“Tout le monde peut postuler à Sciences Po”

Samedi 25 novembre, Sciences Po ouvre ses portes pour la Journée des masters. L’occasion d’affiner un projet professionnel et d’y rencontrer les responsables des sept écoles de second cycle de Sciences Po. Pourquoi choisir un master à Sciences Po ? Quels sont les profils recherchés ? Réponses en amont de l’événement avec Cornelia Woll, directrice des études et de la scolarité.

Pourquoi choisir un master à Sciences Po ?

Les masters permettent d'acquérir savoir-faire et savoir-être tout en bénéficiant de l'excellence académique de Sciences Po. Ils sont hébergés par nos sept écoles de second cycle qui sont définies par des objets, et donc par des univers professionnels bien précis, comme le droit, le journalisme, le management, les affaires publiques ou les affaires urbaines. Par exemple, l’École des affaires internationales prépare aux carrières internationales. L’École doctorale accueille les profils qui veulent se former à la recherche ou par la recherche. L’École de journalisme est reconnue par la profession et place les étudiants lors de leurs études dans les conditions de travail d’une salle de rédaction. Lier les savoirs et les expériences pratiques pour développer une forme de pensée qui conduit à l'action est un socle commun à l’ensemble des écoles.

À quels types d’actions par exemple ?

À toutes les formes d’engagement, à travers des stages, des enquêtes ou travaux de recherche, des projets collectifs... Cela peut prendre la forme d’un travail de terrain qui évalue la quantité d’eau potable en Afrique, d'une campagne de communication pour promouvoir l’égalité femmes-hommes, ou encore de la réalisation d’une étude pour garantir le meilleur business model d’une start-up.

Comment s’articule l’équilibre entre les études et le projet professionnel ?

Le master correspond à ce moment où l’on sait où l’on veut aller, mais on ne sait pas encore exactement par quel chemin. Sciences Po accompagne l’engagement dans un projet professionnel en donnant les clefs pour l’étoffer et lui donner tout son élan. Le contenu des études en master développe les capacités d’analyse et les capacités d’adaptation à des contextes très variés. Il permet aussi une grande ouverture à l’international : par la diversité des corps étudiant et enseignant qui viennent du monde entier, par la possibilité d’un séjour à l’étranger ou par des doubles diplômes... Résultat : 35% de nos diplômés trouvent leur premier emploi hors de France ! Nos étudiants apprennent à évoluer dans un monde complexe, à trouver des solutions à des problèmes précis et à s’inscrire dans un projet collectif. Et la confrontation avec des expériences pratiques et un socle théorique et universitaire solide favorise leur capacité d’innovation et leur créativité.

Quels conseils donnez-vous aux étudiants intéressés par nos masters ?

Je conseille de bien étudier les projets et contenus des écoles : nous proposons des masters en deux ans en formation initiale, mais aussi des masters en un an qui s’adressent à des jeunes professionnels souhaitant revenir sur les bancs de l’école pour se former davantage ou se réorienter. C’est un grand luxe de pouvoir étudier, de se renouveler et d'approfondir ses connaissances ! Le choix de la formation est essentiel. Toutefois, il faut aussi laisser la place à l’intuition et se laisser surprendre par les différentes opportunités. Étudier à L’École d’affaires publiques offre ainsi d’excellents débouchés dans le secteur privé. Certains masters de notre École du management et de l’innovation sont reconnus pour les métiers créatifs. Nous proposons la meilleure formation possible pour réussir dans un grand nombre de domaines. En témoigne le taux de placement des étudiants : près de 90% trouvent un premier emploi en moins de six mois, 40% sont recrutés avant même l’obtention de leur diplôme.

Quels sont les profils recherchés ?

Nous cherchons des étudiants qui ont fait preuve d’excellence dans leurs études initiales et qui se sont distingués par des initiatives personnelles et leur engagement, quelle que soit la nature de leurs parcours. Nous accordons une grande importance à l’adéquation entre le projet du candidat et la formation que nous proposons. On peut postuler à Sciences Po avec une formation en sciences sociales, mais aussi avec des études en humanités, lettres ou sciences “dures”. Afin d’encourager la diversité des profils, nous avons reformé nos procédures d’admissions à compter de cette année, en supprimant notamment l’épreuve écrite. Notre ambition est de pouvoir apporter la formation nécessaire pour les métiers auxquels nous préparons sans nécessiter un premier cycle dans ce même domaine. Le projet de notre École de droit, par exemple, est de former de juristes de très haut niveau, sans prérequis en droit lors de l’admission, à l’instar des écoles de droit outre-Atlantique. Notre École urbaine propose une formation pluridisciplinaire en affaires urbaines, qui s'adresse autant à des candidats avec une formation en sciences sociales qu’aux ingénieurs qui souhaitent travailler dans les domaines de gouvernance des villes ou de l’organisation des espaces.

Quelle est la politique sociale de Sciences Po concernant les frais d’inscription ?

La diversité des parcours et profils est d’une très grande importance pour nos formations et cela se traduit aussi par une ouverture sociale. Notre système de droits de scolarité se fonde sur les revenus des familles et est fortement dégressif. Ainsi, un tiers des étudiants à Sciences Po ne paie pas de droits. Au total, 37% perçoivent une aide de la part de l’établissement. En somme, avec un parcours excellent et un projet mûri, tout le monde peut postuler à Sciences Po !

En savoir plus

Journée des masters : inscription et programme détaillé
Préparer sa visite en consultant la brochure de présentation de nos 7 écoles de second cycle

Suivez aussi la journée sur twitter #ScPoJPO

Abonnez-vous à notre newsletter

Qui est satisfait d’Emmanuel Macron ?

Qui est satisfait d’Emmanuel Macron ?

Par Luc Rouban (Cevipof). L’élection présidentielle de 2017 a provoqué un choc important dans le paysage politique français, du moins sur l’organisation de l’offre partisane et sur le positionnement stratégique du PS comme des Républicains ou même du FN. Son impact auprès des électeurs est plus difficile à évaluer car plusieurs registres se superposent et brouillent la perception que l’on peut avoir des changements en cours.

Lire la suite
Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Tout au long des mois de mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 dans ses murs. Photos, témoignages vidéos, documents d’archives… L’ambition est de "donner à lire mai 68 par quelques-unes de ses archives, de ces “traces écrites”"*. – de revenir aux sources, de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et dans sa contemporanéité. La mise à disposition de ces témoignages donne ainsi à voir la rhétorique et le style, les mots, les sigles et les slogans, le graphisme et la typographie de la parole de 68 autant que son contenu, permet d’en restituer la fraîcheur et le sérieux, la familiarité et l’étrangeté, les clichés et l’inédit, voire la "beauté".

Lire la suite
Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po à la 17e place mondiale et à la première place en France pour sa part d’étudiants internationaux, c’est le résultat du classement “International Student Table” 2018 de Times Higher Education qui vient distinguer les 200 universités les plus internationales dans le monde.

Lire la suite
Grandir dans un bidonville

Grandir dans un bidonville

Que deviennent les enfants qui ont grandi dans l’un des bidonvilles français d’après-guerre ? Sociologue de terrain, Margot Delon a consacré sa thèse à cette question en retraçant les trajectoires d’enfants de bidonvilles et de cités de transit à Nanterre et à Champigny-sur-Marne. Croisant entretiens et observations ethnographiques avec l’analyse de bases statistiques, de fonds d’archives et de blogs sur la mémoire de ces vécus, sa thèse a été couronnée par le Prix de la recherche Caritas - Institut de France.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec “Sciences Po passe le Bac”. Des tutoriels en vidéo dans lesquels les profs de Sciences Po planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Quel plan ? Quelles notions-clés ? Que faire des documents ? Quel piège à éviter ? De quoi se préparer à l’épreuve avec méthode, précision, et clarté.

Lire la suite
Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Fondée en 1980, l’association Junior Consulting de Sciences Po est une des premières junior entreprises créées en France. Véritable cabinet de conseil étudiant, Junior Consulting propose aux étudiants des missions dans les conditions du réel. Ou comment acquérir de l’expérience tout en arrondissant ses fins de mois. Rencontre avec les étudiants-consultats de l’association.

Lire la suite

"J'aimerais retourner en Afghanistan et travailler dans l'éducation"

Depuis le lancement de “Welcome Refugees” en 2016, 80 étudiants réfugiés et demandeurs d’asile ont été accompagnés par Sciences Po. Ce programme permet à des étudiants réfugiés de trouver leur voie, que ce soit au sein d’une formation à Sciences Po ou d’autres établissements. Mohammad Ewaz, en première année au campus du Havre, est passé par ce dispositif avant de rejoindre le Collège universitaire. Interview vidéo.

Lire la suite

"La violence concerne une frange minime de la jeunesse"

Assiste-t-on à une radicalisation religieuse, politique et culturelle des lycéens français ? Quels segments de la jeunesse sont les plus concernés ? Directrice de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), Anne Muxel a dirigé avec Olivier Galland une équipe de chercheurs qui a travaillé pendant deux ans sur la radicalité religieuse, politique et culturelle. Elle livre les fruits d’une enquête menée auprès de 7000 lycéens français.

Lire la suite
Ce que les riches pensent des pauvres

Ce que les riches pensent des pauvres

Comment les classes supérieures vivant dans les beaux quartiers se représentent-elles les pauvres et les classes populaires ? Comment expliquent-elles les différences entre elles et les plus démunis ? Y voient-elles un danger, un problème social ou une injustice à réparer ? Pour répondre à ces questions, quatre sociologues, au nombre desquels Bruno Cousin, Assistant Professor au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE), ont réalisé une enquête de terrain comparant des environnements a priori différents :  Paris, São Paulo et Delhi. Ils ont exposé leurs résultats dans un ouvrage : Ce que les riches pensent des pauvres (éd. Seuil). Entretien avec Bruno Cousin.

Lire la suite