Georges, André, Eugène, Francesco... Promo 1874

Juin 1874. La tension est à son comble, le silence règne dans la salle de classe. Les étudiants de l’École libre des sciences politiques s’apprêtent à passer leurs examens de fin d’année. Ce sont les premiers diplômés de Sciences Po, deux ans tout juste après la création de l’École, et ils sont très exactement au nombre de... quatre. Retour sur l’un des moments-clés de ce qui deviendra le célèbre « Sciences Po ».

Quelle mouche a piqué ces élèves ayant décidé de passer le diplôme alors qu’ils auraient pu, comme les 85 autres inscrits cette année-là à Sciences Po (non, il n’y avait pas que 4 élèves !), se contenter d’assister aux cours en simples auditeurs ? Leurs dossiers étudiants, précieusement conservés dans nos archives, ne le précisent pas. Mais on connaît quelques-uns de leurs sujets d’examens : « Quelles sont les diverses espèces de contrebande de guerre ? », « Comment est composé un budget communal ? », ou encore, « Résumer la politique européenne de la Russie de 1856 à 1870 ». Les sujets proposés, pragmatiques et concrets, en prise avec l’actualité, tranchent avec les enseignements traditionnellement prodigués en France. Ils reflètent les ambitions réformatrices du fondateur et directeur de l’établissement, Émile Boutmy.

Nos quatre premiers diplômés étaient tous des hommes , - Sciences Po accueillera ses premières étudiantes en 1919 -, et étaient inscrits dans les deux seules sections que comptait alors l’école : la section «diplomatique» et la section «administrative», ancêtres lointains, mais directs, des filières en relations internationales et en administration publique qui constituent aujourd’hui encore deux piliers des formations de Sciences Po. L’identité de Sciences Po, en germe dans ces sections, l’était aussi dans la politique de séjours à l’étranger pratiquée dès 1873 par l’école. Trois de nos diplômés de 1874 demanderont ainsi des bourses pour des séjours d’études en Suisse, à l’Île de Man et au Schleswig.

Que sont devenus ces diplômés ? Leurs parcours ne nous sont pas toujours connus, même si certains, à leur échelle, ont marqué l’histoire. Ils s’appelaient Georges Cogordan, Francesco de Boyas Echeverria, André Lequeux et Eugène Sée. Georges Cogordan est devenu homme politique et diplomate et fut nommé consul général du Caire. Eugène Sée, premier et seul diplômé de la section administrative de Sciences Po en 1874, exerça quant à lui la fonction d’administrateur dans différentes préfectures en France. Il fut aussi le premier président de l’association des anciens élèves. Illustres ou anonymes, ils ont tous les quatre marqué l'histoire de Sciences Po en en constituant la première promotion.

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l’innovation pour une formation qui s'adapte aux transformations profondes que connaît la société. Son rôle est d’accompagner étroitement les enseignants dans leurs réflexions et actions pédagogiques, et de renforcer pour les étudiants la lisibilité et l’appropriation des compétences acquises tout au long de la formation.

Lire la suite
Les sciences sociales au prisme du genre

Les sciences sociales au prisme du genre

PRESAGE, le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, a été créé en 2010. Destiné à promouvoir la recherche sur le genre, à développer l’offre de cours et à diffuser les savoirs sur ce champ, c’est l’un des plus anciens programmes transversal et pluridisciplinaire dédié au genre en France. Rencontre avec ses fondatrices, Hélène Périvier et Françoise Milewski, chercheuses à l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Lire la suite
Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite