L’Association de l’École d’Affaires publiques est de retour !

  • © AEAP 2017© AEAP 2017

L’École d’Affaires publiques est heureuse de vous présenter le nouveau bureau de l’Association de l’École d’Affaires publiques (AEAP) qui se veut le plus représentatif possible de la diversité de l’École. Le bureau est composé d’une vingtaine d’étudiants issus des différentes spécialités de l’École.

Felix Fournier, président de l’AEAP ; Wael Abdallah ; responsable de la communication et Katharina Mehrhardt, responsable de la spécialité Énergie, Ressources et Développement Durable reviennent sur les objectifs que l’AEAP s’est fixée pour vous accompagner tout au long de votre expérience au sein de notre École.

Pourquoi cet engagement au sein de l’AEAP ?

Félix Fournier, président de l’AEAP 

J’ai toujours eu envie de m’investir dans la vie de mon école. Cependant, je n’en avais jamais vraiment eu l’occasion par le passé. Par chance, la vie associative à Sciences Po est riche et offre une large palette de possibilités pour s’engager. C’est du côté de l’animation de la vie étudiante que j’ai souhaité poursuivre mes efforts, aux côtés de mes camarades et avec le souci permanent de participer au rayonnement de l’École. L’Association de l’École d’Affaires publiques est en effet au croisement du scolaire et du monde professionnel. Nous avons à cœur d’offrir à tous les élèves, avec l’appui de l’administration, une multitude d’occasions de rencontrer des professionnels, des experts, de développer leur réseau et de s’ouvrir au monde. Pouvoir impulser une telle dynamique au sein de l’Association est un véritable honneur, mais également une mission exigeante.

Wael Abdallah, responsable de la communication

J’ai décidé d’intégrer l’AEAP alors que j’étais encore en stage à Beyrouth au Liban cet été, au sein d’une organisation œuvrant pour la paix au moyen orient. La communication politique et non-verbale est l’une de mes passions depuis que je suis à Sciences Po, j’ai donc pensé que le pôle communication était le plus approprié à mon profil. Je suis persuadé que la vie associative est au moins aussi importante que le travail académique, en ce qu’elle permet de nous rendre compte de la richesse de l’atmosphère dans laquelle nous avons la chance de travailler. J’étais dans d’autres associations sur le campus de Menton, et j’ai pensé que l’AEAP était le meilleur moyen de participer à la vie de l’École d’Affaires publiques, toujours en collaboration avec son administration.

Katharina Mehrhardt, responsable de la spécialité Énergie, Ressources et Développement Durable

L'AEAP constitue un organe très important entre l'administration de l'École d’Affaires publiques et les étudiants des différentes filières. En étant responsable du programme énergie, j'ai la possibilité de lier des visites et conférences à des opportunités de carrières concrètes dans ce secteur. C'est un grand plaisir de planifier, organiser et réaliser des événements de ce type avec une équipe aussi soudée et motivée !

Quelles sont vos priorités pour l'année à venir ?

Felix Fournier

Cette année, nous souhaitons nous inscrire dans la lignée des équipes précédentes et offrir à l’ensemble des élèves les clés qui leur permettront de faire des choix éclairés concernant leur avenir professionnel. Cela passe par la voie des concours mais aussi, et de plus en plus, par l’ensemble des structures privées qui travaillent étroitement avec le secteur public. Nous nous efforçons également de renforcer l’esprit de promotion autour d’événements festifs et informels. Enfin, nous avons à cœur de renforcer l’intégration des élèves étrangers (qui représentent une part importante de l’École) en tissant des liens avec les étudiants français et en leur faisant découvrir Paris. Nous tentons aujourd’hui d’organiser un grand événement ludique qui permettrait une belle rencontre des cultures représentées au sein de Sciences Po. Nous nous efforçons d’ailleurs, au sein de l’Association, d’être représentatifs de la diversité de l’École d’Affaires publiques. En effet, nous respectons l’égalité des sexes, nos membres sont issus aussi bien du collège universitaire de Sciences Po que de l’extérieur, ils ont des parcours académiques et professionnels éclectiques et reflètent la richesse de Sciences Po.  

Wael Abdallah

Le travail de l’équipe de l’an dernier a porté ses fruits, car il a su s’adapter aux évolutions de l’École. Pour cette année, en matière de communication, nous travaillons sur plusieurs axes. D’abord, nous ouvrir à encore plus de réseaux sociaux, et renforcer ceux qui existent déjà. Ensuite, il s’agit de faire revivre le site internet de l’association, redéfinir son rôle pour en faire une plateforme qui réduira la pression sur les plateformes existantes, principalement Facebook. Enfin, nous tourner davantage vers le public international, en constante croissance (plus de 30% à l'École d'Affaires publiques aujourd'hui) nous semble plus important que jamais. Enfin, nous avons pris un engagement cette année : réduire au maximum nos impressions de tracts et affiches, peu respectueux de l’environnement.

Katharina Mehrhardt

Concernant le sujet de l'énergie, je mets l’accent sur les énergies renouvelables. Il est important de communiquer de la part des étudiants un fort soutien pour la transition énergétique verte en France et en Europe.

Etant l’une des seules allemandes du Master des affaires européennes dans l'AEAP, je représente également la dimension internationale de notre organisation. Je vais donc mettre l’accent sur des événements qui lient la France et l'Europe.

Quelle personnalité (vivante ou non) rêveriez-vous de recevoir à l'une de vos conférences et pourquoi ?

Felix Fournier

Je dois dire que j’ai toujours rêvé de rencontrer André Malraux ; probablement pour sa réputation sulfureuse. Il est tout simplement incroyable d’avoir pu une être, en une seule vie, soldat durant la guerre d’Espagne, militant antifasciste dans l’Allemagne nazie, ministre de la culture et écrivain de génie, en même temps que voleur d’œuvres d’art au Cambodge et mythomane invétéré. Il illustre parfaitement, polémiques mises à part, la diversité et la richesse des parcours que les élèves de Sciences Po seront amenés à suivre : un fort engagement auprès de la chose publique, un rôle à jouer dans le cours des événements et une curiosité accrue pour le monde et sa diversité. 

Wael Abdallah

Amin Maalouf, de l’Académie française. Bien vivant, et heureusement ! Écrivain majestueux, son œuvre est en parfaite adéquation avec ma vision de l’identité : très malléable, infiniment détaillée et, à terme, insaisissable. C’est particulièrement clair dans Les identités Meurtrières (1998). Chaque homme et chaque femme est une accumulation de vécus et de sensibilités, chaque "tiroir" de son identité s’exprimant quand il se sent menacé. C’est peut-être ce qu’il manque aux sociétés d’aujourd’hui, en orient comme en occident : l’adaptabilité, comprendre qu’une femme ou un homme peut être à la fois multiple et indivisible.

Katharina Mehrhardt

J'aime les projets ambitieux mais réalistes - j'inviterais une ou plusieurs personnes vivantes, qui font la politique mondiale d’aujourd’hui et de demain. Si j’avais carte blanche, j’inviterais Angela Merkel et Emmanuel Macron pour une discussion sur leurs perspectives et leurs projections sur l’avenir de l’Union Européenne. Le couple franco-allemand est primordial en Europe et il a la capacité de faire avancer significativement des réformes progressistes.

Tags :