"J'ai troqué mon attaché-case pour un sac à dos"

Après dix ans dans la gestion des affaires publiques au niveau européen, Clara Thompson-Lipponen a décidé de se lancer dans un master en un an à Sciences Po. Une expérience qui a donné une nouvelle dimension à sa carrière. Témoignage.

Clara Thompson-Lipponen a obtenu avec les honneurs en 2015 son diplôme de master en un an de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). Désormais conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE, elle raconte comment ce diplôme de master à Sciences Po a donné un coup d’accélérateur à sa carrière, après dix ans dans les affaires publiques européennes.  

Pourquoi avez vous fait le choix de suivre un master en un an à Sciences Po ?

Clara Thompson-Lipponen : J’avais travaillé dans la gestion des affaires publiques à Bruxelles pendant dix ans, pour le Département d’État américain et pour l’industrie européenne des aliments et des boissons. En suivant mon mari dont la carrière l’appelait à Paris, j’ai mis la mienne entre parenthèses pour m’occuper de mon fils. Après ce break, retrouver un poste s’est avéré bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Après avoir réfléchi à toutes les options, reprendre des études à l’université m’a semblé être la meilleure stratégie. Je souhaitais actualiser mes compétences, et les étendre à des domaines plus quantitatifs, comme les statistiques et l’économie. Je voulais aussi aborder des sujets que j’avais toujours eu envie d’étudier, comme l’agriculture et le droit commercial international. Le master en un an proposé par Sciences Po était la formule idéale pour re-booster ma carrière en un minimum de temps, tout en me donnant accès à toutes les connaissances qui m’intéressaient.

Qu’est-ce que cette expérience a changé dans votre carrière ?

C. T.-L. : Je n’ai pas encore énormément de recul, mais j’ai travaillé sans interruption depuis l’obtention de mon diplôme en juillet 2015 : il n’y a pour moi aucun doute sur le fait que c’est lié à cette nouvelle ligne sur mon CV. Mes diplômes précédents, obtenus en affaires européennes à l’Université Nationale d’Irlande, m’avaient été très utiles durant mon parcours à Bruxelles. Mais après un déménagement et une pause dans ma carrière, j’avais besoin de prouver à mes futurs employeurs que mes compétences étaient toujours pertinentes et affûtées.

Parmi les compétences que vous avez développées durant ce master en un an à Sciences Po, quelles sont celles qui ont le plus compté pour votre poste actuel ?

C. T.-L. : C’est d’abord le contenu des cours eux-mêmes - en agriculture, économie et droit commercial - qui s’est révélé très utile pour ma mission actuelle de conseillère au sein de la Direction du Commerce et de l’Agriculture de l’OCDE.

Ensuite, de manière plus générale, l’intensité de la charge de travail demandée m’a appris à travailler efficacement avec un niveau de pression que je n’avais jamais eu à gérer auparavant ! Ce master m’ a poussée hors de ma zone de confort, que ce soit en termes de volume de travail ou de contenu des enseignements, notamment sur des sujets quantitatifs. Je n’oublierai jamais mon premier examen après 15 ans sans faire de macro-économie : j’avais la peur au ventre ! Mais tout cela en valait vraiment la peine : c’est en troquant mon attaché-case contre un sac-à-dos d’étudiante que j’ai pu donner un coup d’accélérateur à ma carrière.

Y’a-t-il un autre élément essentiel à retenir ?

C. T.-L. : Il y a trois choses que je n’oublierai pas. D’abord beaucoup de nos enseignants étaient particulièrement charismatiques et accompagnaient énormément les étudiants. Ensuite, notre responsable pédagogique, était quelqu’un d’extrêmement avisé, qui ne ménageait pas ses efforts pour nous. Et enfin, mes camarades de cours, qui étaient à la fois les professionnels avec qui nous formions un groupe très soudé, mais aussi des étudiants plus jeunes avec qui nous avions certains cours en commun, et dont je n’oublierai pas l’enthousiasme et l’ouverture d’esprit. Cela a été  une chance exceptionnelle de pouvoir retourner sur les bancs de la fac à ce moment là de ma vie, et de travailler avec des gens de cette qualité.

>> Découvrez nos programmes de master en un an

“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain, durable, et penser un libéralisme qui serait aussi humaniste.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 24 et dimanche 25 février 2018, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

Lire la suite
L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

Par Florent Parmentier (Sciences Po) et Christian Dargnat (Sciences Po). « Qui maîtrise l’intelligence artificielle domine le monde » : cette déclaration de Vladimir Poutine, en septembre dernier, à la tonalité prophétique a soulevé de nombreuses questions. Cette perspective faisait-elle référence à une vision essentiellement économique ou à une représentation plus militaire et géopolitique des choses ? Même sans avoir de certitude sur ce sujet, il apparaît bien que l’intelligence artificielle (IA) est un enjeu essentiel, complété par celui non moins important des données (le « nouveau pétrole »).

Lire la suite
Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po inaugure aujourd’hui son premier bureau de représentation sur le continent africain, à Nairobi, au Kenya, et devient ainsi la première université française à ouvrir une délégation en Afrique anglophone. Ce bureau pilotera et animera tout un ensemble d’actions en Afrique Subsaharienne.

Lire la suite
Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Oui, on peut faire son master en apprentissage à Sciences Po ! Près du tiers des formations de 2ème cycle proposent cette possibilité. Une option plébiscitée par tous : les étudiants pour l’insertion professionnelle, les employeurs pour le recrutement, et l’université pour son intérêt pédagogique. Point d’étape avec Cornelia Woll, Directrice des études et de la scolarité. 

Lire la suite
Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Les instances de gouvernance de Sciences Po ont décidé de reconduire Frédéric Mion, directeur depuis 2013, pour un second mandat à la tête de l’institution. L’occasion de revenir sur son bilan, et d’esquisser son projet à l’horizon des 150 ans de Sciences Po : ouvrir, rassembler et innover.
Lire la suite

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Le Prix Claude Érignac récompense chaque année une étudiante ou un étudiant de Sciences po pour son engagement au service de valeurs républicaines et humanistes. Cette année, c'est Luca Vergallo, étudiant en Master politiques publiques qui a été distingué pour son développement d’une pédagogie innovante qui valorise les services publics de secours et sensibilise à la gestion et à la communication de crise.

Lire la suite
“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

Après le succès du Mooc Espace Mondial et ses 25 000 inscrits, Bertrand Badie présente son nouveau cours en ligne intitulé "Afrique et mondialisation, regards croisés", qui démarre sur la plateforme Coursera lundi 12 février 2018. Accessible à tous et réalisé par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens, ce nouveau Mooc propose une vision inédite du continent et de son avenir. Et invite à repenser la gouvernance globale. Entretien. 

Lire la suite
Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Par Didier Demazière (CSO). Le spectre du dopage resurgit avec chaque grand événement sportif. Celui-ci mêle, de façon quelque peu schizophrène, célébration d’une éthique méritocratique fièrement affichée et rumeurs plus ou moins sourdes de tricheries et de manquements à cet idéal. Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud n’échappent pas à cette règle. En effet, leur préparation a été marquée par l’affaire de la disqualification des sportifs russes, certains étant finalement autorisés à concourir sous la bannière « Olympic Athlete from Russia », sans pouvoir arborer les couleurs de leur pays.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite