Résumé de la thèse de Antoine Rouillard-Pérain

Trajectoires professionnelles, travail et représentations sociales des employés des services
Directeur de thèse : Alain Chenu

Les employés constituent le premier groupe social en France, et demeurent pourtant nettement moins étudiés par la sociologie que les ouvriers ou les cadres, par exemple. Pourtant, ils concentrent un certain nombre de fortes évolutions du marché du travail, et au-delà de notre société : féminisation, précarisation, industrialisation du travail, etc., à tel point qu’en dépit de la persistance de représentations héritées de l’ère industrielle, les employés, plus que les ouvriers, semblent composer la figure idéal-typique des classes populaires contemporaines. C’est pourquoi le présent projet se propose d’en faire progresser la connaissance suivant trois axes :
- l’étude des trajectoires professionnelles des individus, envisagées selon une perspective socio-démographique, c’est-à-dire en lien étroit avec les trajectoires familiales et géographiques,
- l’analyse des évolutions et des permanences du travail de ces salariés d’exécution,
- l'analyse des représentations sociales qui sont les leurs.
On fait l’hypothèse, corroborée par un certain nombre de travaux et qui sera au coeur de cette thèse, que ces trois dimensions se nourrissent les unes les autres, la question étant de savoir par quels processus, et dans quelle mesure.

Ce projet ambitionne donc de participer à une meilleure connaissance des univers de vie des classes populaires, en les abordant à travers ce qui reste l’une des dimensions les plus structurantes de la vie sociale, à savoir le travail. Celui-ci sera ici analysé sous ses deux aspects, à la fois comme une trajectoire vécue par les salariés, qui les façonne individuellement, et comme une activité productive, collective, organisée et hiérarchisée. Cependant, le travail ne constitue pas une dimension étanche de la vie des employés, mais entretient des rapports étroits et complexes avec d’autres dimensions, notamment les trajectoires familiales et les représentations sociales, rapports faits d’ajustements réciproques. C’est le deuxième volet de ce projet de thèse : étudier, au-delà du travail, la manière dont il influence les employés dans la vie familiale (dimension fondamentale de la sociabilité populaire) et les représentations sociales qu’ils se forgent au cours de leur vie. Pour mener à bien un tel projet, la double approche statistique et qualitative prend tout son sens : elle permet à la fois d’analyser des évolutions globales sur les carrières, les interactions avec la vie familiales, les mobilités géographiques, etc., et en même temps, de pénétrer beaucoup plus profondément dans les vécus individuels, dans les pratiques professionnelles et les représentations collectives.

Article mis à jour le 08-10-2019