Résumé de la thèse de Brigitte Darchy-Koechlin

Les élites étudiantes étrangères face au modèle français de l'excellence
Directrice : Agnès van Zanten

Thèse soutenue 
le 7 novembre 2012
Mention très honorable avec les félicitations du jury


Jury : Stephen Ball,  Stéphane Beaud,  Christine Musselin,  Agnès van Zanten (dir.), Anne-Catherine Wagner

L’émergence d’un espace mondial de circulation des biens et des personnes génère de nouvelles logiques auxquelles le champs de l’éducation est désormais soumis. Ainsi les processus d’internationalisation, de transnationalisation, s’inscrivent-ils dans des espaces sociaux précis, au nombre desquels les grandes écoles et les classes préparatoires françaises.


L’« exception française », forme instituée d’un élitisme républicain et méritocratique, ne saurait faire oublier, à l’heure de la globalisation que si elle vaut exception ou se prétend comme telle, c’est précisément au regard d’autres systèmes éducatifs proprement nationaux. Ce postulat méthodologique qui voudrait au fond que toute sociologie des systèmes éducatifs ne fît jamais l’économie d’une approche comparative, se double d’un impératif très actuel, lié à l’apparition de réseaux de formation transnationaux et de ce que d’aucuns n’hésitent pas à nommer un « marché éducatif » global, dans lequel la question de l’efficacité, de l’attractivité des modèles éducatifs qui revendiquent leur singularité, se trouve posée. 


L’originalité du projet réside dans la médiation adoptée pour l’analyse d’un segment spécifique du système français de formation supérieure. On s’intéresse en effet à une population bien définie : celle des étudiants étrangers scolarisés dans les grandes écoles et les classes préparatoires Quel regard cette catégorie d’acteurs porte-elle sur le système français de sélection et de formation des élites ? 


Les élites étudiantes étrangères définissent-elles un « modèle d’excellence à la française » ? Quels en sont les traits spécifiques ? Quelles sont les modalités de confrontation scolaire avec le système français ?


On s’intéressera aux stratégies d’adaptation (individuelles et collectives) que les étudiants mettent en œuvre face aux exigences qui sont celles des institutions françaises, sans oublier que ces dernières développent quant à elle des stratégies d’ajustement pour faire fructifier le capital scolaire de ces élites étudiantes qu’elles sont appelées à accueillir tout en garantissant l’excellence de leurs curricula.


On se demandera enfin dans quelle mesure les élites étudiantes étrangères-par les formes nouvelles et concurrentes de modèles d’organisation et de compétences qu‘elles apportent-peuvent être des vecteurs de légitimation d’une conception nationale de l’excellence, mais peuvent aussi donner au modèle français une reconnaissance internationale et les moyens de s’exporter tout en se réformant et en s’adaptant à de nouvelles normes internationales.

Article mis à jour le 26-11-2012