“Tout le monde peut postuler à Sciences Po”

Samedi 25 novembre, Sciences Po ouvre ses portes pour la Journée des masters. L’occasion d’affiner un projet professionnel et d’y rencontrer les responsables des sept écoles de second cycle de Sciences Po. Pourquoi choisir un master à Sciences Po ? Quels sont les profils recherchés ? Réponses en amont de l’événement avec Cornelia Woll, directrice des études et de la scolarité.

Pourquoi choisir un master à Sciences Po ?

Les masters permettent d'acquérir savoir-faire et savoir-être tout en bénéficiant de l'excellence académique de Sciences Po. Ils sont hébergés par nos sept écoles de second cycle qui sont définies par des objets, et donc par des univers professionnels bien précis, comme le droit, le journalisme, le management, les affaires publiques ou les affaires urbaines. Par exemple, l’École des affaires internationales prépare aux carrières internationales. L’École doctorale accueille les profils qui veulent se former à la recherche ou par la recherche. L’École de journalisme est reconnue par la profession et place les étudiants lors de leurs études dans les conditions de travail d’une salle de rédaction. Lier les savoirs et les expériences pratiques pour développer une forme de pensée qui conduit à l'action est un socle commun à l’ensemble des écoles.

À quels types d’actions par exemple ?

À toutes les formes d’engagement, à travers des stages, des enquêtes ou travaux de recherche, des projets collectifs... Cela peut prendre la forme d’un travail de terrain qui évalue la quantité d’eau potable en Afrique, d'une campagne de communication pour promouvoir l’égalité femmes-hommes, ou encore de la réalisation d’une étude pour garantir le meilleur business model d’une start-up.

Comment s’articule l’équilibre entre les études et le projet professionnel ?

Le master correspond à ce moment où l’on sait où l’on veut aller, mais on ne sait pas encore exactement par quel chemin. Sciences Po accompagne l’engagement dans un projet professionnel en donnant les clefs pour l’étoffer et lui donner tout son élan. Le contenu des études en master développe les capacités d’analyse et les capacités d’adaptation à des contextes très variés. Il permet aussi une grande ouverture à l’international : par la diversité des corps étudiant et enseignant qui viennent du monde entier, par la possibilité d’un séjour à l’étranger ou par des doubles diplômes... Résultat : 35% de nos diplômés trouvent leur premier emploi hors de France ! Nos étudiants apprennent à évoluer dans un monde complexe, à trouver des solutions à des problèmes précis et à s’inscrire dans un projet collectif. Et la confrontation avec des expériences pratiques et un socle théorique et universitaire solide favorise leur capacité d’innovation et leur créativité.

Quels conseils donnez-vous aux étudiants intéressés par nos masters ?

Je conseille de bien étudier les projets et contenus des écoles : nous proposons des masters en deux ans en formation initiale, mais aussi des masters en un an qui s’adressent à des jeunes professionnels souhaitant revenir sur les bancs de l’école pour se former davantage ou se réorienter. C’est un grand luxe de pouvoir étudier, de se renouveler et d'approfondir ses connaissances ! Le choix de la formation est essentiel. Toutefois, il faut aussi laisser la place à l’intuition et se laisser surprendre par les différentes opportunités. Étudier à L’École d’affaires publiques offre ainsi d’excellents débouchés dans le secteur privé. Certains masters de notre École du management et de l’innovation sont reconnus pour les métiers créatifs. Nous proposons la meilleure formation possible pour réussir dans un grand nombre de domaines. En témoigne le taux de placement des étudiants : près de 90% trouvent un premier emploi en moins de six mois, 40% sont recrutés avant même l’obtention de leur diplôme.

Quels sont les profils recherchés ?

Nous cherchons des étudiants qui ont fait preuve d’excellence dans leurs études initiales et qui se sont distingués par des initiatives personnelles et leur engagement, quelle que soit la nature de leurs parcours. Nous accordons une grande importance à l’adéquation entre le projet du candidat et la formation que nous proposons. On peut postuler à Sciences Po avec une formation en sciences sociales, mais aussi avec des études en humanités, lettres ou sciences “dures”. Afin d’encourager la diversité des profils, nous avons reformé nos procédures d’admissions à compter de cette année, en supprimant notamment l’épreuve écrite. Notre ambition est de pouvoir apporter la formation nécessaire pour les métiers auxquels nous préparons sans nécessiter un premier cycle dans ce même domaine. Le projet de notre École de droit, par exemple, est de former de juristes de très haut niveau, sans prérequis en droit lors de l’admission, à l’instar des écoles de droit outre-Atlantique. Notre École urbaine propose une formation pluridisciplinaire en affaires urbaines, qui s'adresse autant à des candidats avec une formation en sciences sociales qu’aux ingénieurs qui souhaitent travailler dans les domaines de gouvernance des villes ou de l’organisation des espaces.

Quelle est la politique sociale de Sciences Po concernant les frais d’inscription ?

La diversité des parcours et profils est d’une très grande importance pour nos formations et cela se traduit aussi par une ouverture sociale. Notre système de droits de scolarité se fonde sur les revenus des familles et est fortement dégressif. Ainsi, un tiers des étudiants à Sciences Po ne paie pas de droits. Au total, 37% perçoivent une aide de la part de l’établissement. En somme, avec un parcours excellent et un projet mûri, tout le monde peut postuler à Sciences Po !

En savoir plus

Journée des masters : inscription et programme détaillé
Préparer sa visite en consultant la brochure de présentation de nos 7 écoles de second cycle

Suivez aussi la journée sur twitter #ScPoJPO

Abonnez-vous à notre newsletter

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite

"Il faut oser et ne jamais hésiter"

“Il faut oser et ne jamais hésiter !”. Réaliser ses rêves et ne se mettre aucune barrière, c’est le message de Mathys Foreau, étudiant aveugle en deuxième année à Sciences Po et très impliqué dans son cursus comme dans la vie sportive et associative. Son objectif ? Devenir journaliste.

Lire la suite
Nos conseils de lectures pour l'été

Nos conseils de lectures pour l'été

Cet été, la librairie de Sciences Po partage la liste de ses ouvrages préférés. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde !

Lire la suite
Religions : mieux se connaître pour mieux vivre ensemble

Religions : mieux se connaître pour mieux vivre ensemble

Les religions ne sont pas éternelles... Chaque semaine, dans son cours sur "Les religions en Méditerranée", Jean-Luc Pouthier "montre comment des croyances se sont forgées, construites et déconstruites, comment elles ont été utilisées ou intégrées" sur le temps long. Des polythéismes aux religions du Livre, une histoire des idées où les étudiants du campus de Menton découvrent autant sur le passé que le présent des religions, à la fois omniprésentes et mal connues. 

Lire la suite