Médaillés et diplômés de Sciences Po

De Marcel Proust à Florian Zeller : les écrivains diplômés de Sciences Po

Dossier scolaire de Marcel Proust, années 1891 à 1893 - Crédits Sciences Po (mission Archives)

Sciences Po est, depuis sa création, une grande école des plumes françaises. Une trentaine d’écrivains s’y sont succédé entre 1886 et 2001, sur quatre générations.

La première génération regroupe des écrivains nés dans les années 1860-1890. Inscrit en 1886, Paul Claudel deviendra diplomate et un membre éminent de l’Académie française. Marcel Proust et Paul Morand suivent un double cursus, comme c’est alors l’usage, en s’inscrivant en parallèle à la faculté de droit. Une note d’Albert Sorel, sur la participation de Proust à son cours d’histoire diplomatique, évoque un étudiant « fort intelligent ». Inscrit en 1910, Pierre Drieu La Rochelle ne sera pas diplômé.

Paul Claudel, Paul Morand, puis Julien Gracq et Léo Ferré

La génération suivante est celle des étudiants nés dans les années de la Première Guerre mondiale et diplômés dans les années 1930. Elle compte des essayistes et romanciers célèbres – Julien Gracq, Roger Peyrefitte, Gilbert Cesbron, Louis-René Pineau des Forêts, Maurice Druon – et un poète, qui fut aussi un auteur-compositeur-interprète : Léo Ferré. Peyrefitte réalise une thèse sur le cacao sous la direction d’André Siegfried, dont il fit don à la bibliothèque, considérant cette dernière comme un « tombeau auguste ».

Étudiant en géographie, Gracq poursuit en parallèle un cursus à l’École normale, à l’instar de son condisciple Georges Pompidou. Écrivains engagés, Pineau des Forêts et Druon ont tous deux été des résistants, dont les œuvres ont été récompensées par de nombreux prix et distinctions.

Les Carrère de mère en fils, et la “Promo 86”

La génération des écrivains qui va de l’après-guerre jusqu’aux années 1980 compte pour la première fois une femme, Hélène Carrère d’Encausse. Plus de la moitié des futurs écrivains inscrits à l’IEP fréquente la section service public : Hélène et Emmanuel Carrère, Frédéric Mitterrand, Christian Combaz, François Sureau, Marc Lambron. L’écrivain germanopratin Matthieu Galey, célèbre pour son Journal, et Jean-Christophe Rufin suivent la section relations internationales, alors qu’Erik Orsenna et Renaud Camus sont diplômés de la section politique et sociale.

Célébrée dans La Promo Sciences Po 1986, livre autobiographique d’Ariane Chemin, une poignée d’écrivains en herbe a été diplômée au seuil des années 1990 : Alexandre Jardin et Frédéric Beigbeder, respectivement en 1986 et 1987, et Pauline Dreyfus et Yann Moix leur succèdent dans le milieu des années 1990, date de publication des premiers ouvrages de ce dernier. L’écrivain le plus jeune de la nouvelle génération des écrivains nés au seuil des années 80, Florian Zeller, a été diplômé en 2001.

Par Goulven Le Brech, ancien responsable de la mission Archives de Sciences Po