Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

De ce point de vue là, il existe une différence notoire entre les nationalistes et ceux qu’on pourrait appeler les « européistes » ou les pro-européens. Notamment dans la forme que prend le combat qu’ils mènent en faveur de la défense de leur nation ou de ce qu’ils appellent « l’État-nation ». Aujourd’hui, les nationalistes considèrent que ce combat peut se faire – et gagne à se faire – à l’intérieur de la construction européenne.

Dans l’ouvrage que j’ai co-écrit avec Jacques Lévy, on peut interpréter ce changement à travers l’importante métamorphose du nationalisme en Europe par rapport à l’entre-deux-guerres – une référence faite régulièrement dans la période dans laquelle nous vivons actuellement.

Dans les années 30, les nationalistes considéraient que leur État-nation était supérieur aux autres, s’inscrivant dans une sorte de pyramide dans laquelle existait une hiérarchie. Les plus radicaux d’entre eux considéraient qu’ils avaient le droit et le devoir de conquérir d’autres États-nations – ce fut le cas des nazis.

Désormais, les nationalistes européens disposent tous de partis politiques. Ils ne pensent plus que leur nation est supérieure aux autres, mais plutôt qu’il existe une convergence des nations et surtout l’existence d’un ennemi commun qui se trouve à l’extérieur de l’Europe (l’islam, les musulmans, les Arabes, les Noirs…). En ce sens, ils reconnaissent que l’UE est quelque chose de positif.

Un attachement au modèle économique

L’UE est également une institution disposant de ressources institutionnelles et commerciales et dotée d’une politique d’asile et d’une politique migratoire communes. Pourquoi ne pas mettre ces ressources au service de leur vision du monde ?

D’autre part, l’électorat des nationalistes n’est pas prêt à quitter l’UE et encore moins à quitter la zone euro. Selon des sondages Eurobaromètre commandés par la Commission européenne, on constate que l’euro est redevenu populaire dans la plupart des pays européens.

Globalement il y a un attachement à la devise européenne qui est très fort. Quel que soit le parti politique pour lequel on vote, tout le monde comprend qu’à partir du moment où l’on sort de la zone euro, il existe un gros risque de dévaluation de la monnaie.

Les populistes au gouvernement, en particulier les eurosceptiques de Hongrie ou de Pologne, dirigent des pays qui sont parmi ceux qui reçoivent le plus de financements de la part des politiques européennes. Un exemple : l’argent qui est versé par l’UE à la Hongrie, dans le cadre de ce que l’on appelle la politique régionale de l’UE ou politique agricole commune. Ces sommes, versées chaque année, représentent 4 % du PIB de la Hongrie. Il convient ainsi de rappeler que l’UE représente aussi pour les souverainistes des ressources budgétaires très concrètes.

Un extrême droite encore timide au Parlement européen

Aujourd’hui, les nationalistes ne disent plus : « L’Europe tu l’aimes ou tu la quittes », mais plutôt : « L’Europe, tu ne l’aimes pas mais tu ne la quittes pas », pour la transformer de l’intérieur.

En Autriche, l’extrême droite eurosceptique et nationaliste est le FPÖ (parti de la liberté d’Autriche). Ce parti est le partenaire junior de la coalition gouvernemental. Le parti « senior » est le grand parti de droite chrétien-démocrate, l’ÖVP. Le chancelier Sebastian Kurz, qui en est le dirigeant, a confié deux ministères régaliens au FPÖ d’extrême droite. Du jamais vu depuis la fin de la Seconde guerre mondiale en Europe. L’extrême droite dirige ainsi les ministères de l’Intérieur et de la Défense. On ne saurait mieux signifier combien la droite autrichienne est en train de faire sienne la doctrine d’extrême droite sur les questions des libertés, de la sécurité, de l’État de droit, des migrations et de l’asile.

Il n’y a pas qu’en Autriche. Le ministère de l’Intérieur est aussi dirigé par l’extrême droite en Italie, et par la droite ultra-conservatrice et xénophobe en Hongrie et en Pologne. L’extrême droite parvient donc à avoir sur les politiques européennes une influence certaine, et à peser au sein du Conseil de l’Union européenne, l’Assemblée des États-membres.

On assiste à une espèce de recyclage ou de mutation du nationalisme classique en nationalisme européen : si ces partis politiques investissent véritablement les institutions européennes (ce qu’ils ne font pas vraiment de façon méthodique et systématique pour l’instant), cela leur permettrait de détourner les institutions européennes des valeurs au service desquelles ces dernières ont été créées initialement.

Le combat idéologique à venir

Depuis 15 ans, élection après élection les partis populistes d’extrême droite ou eurosceptiques progressent au Parlement européen. Les estimations actuelles leur donnent à cette famille politique 20 à 25 % des sièges dans le futur Parlement.

L’espoir européen de ces partis politiques est de constituer le troisième groupe parlementaire. Cela supposerait qu’ils siègent tous dans un même groupe, alors qu’aujourd’hui ils sont répartis dans trois groupes distincts (CRE, EFDD, ENL) – et même quatre, puisque le parti Fidesz du gouvernement hongrois de Viktor Orban est membre du PPE, le grand groupe de droite. Le cas échéant ils pourraient alors présider plusieurs commissions ou encore rédiger plusieurs rapports parlementaires. Ils pourront aussi influencer l’ordre du jour du Parlement et mettre sur la table des projets de résolution.

Faut-il y voir les prémices d’un nouveau combat politique, au sens noble et plein du mot, avec la confrontation de deux projets d’Europe bien distincts ? Le Parlement européen élu en 2019 en serait le lieu central. En effet, ce risque de détournement de l’intérieur des ressources institutionnelles et politiques de la construction européenne par les forces politiques qui en combattent les valeurs et l’esprit devraient obliger les familles politiques dites « pro-européennes » à faire preuve d’inventivité et de combativité pour faire triompher leurs projets et leurs doctrines.

Sylvain Kahn, professeur agrégé au Centre d'histoire de Sciences Po


L’auteur, historien et géographe, a récemment publié avec le géographe Jacques Lévy « Le pays des Européens » aux éditions Odile Jacob.The Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Sur le même sujet :

Abonnez-vous à nos newsletters :

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après deux ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite