“Les universités, des anarchies organisées mais pas dysfonctionnelles”

Par Christine Musselin, directrice scientifique de Sciences Po. Aux États-Unis, dans les années 60 et 70, les spécialistes du management et les sociologues des organisations ont souvent pris les universités comme objets d’études et ont utilisé ces travaux pour développer des théories plus générales. C’est le cas de James March, professeur de sociologie à la business school de Stanford, décédé à l’âge de 90 ans le 27 septembre 2018, dont les apports - avec ses comparses Michael Cohen et Johan Peter Olsen - ont été particulièrement remarqués et sont encore aujourd’hui très fréquemment cités en sciences de gestion, en sociologie ou en science politique.

J’ai eu l’occasion de mobiliser les travaux de Jim March et de les discuter à de nombreuses reprises dans mes propres recherches. J’ai aussi eu la chance de partager avec lui plusieurs échanges délicieux et pétillants dont je garde un souvenir vivace. En guise d’hommage à celui qui fut l’un des fondateurs des analyses organisationnelles, et certainement le plus original, le plus malicieux et le plus « poil à gratter » de tous, je voudrais rappeler la justesse de son regard et de ses analyses sur les universités, alors que les réformes de l’enseignement supérieur, en France comme partout dans le monde, visent à rationaliser, « managérialiser », mettre au carré, les institutions d’enseignement supérieur.

Des universités qui se plient peu aux lois du management

Jim March utilise un audacieux oxymore pour décrire les universités : il les qualifie d’anarchies organisées. Peut-être est-ce son amour des mots -  il écrivait des poèmes à ses heures perdues - qui explique sa capacité à élaborer des théories illustrées par des formules savoureuses dont celles de “technology of foolishness” qui devrait décourager tout enseignant lucide de proposer des cours de leadership, ou celle du fameux “garbage-can model of decision-making” (modèle de la poubelle en français).

Pour lui, les universités sont donc anarchiques et organisées. Elles le sont tout d’abord parce qu’elles sont traversées de missions et objectifs multiples, inconstants et en tension : former, éduquer, participer au développement local, transmettre, faire de la recherche, la valoriser, répondre aux défis des sociétés contemporaines… Et cette liste est loin d’être exhaustive. Bref, les universités ne sont pas guidées par un objectif prioritaire, incontesté et unique mais sont intrinsèquement brouillonnes et se dispersent dans moult directions. Poursuivre toutes ces missions simultanément et avec la même intensité est impossible et les velléités rationalisatrices dont les universités sont aujourd’hui l’objet se heurtent à cette diversité des fins, comme l’ont montré les innombrables travaux qui relatent les échecs de tel ou tel outil managérial, de telle ou telle réorganisation, que d’aucuns veulent appliquer à ces grands ensembles polyphoniques.

Pour March et ses deux co-auteurs, ce caractère anarchique est renforcé par le fait que l’enseignement et la recherche – leurs activités principales – sont des technologies de production molles. D’une part, il reste très difficile de décrypter, reproduire, décrire la magie qui se produit dans une salle de cours (ou de comprendre pourquoi elle ne se produit pas), comme de standardiser le processus de production de découvertes scientifiques. Et d’autre part, il s’agit d’activités où les relations de cause à effets sont complexes et difficiles à identifier : qui peut par exemple dire quelle est la part réelle de la pédagogie et du contenu d’un cours dans la réussite professionnelle d’un étudiant ? N’en déplaise aux stratèges, il faut donc envisager avec beaucoup de modestie et des attentes modérées, les réformes de l’enseignement et les plans stratégiques pour la science qui tentent de modifier par le haut des activités si peu structurées, stabilisées et formalisées en bas.

Enfin, les universités sont des anarchies organisées parce que leur fonctionnement repose sur de multiples comités, réunions, assemblées dont les membres sont plus ou moins assidus, et auxquels ils participent avec plus ou moins d’attention – le nombre d’ordinateurs ouverts pendant les conseils est toujours pour moi un excellent indicateur du niveau d’attention réelle des participants.

Toutes ces propriétés restent d’actualité. Elles pourraient être illustrées par de multiples exemples pris dans les établissements que je connais de l’intérieur, y compris notre belle maison… Et elles expliquent encore pourquoi il est illusoire, vain et contre-productif de traiter une université comme une direction d’administration centrale ou une entreprise, sans tenir compte de ces spécificités organisationnelles.

Contrer les adeptes de la rationalité optimale

Allant plus loin, Jim March et ses co-auteurs explorent les conséquences de ces caractéristiques organisationnelles sur la prise de décision. Sans exclure que des choix rationnels puissent être faits, ils démontrent, à l’aide d’un modèle informatique simulant l’attention fluctuante des participants, que le “garbage can model of decision making” prévaut dans de tels univers. Les décisions sont prises quand des problèmes en attente de résolution sont appariés à des solutions en quête de problèmes, par des acteurs à l'affût d’opportunités de décision. Si bien que nombre de décisions promeuvent des solutions qui ne résolvent pas le problème auquel elles sont attachées.

March et ses co-auteurs vont bien sûr trop loin. Mes propres travaux ou ceux de Cynthia Hardy ou Stéphanie Mignot-Gérard ont relativisé leurs conclusions. Mais ce serait une erreur de jeter à la poubelle le garbage can model of decision making ! N’arrive-t-il pas souvent dans nos institutions universitaires que les décisions prises ne résolvent pas les problèmes qu’elles étaient censées traiter et que ceux-ci perdurent ? Que les décisions qui paraissent les plus rationnelles, surtout quand elles s’appuient sur l’introduction d’un nouveau logiciel, accroissent la complexité plus qu’elles ne la réduisent ?  Si bien que de nouveaux problèmes rejoignent le stock de problèmes qui attendent de retenter leur chance. Regardez les ordres du jour des commissions, réunions, et divers comités et vous identifierez facilement ces irréductibles serpents de mer.

Jim March, contrairement à beaucoup de réformateurs à courte vue, ne déduit pas de ces analyses que les universités sont des organisations dysfonctionnelles qu’il faudrait “recadrer”. Elles sont anarchiques oui, mais pas dysfonctionnelles. Au contraire, taclant les adeptes de la rationalité optimale, il voit dans ces caractéristiques une richesse, un potentiel d’innovation, une source de créativité. Et plutôt que d’inciter les dirigeants universitaires à rationaliser ce qui ne peut l’être et ne doit pas l’être, il les encourage à la modestie et à un leadership inventif, décalé,… disruptif dirait-on aujourd’hui !

Quelle pertinence plus de quarante ans plus tard !

Christine Musselin, directrice scientifique de Sciences Po, directrice de recherche CNRS, Centre de sociologie des organisations (CSO)

Aller plus loin :

James March

  • CYERT, Richard M. et MARCH, James G.  A Behavioral Theory of the Firm. Englewood Cliffs, New Jersey: Prentice-Hall, Inc., 1963.
  • MARCH, James G. et SIMON, Herbert Alexander. Organizations. Oxford, England: Wiley, 1958.
  • COHEN, Michael D., MARCH, James G., et OLSEN, Johan P. A garbage can model of organizational choice. Administrative Science Quarterly, 1972, p. 1-25.
  • MARCH, James G. The Technology of Foolishness. In March, James G. et Olsen, Johan P. (eds.): Ambiguity and Choice in Organizations, 1976, p. 69-81.

Christine Musselin : publications récentes

  • Musselin, C. (2018) : "New forms of competition in higher education", Socio-Economic Review, 16 (3), pp. 657–683.
  • Musselin, C.  (2017), La Grande course des universités, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Chatelain-Ponroy S., Mignot-Gérard S., Musselin, C. & Sponem S. (2017): Is Commitment to Performance-based Management Compatible with Commitment to University Values in French Universities, Organization Studies. 39 (10), pp. 1357–1376, DOI: 10.1177/0170840617717099

Abonnez-vous à nos newsletters :

Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite