Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

De ce point de vue là, il existe une différence notoire entre les nationalistes et ceux qu’on pourrait appeler les « européistes » ou les pro-européens. Notamment dans la forme que prend le combat qu’ils mènent en faveur de la défense de leur nation ou de ce qu’ils appellent « l’État-nation ». Aujourd’hui, les nationalistes considèrent que ce combat peut se faire – et gagne à se faire – à l’intérieur de la construction européenne.

Dans l’ouvrage que j’ai co-écrit avec Jacques Lévy, on peut interpréter ce changement à travers l’importante métamorphose du nationalisme en Europe par rapport à l’entre-deux-guerres – une référence faite régulièrement dans la période dans laquelle nous vivons actuellement.

Dans les années 30, les nationalistes considéraient que leur État-nation était supérieur aux autres, s’inscrivant dans une sorte de pyramide dans laquelle existait une hiérarchie. Les plus radicaux d’entre eux considéraient qu’ils avaient le droit et le devoir de conquérir d’autres États-nations – ce fut le cas des nazis.

Désormais, les nationalistes européens disposent tous de partis politiques. Ils ne pensent plus que leur nation est supérieure aux autres, mais plutôt qu’il existe une convergence des nations et surtout l’existence d’un ennemi commun qui se trouve à l’extérieur de l’Europe (l’islam, les musulmans, les Arabes, les Noirs…). En ce sens, ils reconnaissent que l’UE est quelque chose de positif.

Un attachement au modèle économique

L’UE est également une institution disposant de ressources institutionnelles et commerciales et dotée d’une politique d’asile et d’une politique migratoire communes. Pourquoi ne pas mettre ces ressources au service de leur vision du monde ?

D’autre part, l’électorat des nationalistes n’est pas prêt à quitter l’UE et encore moins à quitter la zone euro. Selon des sondages Eurobaromètre commandés par la Commission européenne, on constate que l’euro est redevenu populaire dans la plupart des pays européens.

Globalement il y a un attachement à la devise européenne qui est très fort. Quel que soit le parti politique pour lequel on vote, tout le monde comprend qu’à partir du moment où l’on sort de la zone euro, il existe un gros risque de dévaluation de la monnaie.

Les populistes au gouvernement, en particulier les eurosceptiques de Hongrie ou de Pologne, dirigent des pays qui sont parmi ceux qui reçoivent le plus de financements de la part des politiques européennes. Un exemple : l’argent qui est versé par l’UE à la Hongrie, dans le cadre de ce que l’on appelle la politique régionale de l’UE ou politique agricole commune. Ces sommes, versées chaque année, représentent 4 % du PIB de la Hongrie. Il convient ainsi de rappeler que l’UE représente aussi pour les souverainistes des ressources budgétaires très concrètes.

Un extrême droite encore timide au Parlement européen

Aujourd’hui, les nationalistes ne disent plus : « L’Europe tu l’aimes ou tu la quittes », mais plutôt : « L’Europe, tu ne l’aimes pas mais tu ne la quittes pas », pour la transformer de l’intérieur.

En Autriche, l’extrême droite eurosceptique et nationaliste est le FPÖ (parti de la liberté d’Autriche). Ce parti est le partenaire junior de la coalition gouvernemental. Le parti « senior » est le grand parti de droite chrétien-démocrate, l’ÖVP. Le chancelier Sebastian Kurz, qui en est le dirigeant, a confié deux ministères régaliens au FPÖ d’extrême droite. Du jamais vu depuis la fin de la Seconde guerre mondiale en Europe. L’extrême droite dirige ainsi les ministères de l’Intérieur et de la Défense. On ne saurait mieux signifier combien la droite autrichienne est en train de faire sienne la doctrine d’extrême droite sur les questions des libertés, de la sécurité, de l’État de droit, des migrations et de l’asile.

Il n’y a pas qu’en Autriche. Le ministère de l’Intérieur est aussi dirigé par l’extrême droite en Italie, et par la droite ultra-conservatrice et xénophobe en Hongrie et en Pologne. L’extrême droite parvient donc à avoir sur les politiques européennes une influence certaine, et à peser au sein du Conseil de l’Union européenne, l’Assemblée des États-membres.

On assiste à une espèce de recyclage ou de mutation du nationalisme classique en nationalisme européen : si ces partis politiques investissent véritablement les institutions européennes (ce qu’ils ne font pas vraiment de façon méthodique et systématique pour l’instant), cela leur permettrait de détourner les institutions européennes des valeurs au service desquelles ces dernières ont été créées initialement.

Le combat idéologique à venir

Depuis 15 ans, élection après élection les partis populistes d’extrême droite ou eurosceptiques progressent au Parlement européen. Les estimations actuelles leur donnent à cette famille politique 20 à 25 % des sièges dans le futur Parlement.

L’espoir européen de ces partis politiques est de constituer le troisième groupe parlementaire. Cela supposerait qu’ils siègent tous dans un même groupe, alors qu’aujourd’hui ils sont répartis dans trois groupes distincts (CRE, EFDD, ENL) – et même quatre, puisque le parti Fidesz du gouvernement hongrois de Viktor Orban est membre du PPE, le grand groupe de droite. Le cas échéant ils pourraient alors présider plusieurs commissions ou encore rédiger plusieurs rapports parlementaires. Ils pourront aussi influencer l’ordre du jour du Parlement et mettre sur la table des projets de résolution.

Faut-il y voir les prémices d’un nouveau combat politique, au sens noble et plein du mot, avec la confrontation de deux projets d’Europe bien distincts ? Le Parlement européen élu en 2019 en serait le lieu central. En effet, ce risque de détournement de l’intérieur des ressources institutionnelles et politiques de la construction européenne par les forces politiques qui en combattent les valeurs et l’esprit devraient obliger les familles politiques dites « pro-européennes » à faire preuve d’inventivité et de combativité pour faire triompher leurs projets et leurs doctrines.

Sylvain Kahn, professeur agrégé au Centre d'histoire de Sciences Po


L’auteur, historien et géographe, a récemment publié avec le géographe Jacques Lévy « Le pays des Européens » aux éditions Odile Jacob.The Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Sur le même sujet :

Abonnez-vous à nos newsletters :

La fiction pour dire le réel ?

La fiction pour dire le réel ?

Le 16 septembre, Sciences Po faisait sa rentrée littéraire avec une conférence réunissant les écrivains Kamel Daoud et Marie Darrieussecq à l’occasion du passage de relais de leur titre d’écrivain en résidence. Quelles passerelles peut-on construire entre fiction et réalité ? Qu’apporte l’enseignement de l’écriture ?  Les deux grandes plumes de la littérature française reviennent sur leur expérience de l’écriture et leurs ambitions pour les étudiants. 

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite