Fonds commun pour la recheche El Colegio de Mexico - Sciences Po

Afin de promouvoir la collaboration entre les enseignants-chercheurs des deux institutions, et dans le cadre de l’accord de coopération signé entre le Colegio de México et Sciences Po, en mars 2009, il a été décidé de créer un fonds commun pour financer l’organisation de colloques et/ou la publication des résultats de recherches en collaboration. Le financement, attribué sur concours pour une durée d’un an, a pour fonction d’aider les enseignants-chercheurs à se réunir à Mexico ou à Paris, afin de partager les prémisses et/ou les résultats de leurs recherches.

Objectif

Le but des ces rencontres est de poser les jalons pour d’éventuels projets de recherche conjoints ou bien de permettre à des programmes en cours d’aboutir. Le fonds est destiné à financer les rencontres (une ou deux par an) entre les enseignants-chercheurs des deux établissements (frais de transport, hébergement, alimentation), ainsi que la publication des résultats de leur collaboration.

Thématiques

Ce fonds de coopération scientifique concerne trois grands axes thématiques: (1) violences (il)légitimes et sécurité, (2) conceptions et pratiques de la citoyenneté, et (3) gouvernance des  mégalopoles:


1.    Violences (il)légitimes et sécurité

La guerre contre les cartels de la drogue ainsi que la prolifération des réseaux criminels et terroristes induisent, de façon variée selon les contextes régionaux, nationaux et locaux, une réorganisation des stratégies de sécurité. Le monopole de la violence légitime est remis en cause non seulement pas l’action délibérée d’entreprises criminelles mais aussi par les “arrangements” que les États établissent avec des groupes armés “non officiels” (autodéfenses, polices communautaires, etc.) ou bien, tout simplement, par des phénomènes de privatisation de la sécurité agréés par les États (vigilantisme, création de zones résidentielles sous surveillance privée, etc.). L’intensification de ces dynamiques oblige à repenser le lien entre gouvernement, violence et sécurité en dépassant l’approche normative pour centrer regard sur les systèmes d’action concrets qui lient acteurs étatiques et non-étatiques, licites et illicites, nationaux et transnationaux, selon des configurations nouvelles.


2.    Conceptions et pratiques de la citoyenneté

La redéfinition de la signification et de l’utilité des frontières nationales, les processus d’intégration politique, économique et sociale dans des entités supranationales, ainsi que l’augmentation de la mobilité des populations, ont favorisé l’apparition de nouveaux phénomènes d’intégration communautaire et de participation des citoyens. Les réseaux de coopération et leur incidence sur les thèmes publics ont ouvert de nouveaux forums et de nouvelles instances de résolution des conflits. Il est indispensable de commencer à repenser l’exercice de la citoyenneté comme un phénomène dont la pratique individuelle va au-delà des frontières des États.

3.    Gouvernance des mégapoles

Actuellement, l’étude des grandes concentrations urbaines ne se limite plus aux aspects démographiques et urbanistiques. Les dynamiques sociales, produits de la diversité des membres de ces conglomérats urbains, et la mise au point de nouvelles solutions de politiques publiques qui dépassent la conception originelle de la ville comme noyau urbain aux limites clairement définies, sont des thèmes largement liés aux phénomènes dérivés de la globalisation. L’étude de ces mégapoles socialement hétérogènes, et souvent pluriculturelles, exige d’envisager de nouveaux points de vue fondés sur des études pluridisciplinaires. La grande ville comme point de convergence des transformations politiques, économiques et sociales, produit des processus de globalisation, est l’un des axes thématiques de cette proposition. Enfin, les villes sont le lieu où se pose, de manière particulièrement aigüe, les questions de l’exlusion des jeunes, de la violence et des formes d’action publique destinées à y faire face.

4. Développement économique

Durant la dernière décennie, la convergence économique entre pays riches et pays en voie de développement a été soutenue par les bas coûts du commerce international et la généralisation des nouvelles technologies de l’information; cette convergence a aussi été le résultat d’importants changements dans les politiques migratoires et environnementales internationales. Il est important d’étudier les caractéristiques des flux migratoires ainsi que les politiques publiques permettant d’élever le niveau de vie dans les pays récepteurs de migrants, ainsi que dans les pays d´émigration. Il est tout aussi pertinent d’élaborer des études interdisciplinaires afin d’établir les conséquences des nouvelles normes environnementales, et de mieux comprendre leur adéquation avec le développement économique et le bien-être des populations.


Contact à Sciences Po: david.recondo@sciencespo.fr