Jacques Chirac, le panache et l’ambition

Avec Jacques Chirac s’éteint tout un pan de l’histoire politique française, et l'un des alumni les plus illustres de Sciences Po. Durant les trois années qu’il passe à l’Institut d’études politiques entre 1951 et 1954, le futur homme d’État franchit à grandes enjambées plusieurs étapes fondamentales pour la suite de son brillant parcours.

En 1950, le jeune Jacques Chirac obtient son baccalauréat, avec mention Assez Bien. Il décide alors d’écouter sa fougue et son envie d’aventure et s’engage trois mois comme matelot sur un navire charbonnier. De retour sur la terre ferme, son père, Abel Chirac, n’a qu’un mot à la bouche : ce sera Polytechnique ou rien ! Il le pousse alors à s’inscrire en prépa scientifique, au lycée Louis-le-Grand. Un an plus tard, l’esprit rebelle de celui qui deviendra par deux fois chef de l’État se fait plus fort que la pression paternelle : il abandonne les mathématiques et entre à Sciences Po, section Service public.

Dès lors qu’il passe la porte du 27, rue Saint-Guillaume, Jacques Chirac entre dans un monde qui demeurera le sien jusqu’à la fin de sa vie. Un monde qu’il découvre et dans lequel il détonne. “Il n’a pas le même bagage en poche, le même parcours ni la même expérience de la vie que ceux qu’il croise ce jour-là. Il était un peu comme un lynx que l’on aurait enfermé avec des chats angora…” raconte son ancienne camarade Béatrice de Andia, citée par Arnaud Ardoin dans son ouvrage consacré à Jacques Chirac, Président, la nuit vient de tomber

De l’avis de tous ses camarades, c'est un étudiant sympathique, charismatique, voire un brin séducteur… Ses professeurs, eux, le disent bon orateur, brillant et plein d’avenir.

“Quelqu’un de pas ordinaire”

Très tôt il est attiré par les États-Unis, qu’il parcourt en compagnie de deux de ses camarades de promotion pendant un été à la Summer School d'Harvard, avant d'arpenter le pays lors d’une année sabbatique. Sa passion américaine aurait pu être contrariée peu avant son départ par un très bref passage militant dans la mouvance communiste et, surtout par sa signature de l’appel de Stockholm en 1950, d’inspiration communiste, qui lui valut quelques questions insistantes lors de sa demande de visa pour les États-Unis.

Il revient en France l’année de son diplôme, en 1954, et termine son cursus en soutenant un mémoire de géographie économique intitulé "Le Développement du port de La Nouvelle-Orléans", dirigé par le professeur Jean Chardonnet. Il sort ainsi troisième sur les 139 de sa promotion, avec la mention « bien ».

Le jeune homme ambitieux ne perd pas de temps : à l'automne de la même année, il est reçu à l'École nationale d'administration, déclenchant l’admiration de sa jeune fiancée, Bernadette Chodron de Courcel, rencontrée sur les bancs de Sciences Po. “C’était un garçon exceptionnel ! raconte-t-elle dans un entretien à Émile, le magazine des alumni. Je ne vous parle pas de la première année où il agitait ses jambes sous la table, mais du fait qu’il soit entré directement à l’ENA, sans année préparatoire, en sortant du diplôme de Sciences Po. Là, je me suis dit : « C’est quelqu’un de pas ordinaire.”

Le goût de diriger

Fil rouge de ses années étudiantes, c’est d’ailleurs l’Amérique qui lui avait offert l’occasion de se faire remarquer par sa future épouse.  “Jacques Chirac a toujours été malin, doté d’un culot formidable! Peu après notre première rencontre en conférence à Sciences Po, j’étais en bibliothèque, en train d’écrire une fiche sur De la démocratie en Amérique, de Tocqueville. Ce garçon, que je ne connaissais pas, s’est approché de moi. J’ai regardé ses chaussures, en me disant: «Qu’est-ce que c’est que ce cloporte?» Il m’a dit: «Mademoiselle, je vois que vous lisez De la démocratie en Amérique. Où en êtes-vous?» J’ai répondu: «J’arrive à la fin. J’ai fait l’analyse du livre comme on me l’a demandé.» Il me demande: «Quand vous aurez fini, est-ce que vous pourrez me passer vos fiches?» J’ai été assez bête, c’est là où on voit que j’étais très timide à l’époque, pour les lui prêter. Résultat: il a eu une meilleure note que moi !”

C’est aussi à Sciences Po que Jacques Chirac découvre son goût et son talent pour diriger :  «Il anime des petits groupes de travail, plusieurs jeunes se retrouvent autour de lui. Ils sont tous brillants et réfléchissent à différents sujets. Beaucoup de choses s’organisent autour de sa personne», retrace Philippe Goulliaud, cité par Le Figaro Étudiant dans son article du 26 septembre.

Une fois rentré à l’ENA, le futur homme d’État se met au travail et démarre le cursus honorum qu’on lui connaît, animé de cette ambition qui lui ouvrira tous les échelons du pouvoir, jusqu’à ses deux mandats au sommet de la République.

Jeune auditeur à la Cour des comptes, il est recruté comme chargé de conférence et enseigne à Sciences Po dans les années 1960. Il ne manquera jamais par la suite, à chacune de ses visites rue Saint-Guillaume, d'aller saluer affectueusement le personnel des secrétariats. Autant de souvenirs et d'anecdotes qui perpétuent dans les couloirs et la mémoire de Sciences Po la trace du passage de ce jeune corrézien, devenu une icône de la vie publique française.

Sources :

En savoir plus

5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite
Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Par Christian Lequesne et Thierry Chopin. Le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour l’Union européenne : il représente une amputation, en termes de poids commercial, politique et stratégique. Il rend aussi plus difficile le discours normatif sur le modèle européen de régionalisme dans le monde. Au Brésil, en Inde ou en Afrique du Sud, le modèle apparaît comme une entreprise qui se délite. Par ailleurs, le Brexit acte la possibilité d’une véritable réversibilité politique, si bien que certains ont même parlé d’une désintégration de l’Union européenne. Malgré cela, du point de vue des gouvernements nationaux, il est remarquable que les 27 autres États membres aient présenté dans les négociations un « front uni » face aux divisions britanniques.

Lire la suite
L'art de la ligne

L'art de la ligne

Vous les avez forcément croisées si vous arpentez régulièrement les rues parisiennes : les mystérieuses lignes et arabesques du street-artiste Jordane Saget se déploient dans tout l’espace urbain. Qu’il s’agisse du métro, d’une vitrine de boutique, d’un trottoir ou d’un bâtiment parisien comme le palais de Chaillot, toutes ces structures révèlent, grâce à son imagination, un potentiel artistique.

Lire la suite

"Collaborer avec la nature au lieu de vouloir la dominer"

La navigatrice Isabelle Autissier, première femme à avoir accompli un tour du monde lors d'une compétition, également écrivain et présidente du WWF-France, était l'invitée de la pré-rentrée des élèves de première année sur le campus de Paris, mercredi 22 janvier. Retrouvez son interview en vidéo.

Lire la suite