10 bonnes raisons d'étudier à Reims

Après avoir découvert qu’on pouvait faire Sciences Po (Paris) ailleurs qu’à Paris, la plupart des lycéens se posent LA question fatidique : quelles différences y a-t-il entre les sept campus du premier cycle ? Et comment faire son choix entre Dijon, Le Havre, Menton, Nancy, Paris, Poitiers, ou Reims ? Focus sur le campus champenois et ses solides arguments.

1. Un campus sorti tout droit de Harry Potter

Les campus de Sciences Po en région sont tous implantés sur des sites historiques et architecturaux exceptionnels. Ouvert en 2010, celui de Reims en est l’un des plus beaux exemples : construit au XVIIe siècle, l’ancien “Collège des Jésuites” a ainsi renoué avec sa vocation d’enseignement. Depuis les voûtes des anciennes cuisines jusqu’aux vitraux et peintures d’époque, en passant par les cours arborées et la vigne multi-centenaire, l’atmosphère du lieu se situe quelque part entre Oxford et la Sorbonne. Magnifiquement restauré, le campus offre à la fois la beauté d’un monument historique classé et la modernité nécessaires aux étudiants de ce siècle. Notre coup de cœur : les boiseries et dorures baroques de l’ancienne bibliothèque des Jésuites, devenue salle d’études, qui pourraient facilement servir de décor à un épisode de Harry Potter.

2. Les avantages d’une grande ville….

Dotée d’un immense patrimoine architectural, la “Cité des Rois” possède trois sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Connue notamment grâce à sa cathédrale du XIIIe siècle, c’est à Reims que les souverains recevaient, sous l’Ancien Régime, le sacre qui leur conférait la majesté royale

Désignée “Ville d'Art et d'Histoire”, Reims abrite une vie culturelle riche, avec un Opéra et de nombreux festivals de musique. Douzième ville de France par sa population, avec près de 200 000 habitants, on y trouve tous les services et équipements nécessaires à une vie étudiante, festive et sportive bien remplie. Last but not least, Paris se situe à 45 minutes en TGV, de quoi profiter également des nombreuses possibilités offertes par la capitale. 

3. ...sans les inconvénients !

Les conditions de vie à Reims sont plus faciles qu’à Paris, avec notamment des logements beaucoup moins chers, proposés par le CROUS et les autres résidences étudiantes. De très nombreux logements sont disponibles à moins de cinq minutes à pied du campus. Moins coûteux, le quotidien s’en trouve aussi moins stressant, avec des trajets moins longs et des activités, loisirs et services facilement accessibles. De même, à l’échelle du campus : deuxième campus du Collège en taille, après celui de Paris, il rassemble désormais près de 1600 étudiants. Une communauté à la taille idéale, à la fois propice aux échanges et à la cohésion.

4. Vivre en V.O.

Plus de la moitié des étudiants rémois de Sciences Po sont des étudiants internationaux, issus de 50 nationalités différentes, avec une forte représentativité des États-Unis. Les programmes sont enseignés en anglais et en français, les deux langues officielles du campus, que tous les étudiants maîtrisent à la sortie du Bachelor. De quoi, également, accueillir les professeurs de langue anglaise les plus réputés dans leurs domaines respectifs.

Le campus de Sciences Po à Reims est ainsi une opportunité unique de rencontrer et de se lier d’amitié avec des gens aux expériences multiples, de pratiquer les langues étrangères - de l’espagnol à l’arabe en passant par le swahili - et de vivre l’international au quotidien.

5. Un programme historique dédié aux États-Unis

Sciences Po with an American twist!” : depuis sa création en 2010, le campus de Reims accueille le programme “Amérique du Nord” du bachelor. Quelles différences entre les systèmes de droit français et américain de common law ? Pourquoi les États-Unis n’ont-ils eu qu’une seule Constitution depuis la fin du XVIIIème siècle ? Comment y est pensé le concept d’égalité ? Qu’est-ce que "l’affirmative action" ? Dans ce cursus anglophone, les étudiants explorent les relations transatlantiques avec une approche comparée des institutions, de l’histoire, de la politique étrangère, en lien avec les problématiques contemporaines.

6. Et de deux ! Un nouveau programme consacré à l’Afrique

Depuis 2015, Reims est devenu le seul campus à proposer une deuxième spécialisation géographique avec l’arrivée du programme Afrique. Dans le cadre de ce cursus francophone, les étudiants explorent l’histoire du continent africain ainsi que les questions politiques, démographiques, environnementales, géopolitiques ainsi que le développement économique et urbain. Quelques exemples de cours : “Usage et pratique de l'histoire en Afrique subsaharienne (19e - 21e)” ou “Conduire une négociation à l'international: l'Europe et l'Afrique”, mais aussi “Les solutions mises en place au Canada pour lutter contre la pauvreté pourraient-elles être efficaces en Afrique ?”. La coexistence des programmes Europe-Amérique du Nord et Europe-Afrique ouvre en effet des perspectives de comparaison très riches.

7. Le plus vaste choix de doubles diplômes

Autre originalité : Reims permet d’avoir accès à sept doubles diplômes de niveau bachelor, à commencer par le nouveau double diplôme "Environnement et sociétés durables" avec l'Université de Reims Champagne-Ardenne, dans le cadre du Bachelor of Arts and Sciences.

Les étudiants peuvent également suivre 6 des 9 doubles diplômes internationaux de niveau bachelor :

  • Columbia University (New York, USA)
  • University of California Berkeley (USA)
  • University of Hong Kong
  • National University of Singapore (NUS, Singapour)
  • University of British Columbia (UBC, Vancouver, Canada)
  • University of Sydney (Australie)

8. Passion associations !

Échanges et cohésion se construisent  via une vie associative très riche, qui rythme la vie du campus tout au long de l’année. Une trentaine d’associations permettent aux étudiants de vivre leurs passions dans des domaines aussi variés que les arts et culture, le sport, le débat et la politique, l’éducation, l’environnement, l’international, la lutte contre les discriminations, la santé, la solidarité...

9. Des dizaines de possibilités, un seul et même diplôme

Comme sur tous les campus de Sciences Po, des professeurs de toutes spécialités et de tous les pays permettent d’étudier les matières fondamentales de Sciences Po : droit, économie, histoire, sociologie, science politique et les humanités. Sans oublier les enjeux du numériques et les liens entre sciences et société. C’est le cœur de la formation pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales commune à l’ensemble du Collège universitaire, dispensée dans chacun des campus. Quelle que soit la spécialisation géographique choisie, à Reims comme ailleurs, les étudiants appartiennent à une seule et même grande famille, celle du Collège universitaire de Sciences Po. Les étudiants préparent tous le même diplôme de bachelor.

10. Un billet pour le monde (et pour Paris)

Comme tous leurs camarades de premier cycle, les étudiants de Reims partent tous passer leur troisième année d’études à l’étranger dans une de nos 470 universités partenaires. Et une fois leur diplôme obtenu, tous les étudiants ont la possibilité de se retrouver à Paris pour suivre l’un des 27 masters, ou 47 doubles diplômes de master de Sciences Po, tous enseignés sur notre campus parisien, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, en plein cœur de la capitale. Le temps est désormais venu de sortir du cocon rémois pour explorer de nouveaux horizons !

Abonnez-vous à nos newsletters !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir'

“Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

26 décembre 2019 - En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée. Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

Lire la suite
Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Par Julie Madon (CSO). Voté par le Sénat à la quasi-unanimité, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été examiné le 9 décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Parmi les mesures phares, l’adoption d’un indice de réparabilité, qui indique si un produit est réparable, difficilement réparable ou non réparable. Il permettrait, en aiguillant le choix du consommateur, de lutter contre l’obsolescence programmée.

Lire la suite