Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Qu’est-ce que les Jeunes Européens ? 

C’est une association de jeunes de 16 à 35 ans qui vise à renforcer le sentiment de citoyenneté européenne, fait de la pédagogie auprès des plus jeunes et encourage le débat sur l’Europe. L’association existe à l’échelle européenne et se décline en sections nationales, comme les “Jeunes Européens France”, et locales, comme la nôtre à Sciences Po. Nous sommes transpartisans et nous ne soutenons aucun parti politique en particulier, même si nous sommes quand même pro-européens.

En quoi consiste votre action ?

Elle consiste à sensibiliser le public aux questions européennes. On a, par exemple, lancé la campagne “Mon vote, mon Europe” pour les élections de 2019. Elle se déroule en ligne, - on publie des vidéos dans lesquelles on explique les enjeux des élections -, comme dans les rues avec l’action “Réagis et (re)vote” : on montre une citation d’un de nos eurodéputés et on fait réagir le public. L’idée, c’est d’inciter les gens à aller voter pour avoir des députés qui les représentent… et non l’inverse ! On fait aussi de la pédagogie auprès des plus jeunes en se rendant dans les écoles, collèges et lycées pour parler de l’Europe sur un format interactif. On fait également des actions dans des lieux publics destinées à attirer l’attention et à faire naître un débat, notamment dans le cadre du projet INCLUDE en partenariat avec la Mairie de Paris. 

Et dans le cadre de Sciences Po, que faites-vous plus spécifiquement ? 

On a organisé en novembre 2018 un débat avec six eurodéputés pour poser les jalons des futures élections. On a également organisé une conférence puis un ciné-débat pour évoquer les problèmes migratoires et la réglementation concernant les demandeurs d’asile, ou encore un événement sur les États-Unis, l’Union européenne et et la Chine avec le “Club Chine” de Sciences Po. Et, bien sûr, nous faisons aussi tout un travail de sensibilisation et d’intégration, par exemple pour intégrer les étudiants étrangers en échange à Sciences Po.

Quels sont les enjeux les plus importants à la veille des élections européennes ? 

La mobilisation des jeunes ! Quand vous regardez les dernières études d’intention de vote, les chiffres sont impressionnants. Cela nous motive encore plus à militer et à faire des propositions pour l’Europe de demain. Les Jeunes Européens souhaitent également influencer le débat public. On a un dossier avec des propositions concrètes : mettre en place une éducation civique européenne, élire le président de la Commission au suffrage universel, etc. 

Qu’est-ce qui manque à l’Europe aujourd’hui ?  

On peut être à la fois europhile et eurocritique et dire ce qui ne va pas ! Par exemple, le système de choix de nos représentants est à revoir. Il manque également une identité européenne : les gens voient l’Europe comme quelque chose de lointain qui nous impose des règles. Alors qu’en fait, on bénéficie de beaucoup de choses au quotidien via l’Union européenne : de nouvelles routes, de nouvelles infrastructures, des échanges Erasmus, etc. 

Que diriez-vous aux gens qui ne votent pas lors des élections européennes parce qu’ils pensent que les élections nationales sont plus importantes ? 

Que les gouvernements nationaux dépendent en grande partie de ce qui est décidé au Parlement européen ! Si cela n’intéresse pas les gens, c’est peut-être parce que les programmes électoraux ne sont pas suffisamment expliqués... Les médias n’y prêtent pas beaucoup attention, on n’en parle pas dans les grands journaux et à la télévision. On en parle seulement à un ou deux mois du scrutin. Il faut semer les graines européennes suffisamment tôt, sinon ça ne sert à rien ! 

Comment envisagez-vous l'évolution de l’Union européenne dans les prochains mois ?

Cela va dépendre en grande partie des élections du 26 mai et des résultats. Si les eurosceptiques gagnent, ils vont chercher à réformer l’Union européenne de l’intérieur et donc sans doute donner davantage de pouvoir aux gouvernements nationaux. Si c’est le cas, cela va être difficile de garder les militants actuels de notre association, ça risque d’être décourageant. Inversement, si le front européiste l’emporte, peut-être qu’on va aller vers ce que souhaitent les Jeunes Européens : une Europe plus intégrée avec une vraie politique migratoire, une vraie politique fiscale ou encore un budget européen !

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir'

“Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

26 décembre 2019 - En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée. Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

Lire la suite
Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Par Julie Madon (CSO). Voté par le Sénat à la quasi-unanimité, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été examiné le 9 décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Parmi les mesures phares, l’adoption d’un indice de réparabilité, qui indique si un produit est réparable, difficilement réparable ou non réparable. Il permettrait, en aiguillant le choix du consommateur, de lutter contre l’obsolescence programmée.

Lire la suite