10 ans,100 startups

Plus de 100 startups incubées, 1 000 CDI créés, des chiffres d’affaire annuels de plusieurs dizaines de millions d’Euros et des reventes qui se chiffrent, elles, en centaines de millions… Ce sont les résultats tout à fait éloquents de l’incubateur de startups né il y a 10 ans à Sciences Po. Novatrice, cette structure était alors l’une des toutes premières créées dans une université de sciences humaines et sociales. Retour sur son histoire avec l'un de ses initiateurs, Maxime Marzin, directeur du Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po.

L’incubateur de Sciences Po fête cette année ses 10 ans. Qu’est-ce qui a motivé sa création ?

Plusieurs facteurs ont mené à cette création. En 2008-2009, la crise des subprimes a tout d'abord fait douter nos étudiants de leur capacité à s’insérer aisément sur le marché du travail ; ils ont pris conscience que travailler dur n’allait plus forcément leur garantir une employabilité à vie… alors, autant travailler à son compte ! L’évolution du web vers le 2.0 a été un autre facteur : il a facilité le développement de produits ou de services à de très bas coûts. Alors, certes, l’entrepreneuriat n’était pas une évidence à Sciences Po, - même s’il y a toujours eu de grands entrepreneurs issus de l’école -, mais Richard Descoings, le directeur de l’école à cette époque, a eu l’intuition que de plus en plus d’étudiants allaient être intéressés par la création d’entreprises et qu’il fallait les accompagner.

Sur quelles références vous êtes-vous appuyé pour “penser” cet incubateur à une période où il y en avait assez peu ?

En France, c’était effectivement assez nouveau, même si, depuis les années 90, il y avait dans les universités des incubateurs “Allègre” qui permettaient d’opérer des transferts de technologies, notamment dans les domaines scientifiques et techniques. Mais il n’existait pas réellement de modèle pour une université de sciences humaines et sociales. Alors, je suis parti à la rencontre des Français qui étaient allés entreprendre dans des incubateurs de la Silicon Valley. Les conseils qu’ils m’ont donnés étaient assez simples et surprenants. Ils peuvent se résumer ainsi : “Laissez les entrepreneurs tranquilles !”. Leur propos était qu’il ne fallait pas déranger un jeune entrepreneur avec des réunions contraignantes et des formations obligatoires. Il a en fait besoin de peu de choses : un tableau blanc et des feutres, éventuellement une réunion tous les 15 jours pour côtoyer d’autres créateurs de startups et échanger sur les bonnes pratiques. Une entreprise qui a 6 mois d’avance sur une autre peut en effet donner de précieux conseils : où trouver un développeur, gérer la prospection commerciale, etc.

Comment accompagnez-vous concrètement les startups ?

En 2008-2009, seuls les étudiants qui étaient en train d’entreprendre s’adressaient à l’incubateur, avec des projets déjà matures. Aujourd’hui, nous travaillons sur des projets à peine formalisés mais pour lesquels nous détectons un potentiel. Nous hébergeons actuellement une dizaine de startups pour un accompagnement de 12 mois. Outre des locaux, nous proposons des “prestations” classiques : conseils juridiques, expertise comptable, logistique, formations, etc. Notre vraie originalité réside cependant dans notre accompagnement qui se donne pour objectif la commercialisation des produits ou services. La plus-value de notre incubateur - et un avantage des incubateurs internes aux établissements d’enseignements -, est de pouvoir s’appuyer sur les réseaux des enseignants et des alumni de Sciences Po. On peut ainsi facilement activer un réseau pour avoir des conseils spécifiques sur tel ou tel marché, ou obtenir des clés de compréhension de certains secteurs d’activité. Par exemple, on a un produit qu’on cherche à distribuer mais on ne sait pas trop comment ? On contacte un enseignant qui travaille dans la grande distribution et on obtient des conseils à haute valeur ajoutée.

Les startups incubées à Sciences Po ont-elles une spécificité ?

Peu d’étudiants entrent à Sciences Po en se disant “Je vais devenir entrepreneur” et pourtant, on a de très beaux résultats : plus de 1 000 CDI créés, des startups qui, pour certaines, ont un chiffre d’affaire annuel de plusieurs dizaines de millions d’Euros, ainsi que des levées de fonds et des reventes qui se chiffrent, elles, en centaines de millions. Je crois que cette performance est en partie liée à une approche très spécifique aux étudiants de Sciences Po : ceux-ci sont formés aux sciences sociales orientées vers l’action. Concrètement, ils cherchent à comprendre le monde pour avoir un effet sur le cours des choses et, cela, c’est profondément dans l’ADN de l’entrepreneur. Par ailleurs, leurs outils analytiques sont différents. Par exemple, dans les écoles de commerce, la grille d’analyse entrepreneuriale commence directement par l’étude d’opportunité de marché. À Sciences Po, on essaie d’abord de se poser la question de savoir si c’est une opportunité pour la société. Et, parfois, cela permet effectivement de détecter des opportunités là où personne n’avait rien vu auparavant.

En 2017, vous avez étendu votre action en créant un Centre pour l'entrepreneuriat qui englobe désormais l’incubateur, pourquoi ?

La réflexion a commencé à l’arrivée du directeur actuel de l’école, Frédéric Mion. Nous nous sommes rendus compte que l’intérêt pour l’entrepreneuriat était en train de dépasser le cercle des entrepreneurs : 45% des étudiants de Sciences Po se déclarent aujourd’hui intéressés par le sujet de l’entrepreneuriat. Tous ne souhaitent pas devenir entrepreneurs au sens premier du terme, mais ils veulent apprendre l’approche et les méthodes entrepreneuriales. De là est né le Centre pour l’entrepreneuriat qui englobe l’incubateur, mais qui propose des cours sur l’entrepreneuriat ouverts à toute la communauté étudiante ainsi que des “learning expeditions” pour apprendre en allant voir sur le terrain. Et, depuis cette année, nous sommes aussi associés à des projets de recherche, notamment à une Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes. Aujourd’hui, ce sont près de 900 étudiants qui sont impliqués dans l’un de ces dispositifs. Et quand on sait que l’incubateur comptait à peine 20 étudiants en 2008-2009, on mesure le chemin parcouru !

Comment faire pour entrer à l’incubateur ? Vous recherchez des profils en particulier ?

La plupart des startups qui entrent dans l’incubateur proposent une “innovation” au sens des critères du Massachusetts Institute of Technology (MIT), c’est-à-dire une idée qui comporte à la fois une invention et un potentiel de commercialisation. Les deux critères peuvent être déséquilibrés : l’invention peut être beaucoup plus forte que le potentiel de commercialisation et vice-versa, mais l’essentiel est qu’il y ait les deux, sinon ce n’est pas une innovation, il s’agit alors de recherche et développement, ou de vente. Concord, par exemple, qui a été incubée en 2009, proposait une idée de gestion de contrats dématérialisés sécurisés. L’invention était importante, mais le potentiel de commercialisation était, lui, totalement hypothétique car… personne n’utilisait encore cela ! Aujourd’hui, ils sont leaders sur leur marché. À l’inverse, FEMPO, qui propose des culottes menstruelles lavables, avait le potentiel opposé : un produit qui n’était pas vraiment une grande invention mais dont la commercialisation avait quasiment commencé… avant même la création de la société. 

Comment voyez-vous l’avenir de l’entrepreneuriat à Sciences Po ?

En 10 ans, le contexte d’accompagnement des startups a énormément évolué. Les incubateurs se sont multipliés et nous devons apporter autre chose, tout en continuant à se fonder sur les spécificités de Sciences Po. Nous voulons encourager nos étudiants à se mettre au service de grands défis pour améliorer la vie des gens en se positionnant au croisement des sciences sociales, de la technologie et de l’entrepreneuriat. Pour cela il faut se rapprocher de la recherche, notamment pour continuer à perfectionner notre grille d’analyse permettant de détecter ces fameuses “opportunités pour la société”. L’autre grand axe de développement envisagé est “l’entrepreneuriat institutionnel”, à savoir envisager le couple entrepreneuriat et innovation au-delà de la création de startups. L’entrepreneuriat en tant qu’approche systémique, de rigueur d'exécution, va en effet au-delà de la pure création d’entreprises. Cela signifie faire preuve d’un certain ethos, une manière de travailler en groupe ou de concevoir la prise de risques comme quelque chose d’envisageable et de calculable, par exemple. Nous devons donc mieux comprendre (et transmettre !) ce que j’appelle la "cognition entrepreneuriale". C’est-à-dire ce que l’on sait de la manière dont les entrepreneurs raisonnent et agissent et de la particularité des compétences qu'ils mobilisent à cet effet. Car, aussi surprenant que cela puisse paraître, aujourd'hui on sait que l'entrepreneuriat est une discipline ! Est-ce que celle-ci peut être déclinée dans d’autres cadres, comme par exemple les grandes entreprises et l’administration publique ? Les 10 prochaines années nous le diront !

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite