Femme regardant Emmanuel Macron à la télévision

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

Plus que quelques jours pour participer à la quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour se lancer. 

Conseil n° 1 : Donnez votre point de vue

Définir sa position dans l’espace, être attentif au contexte, choisir un cadre, raconter une histoire, figer un moment, porter un regard critique ou au contraire embrasser son sujet… L’acte de photographier est presque politique par essence, parce qu’il implique de donner son point de vue - ou, selon les mots d’Henri Cartier-Bresson, de “mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur.” Ne cherchez donc pas le cadre idéal, mais exprimez-vous de façon personnelle !

Woman clandestinely crossing the Mexico-US border

Coup de cœur de l’Agence VU’ 2018 : Analucia Partida Borrego pour « Woman clandestinely crossing the Mexico-US border »

Conseil n°2 : Promenez-vous...

Selon Raymond Depardon, il existe “deux techniques de photographie. Quelquefois, on s'arrête dans un lieu qu'on détermine un peu à l'avance, on choisit son cadre et puis on attend que quelqu'un passe au bon endroit. Ou au contraire, on avance et on ne fait jamais marche arrière, on avance toujours, peu importe où l'on va, au hasard.” Profitez de l’été naissant et de la réouverture des espaces publics pour prendre votre appareil, votre téléphone, ou tout ce qui vous sert de boîte à images, et promenez-vous ! 

Dans la toile

Coup de cœur de l’Agence VU’ 2019 : Eve Pinel (@evedelaroquette) pour « Dans la toile »

Conseil n°2 bis : … ou restez chez vous ! 

Nul besoin de prendre des risques pour devenir le photographe politique de l’année ! Le confinement peut lui aussi être générateur de perspectives nouvelles : perspectives au sens géométrique (dès lors qu’on regarde le monde depuis notre fenêtre, notre balcon, notre jardin ou notre écran d'ordinateur) et perspectives au sens philosophique, puisque pour la plupart d’entre nous, le monde ne sera plus jamais le même… L’important n’est donc pas de sortir de chez moi, mais d’ouvrir l’oeil sur ce qui nous entoure. 

Le président parle aux Français

1er prix 2018 : Coline Renault pour « Le Président parle aux Français »

Conseil n°3 : Étonnez-vous… Surprenez-nous ! 

Selon Laurent Gayer, chargé de recherche CNRS au CERI et membre du jury, le Prix de la Photographie politique célèbre “une imagination et une attention concrète au monde, libérées du carcan de la politique au sens étroit du terme - celle des compétitions électorales et des manifestations de rue.” Poser un œil neuf sur sa famille, sa rue, son pays natal, sa maison, ou tout simplement soi-même, c’est déjà (s’)exposer à la surprise, et emmener celui qui nous regarde en territoire inconnu. 

Free the voice

Photographies remarquées par le jury 2019 : Yilan Ling pour "Free the Voice – Le Havre, 2018"

L'équipe éditoriale de Sciences Po

Pour en savoir plus :

En 2017, Sciences Po lançait le Prix de la Photographie Politique, avec le rêve impossible de “capturer notre époque” pour faire le “document de demain”, selon les mots du photographe indien Raghu Rai. Depuis, ce sont plus de 1 200 photos qui ont été reçues et visées par le jury, chacune apportant une réponse très personnelle à la question : “Qu’est-ce qu’une photographie politique ?”

Le Prix est ouvert à toutes et tous, amateurs et professionnels de la photographie, sans limite d’âge, membres ou non de la communauté de Sciences Po

Pour participer au concours, il suffit de transmettre une (ou plusieurs) phot(s) inédite(s) sur le site du Prix de la Photographie Politique avant le 15 septembre 2020. 

  • 1er PRIX : 1 500€ + 2 billets de train A/R 1re classe Paris-Barcelone
  • 2e PRIX : 1 000€ + 2 billets de train A/R 1re classe Paris-Amsterdam
  • 3e PRIX : 500€ + 2 billets de train A/R 1re classe Paris-Nice
  • “Coup de coeur VU” : 500 €, workshop offert par l’Agence VU
  • Diffusion des photos lauréates dans L’Actu, Le Figaro Magazine, Public Sénat et Polka Magazine, et dans le cadre d’une exposition à l’Agence VU.

J’envoie une photo 

Maylis de Kerangal, nouvelle titulaire de la Chaire d'écrivain en résidence

Maylis de Kerangal, nouvelle titulaire de la Chaire d'écrivain en résidence

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq et Patrick Chamoiseau, Maylis de Kerangal rejoint Sciences Po comme titulaire de la Chaire d’écrivain invité : le passage de relais a lieu lundi 28 septembre 2020 lors d'un événement à suivre en ligne. L’occasion de revenir sur un an et demi d’aventures littéraires avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des Compétences et de l'Innovation. 

Lire la suite
Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

À son ouverture, le nouveau site du 1, Saint Thomas accueillera des étudiants, des chercheurs, des enseignants, mais aussi des sculptures ! Celles d’un jeune artiste colombien, Iván Argote, que notre jury vient de choisir pour inviter la création contemporaine dans cet écrin patrimonial. Avec un groupe d’étudiants, il démarre la création d’une série d’œuvres, parfois bancs, parfois sculptures, toujours porteuses de symboles et de messages... Découvrez son parcours et sa vision. 

Lire la suite
Covid-19 : une crise organisationnelle

Covid-19 : une crise organisationnelle

La crise du Covid-19 révèle la difficulté des décideurs à appréhender des problèmes complexes : pour les sociologues Olivier Borraz et Henri Bergeron (CSO), le réflexe qui consiste à créer de nouvelles organisations en réponse à l’incertitude a fait la preuve de son inefficacité. Selon eux, les dirigeants devraient, face aux défis de la crise sanitaire en cours, adopter une démarche scientifique plutôt que d’attendre de la science une vérité absolue. Entretien.                        

Lire la suite
Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

C’est une leçon de rentrée historique à tous points de vue qui s’est déroulée ce jeudi 10 septembre 2020 : délivrée en ligne, l’intervention d’Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques, s’adressait à tous les étudiants du Collège universitaire, mais aussi à un large public grâce à une diffusion en direct sur Youtube. “Argumentez, doutez, écrivez, découvrez qui vous êtes, et faites l’amitié” : l’éminent Professeur de droit constitutionnel a prodigué ses conseils et répondu aux questions des étudiants. Une ode à l’esprit de liberté, à revoir en intégralité. 

Lire la suite
Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Après un semestre de printemps qui a basculé en ligne dans l'urgence, le semestre d'automne démarre à Sciences Po sous le signe du "double campus", avec des cours au format largement réinventé. À quelques jours de la rentrée fixée au 14 septembre 2020, tour d'horizon de cette réinvention pédagogique avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des compétences et de l'innovation. 

Lire la suite

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Lorsque l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue, il deviendra le cœur du futur campus parisien. Pour le moment, sous les échafaudages, le lieu poursuit sa transformation grâce aux grandes machines et aux hommes de l’art. Aperçu du chantier sous l’œil de notre photographe, Martin Argyroglo.

Lire la suite
“Apprendre le droit sans le sacraliser”

“Apprendre le droit sans le sacraliser”

Doyen délégué de l’École de droit depuis un an, Sébastien Pimont prend à la rentrée de septembre 2020 la succession de Christophe Jamin en tant que doyen. Une relève préparée de longue date, et qui intervient dans un contexte pédagogique inédit. Pas de quoi effrayer ce Professeur des universités qui y voit l’opportunité de poursuivre la réinvention pédagogique permanente, marque de fabrique de l’École de droit. Entretien.

Lire la suite