant à Sciences Po, je me rends compte que malgré le caractère pluridisciplinaire de notre école et l’effervescence associative, le spectacle vivant et en particulier la danse demeurent souvent assimilée à un modèle élitiste voué à disparaître dans l’esprit des étudiants. La porte du théâtre ou de l’opéra reste une barrière symbolique et on voit bien que la démocratisation culturelle connaît beaucoup de limites. L’accès à la culture et à des styles de vie culturelle continue d’alimenter les inégalités. Je pense que l’intérêt porté à la danse, en particulier classique, et à la culture chorégraphique peut paraître une difficulté supplémentaire notamment en raison de la nature performative, corporelle, éphémère, momentanée de cette pratique. Face à ce constat, je réfléchis dès 2016 à comment je pourrais changer cette image-là.  

Comment votre projet contribue-t-il à la levée de ces obstacles ? 

Sina Sobooti : En première année, j’estime que le meilleur moyen de lever ces obstacles, en rendant la danse plus accessible et plus visible au sein de la communauté étudiante, est d’associer arts vivants, arts visuels et art numérique. Mon projet prend alors la forme d’un film documentaire. Intitulé La Danse Domestiquée, le projet est sélectionné comme initiative étudiante, avec un statut associatif, par un peu plus de 120 étudiants du campus de Paris de Sciences Po.

La Danse Domestiquée, c’est l’ambition d’affirmer que la danse n’est pas réservée à une catégorie unique de pratiquants ou de spectateurs mais que chacun peut se l’approprier, et que la prise de conscience de son corps est essentielle au quotidien. Se tenir debout, marcher, s’exprimer, regarder, bouger, danser : chacun cultive en lui-même une façon d’être. Chacun « domestique » son corps d’une manière personnelle. On le voit bien dans le cas des soirées dansantes : la danse apparaît comme un moyen d’extériorisation et de libération. Avec la réalisation de ce documentaire, je me fixe alors comme objectif de faire découvrir le monde de la danse du point de vue du corps et sous l’angle le plus intelligible et le plus attractif possible pour la communauté étudiante. 

Comment conciliez-vous les arts et la politique, deux thèmes qui semblent a priori divergents ? 

Sina Sobooti : Dans mon documentaire La Danse Domestiquée, le dialogue et la résonance que je propose entre danse et politique est une réflexion avant tout inspirée de mon parcours, de l’Opéra à Sciences Po. Je montre que la danse et l’éloquence politique peuvent paraître, a priori, des vocations divergentes mais elles constituent en réalité chacune une performance, scénique, face à un public, et qui requiert les langages des mots et/ou du corps. Un exemple concret est Louis XIV, qui combine parfaitement dans son portrait en costume de sacre les figures du danseur et du politique. 

Cette réflexion me conduit au cours du film à envisager plus largement les rapports puissants entre danse et politique au cours de l’histoire culturelle : citons la Carmagnole, danse de la Révolution française, le New dance group, le ballet et l’homme soviétiques, ou encore la danse comme ornementation du politique aux Jeux Olympiques de 1936. 

Sina Sobooti : Il s’agit aussi d’un documentaire esthétique puisque des scènes de danse ont été tournées dans des espaces politiques ou politisés à Paris, comme la Place de la République, avec des chorégraphies préparées selon des morceaux, pour la plupart de style électro, composés exclusivement pour le film. Je souhaitais dès le début du projet faire participer les talents que connaît notre communauté étudiante : danseurs, musiciens, compositeurs, comédiens, vidéastes... Le documentaire a été projeté à plusieurs reprises lors des Semaines des arts du BDA (Bureau des arts) de Sciences Po.

Après la réalisation d’un film documentaire, vous avez mis en place un programme à destination de plusieurs lycées dans les Hauts-de-Seine. Pourriez-vous nous expliquer votre démarche ?

Sina Sobooti : Corps de ballet ou “grands corps de l’État”, la discipline corporelle octroie un pouvoir symbolique lorsqu'il s'agit de s'exprimer, de se montrer en société. Comme le langage, l’attitude physique est constamment normée et jugée. On peut s’exprimer avec des mots mais on peut aussi s’affirmer avec le langage corporel, la gestuelle. 

Compte tenu de cette réflexion engagée, ces quatre dernières années (2016-2020), sur le rôle primordial du corps, j’ai progressivement conçu un programme pédagogique qui associe de manière innovante l’éducation artistique et l’art oratoire pour sept lycées des Hauts-de-Seine, en partenariat avec des théâtres municipaux et structures culturelles locales. Il s’agit de la deuxième orientation que prend mon projet depuis 2020, au-delà du film documentaire. 

Je pars du principe que maîtriser sa parole et son corps en public est fondamental pour un jeune au quotidien, pour un exposé, lors d’un entretien, etc. Plutôt que de recourir à des professeurs d’art oratoire, on peut travailler l’éloquence avec des artistes de la scène (danseurs, musiciens, comédiens), qui ont par définition les compétences en captation de l’auditoire, maîtrise de la voix et du regard, stabilité des appuis sur le sol, pertinence des arguments, conscience du corps. Et il y a chez les élèves des intelligences différentes : linguistique, spatiale, corporelle-kinesthésique, musicale, etc.

Les premiers ateliers, animés par ces artistes, ont lieu dans les établissements scolaires puis ils se poursuivent lors d’autres sessions par une découverte des théâtres municipaux, comprenant la visite de la scène, des coulisses, des décors, des loges. Le sentiment d’être sur scène ne se retrouve nulle part ailleurs et c’est en étant sur scène, son corps exposé face aux autres, que l’on apprend à avoir confiance en soi, à mieux gérer son stress et à prendre aisément la parole en public. C’est à la fois donner corps à sa pensée et mettre son corps en jeu. Et c’est ce que j’ai aujourd’hui envie de transmettre à ces lycéens. Ce projet s’inscrit progressivement dans le cadre de la réforme du baccalauréat 2021 avec l’institution d’un grand oral à la fin de la Terminale. L’oral peut justement être un vecteur d’égalité sociale et un levier de l’égalité des chances. J’ai donc la conviction que l’art oratoire associé à l’éducation artistique contribue à l’épanouissement d’aptitudes techniques individuelles, à l’égalité d’accès à la culture et au développement de la créativité des élèves. 

Qui sont vos partenaires ?

Sina Sobooti : Dans le cadre de la réalisation du documentaire, 33 personnalités ont été interviewées entre 2016 et 2018. Ma démarche de recherche, d’enquête et de documentaire consistait à interviewer d’une part des professionnels du spectacle et de la scène (artistes, danseurs, musiciens, comédiens, directeurs d’institution culturelle) et d’autre part, des spécialistes du champ socio-politique, (chercheurs, sociologues, hommes ou femmes politiques, professeurs de science politique, historiens). Parmi ceux qui ont répondu à mes questions, on peut citer Aurélie Filippetti, Pascal Perrineau, Betrand Badie, Dominique Reynié, Guillaume Tusseau (juriste), Claire Andrieu (historienne), Pierre François (sociologue), ou encore Elisabeth Platel (danseuse étoile), Laure Guilbert et Sylvie Jacq-Mioche (historiennes de la danse), Ariane Dollfus (journaliste) et Christian Gonon (comédien).

Ensuite, l’objectif a été de croiser les regards de ces personnalités afin d’ériger cette approche comparative entre danse et politique. Le développement de mon projet est étroitement lié à mon parcours, de l’art de la scène aux sciences sociales. La quasi-totalité des personnalités interviewées enseigne d’ailleurs à Sciences Po.

Pour ce qui relève du programme pédagogique, les institutions partenaires sont les sept lycées ciblés des Hauts-de-Seine, dont quatre sont conventionnés en éducation prioritaire avec Sciences Po, ainsi que les théâtres municipaux et autres équipements culturels locaux. 

Le projet pédagogique que vous menez dans les Hauts-de-Seine a-t-il vocation à s’étendre à d’autres départements ? 

Sina Sobooti : J’apprécierai de pouvoir implanter un tel projet dans d’autres départements. Pour le moment, nous allons nous concentrer sur les sept lycées déjà partenaires jusqu’à 2021. Nous aimerions beaucoup ensuite reproduire la démarche dans d’autres établissements demandeurs des Hauts-de-Seine, avant de s’étendre potentiellement à d’autres départements. Je ne cesse de répéter que l’avenir de la culture est un présent qui s’ignore car je suis convaincu que ce sont par de telles initiatives locales, au plus près des jeunes, que l’on pourra véritablement démocratiser la culture. L’objectif n’est pas de conduire les lycéens à la conscience d’un art plus élevé, mais à un art et à une culture de la parole plus proches du quotidien. La culture ne doit pas être une variable d’ajustement. Elle n’a jamais été aussi vitale, aussi vivante, aussi cruciale. 

Allez-vous poursuivre votre engagement dans d’autres directions ?

Sina Sobooti : Mon projet est en train de prendre une troisième orientation, celle d’un travail de recherche. La danse, plus qu’une performance artistique, a eu un véritable rôle social et politique au cours de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art en action et de l’histoire des pratiques corporelles. Je m'intéresse à la mise en jeu du corps comme objet sculpté par le conditionnement social. Le corps étant une ressource inégalement mobilisée en société, je l’envisage, dans la continuité de La Danse Domestiquée, comme une surface expressive où les significations sociales viennent s'inscrire. Et la représentation du corps en mouvement, du corps soumis à des codes artistiques ou sociaux, a posé un défi aux artistes visuels ou de la scène au cours de l'histoire culturelle. Ces derniers y ont apporté des réponses performatives protéiformes, porteuses de messages symboliques ou politiques. Il s’agit donc pour ce travail de recherche de mobiliser à la fois les méthodes des sciences sociales et les pratiques des arts vivants afin de concevoir l’activité chorégraphique, non pas simplement esthétique et contemplative, mais par définition expressive. Mon ambition est ainsi de faire des arts vivants, tout autant que la sociologie, l’anthropologie ou l’histoire, un véritable outil de compréhension du monde actuel et un outil d’analyse de la « performance », mot devenu si polysémique et tendance aujourd’hui. 

Article initialement publié dans Émile, le magazine des alumni de Sciences Po.

Pour en savoir plus : 

MedLiban : une initiative étudiante pour aider Beyrouth

MedLiban : une initiative étudiante pour aider Beyrouth

Dans l'après-midi du 4 août 2020, deux explosions se sont produites sur le port de Beyrouth, la capitale du Liban. La catastrophe a fait plus de 170 morts, 6 000 blessés, entre 10 et 15 milliards de dollars de dégâts matériels et laissé 300 000 personnes sans-abri. Sur l’impulsion de leur directrice, Yasmina Touaibia, les étudiants libanais du campus de Sciences Po à Menton, ont immédiatement commencé à réfléchir à la manière dont ils pourraient leur venir en aide.

Lire la suite
Maylis de Kerangal, nouvelle autrice en résidence

Maylis de Kerangal, nouvelle autrice en résidence

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq et Patrick Chamoiseau, Maylis de Kerangal rejoint Sciences Po comme titulaire de la Chaire d’écrivain invité : le passage de relais a eu lieu lundi 28 septembre 2020 lors d'un événement à suivre en ligne. L’occasion de revenir sur un an et demi d’aventures littéraires avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des Compétences et de l'Innovation. 

Lire la suite
Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

À son ouverture, le nouveau site du 1, Saint Thomas accueillera des étudiants, des chercheurs, des enseignants, mais aussi des sculptures ! Celles d’un jeune artiste colombien, Iván Argote, que notre jury vient de choisir pour inviter la création contemporaine dans cet écrin patrimonial. Avec un groupe d’étudiants, il démarre la création d’une série d’œuvres, parfois bancs, parfois sculptures, toujours porteuses de symboles et de messages... Découvrez son parcours et sa vision. 

Lire la suite
Covid-19 : une crise organisationnelle

Covid-19 : une crise organisationnelle

La crise du Covid-19 révèle la difficulté des décideurs à appréhender des problèmes complexes : pour les sociologues Olivier Borraz et Henri Bergeron (CSO), le réflexe qui consiste à créer de nouvelles organisations en réponse à l’incertitude a fait la preuve de son inefficacité. Selon eux, les dirigeants devraient, face aux défis de la crise sanitaire en cours, adopter une démarche scientifique plutôt que d’attendre de la science une vérité absolue. Entretien.                        

Lire la suite
Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

C’est une leçon de rentrée historique à tous points de vue qui s’est déroulée ce jeudi 10 septembre 2020 : délivrée en ligne, l’intervention d’Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques, s’adressait à tous les étudiants du Collège universitaire, mais aussi à un large public grâce à une diffusion en direct sur Youtube. “Argumentez, doutez, écrivez, découvrez qui vous êtes, et faites l’amitié” : l’éminent Professeur de droit constitutionnel a prodigué ses conseils et répondu aux questions des étudiants. Une ode à l’esprit de liberté, à revoir en intégralité. 

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

Plus que quelques jours pour participer à la quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour se lancer. 

Lire la suite
Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Après un semestre de printemps qui a basculé en ligne dans l'urgence, le semestre d'automne démarre à Sciences Po sous le signe du "double campus", avec des cours au format largement réinventé. À quelques jours de la rentrée fixée au 14 septembre 2020, tour d'horizon de cette réinvention pédagogique avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des compétences et de l'innovation. 

Lire la suite