Comprendre l’évolution des régimes d’Etat‑providence

soutenance de HDR
Emanuele Ferragina, 27 mars 2017
  • A Crowd outside Camden Job Centre (N19± - CC BY-SA 3.0)A Crowd outside Camden Job Centre (N19± - CC BY-SA 3.0)

Soutenance de HDR en sociologie

Emanuele Ferragina

Assistant Professor, OSC & LIEPP

Lundi 27 mars 2017 à 14h, 199 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Membres du jury : Fran BENNETT, Bernhard EBBINGHAUS, Olivier GIRAUD,
Olivier GODECHOT (dir.), Colin HAY, Serge PAUGAM.

emanuele_ferraginaThe Three Worlds of Welfare Capitalism is part of a long scholarly tradition rooted in deductive reasoning and the use of ideal types. This work moves from a similar theoretical standpoint: typologies are a fundamental methodological tool in understanding and interpreting the evolution of social security systems, even for those who claim that in-depth analysis of a single case is more suited to capture the complexity of different social policy arrangements. It contributes to the comparative social policy field and welfare regime literature in two ways: by proposing a dynamic outlook to welfare regime theory in counter-position to a debate characterised by a static approach and by considering welfare regime outcomes alongside institutional change.
There are several substantive reasons to differentiate between dynamic and outcome-oriented perspectives within welfare regime typologies. First of all, scholars have not yet integrated the most important domain of welfare state expansion in a period of ‘permanent austerity’, namely family policy, into welfare regime theory. Too often, scholars classify welfare regimes on the basis of the work-welfare nexus, overlooking the care-welfare dimension. In addition, the existing scholarship implies welfare regime stability when considering policies that deal with old social risks and the generosity guaranteed by system to the Average Production Worker (APW) – a white man with around 20 years of continuous employment in the industrial sector. In light of the progressive transition to a service-based economy beginning in the 1970s, however, we account for the emergence – or rather, the growing incidence – of ‘new social risks,’ namely problems related to the reconciliation between work and family life. These new risks mostly affect women, young people, migrants, and children rather than the APW. More broadly, this new work lends a sociological perspective to the welfare regime debate by comparing typologies based on institutional variables to classifications based on welfare outcomes, and carefully considering the relation between welfare state structures, specific policies and important societal outcomes.

 

L’ouvrage de Esping-Andersen Les trois mondes de l’État providence s’inscrit dans une longue tradition académique basée sur le raisonnement déductif et l'utilisation d’idéaltypes. Notre travail part d'une approche théorique similaire : les typologies sont un outil méthodologique fondamental pour comprendre et interpréter l'évolution des systèmes de protection sociale, même pour ceux qui prétendent que l’analyse de cas est plus adaptée pour saisir la complexité des différents systèmes sociaux-politiques. Ce travail s’inscrit dans le champ des politiques sociales comparées et des travaux sur l’État-providence (welfare state) de deux manières : en proposant une perspective dynamique de la théorie du régime d’État providence (welfare regime) s’opposant à une approche statique ; et en considérant les effets qu’il produit parallèlement au changement institutionnel.
Il existe plusieurs raisons de fond pour examiner les typologies de welfare regime du point de vue dynamique et des effets produits. Tout d'abord, le domaine le plus important d’expansion du welfare state en période ‘d'austérité persistante’, à savoir la politique familiale, n'a pas été suffisamment intégré dans la théorie du welfare regime. Trop souvent, ces régimes ont été étudiés sur la base du lien travail / protection (workwelfare), négligeant la dimension care / protection. Ensuite, la stabilité du welfare regime a souvent été validée par des études empiriques qui se basaient exclusivement sur les politiques relatives aux risques sociaux traditionnels (old social risks) et à la générosité garantie par le système à l'Average Production Worker (APW) : un homme blanc avec environ 20 années d'expérience dans le secteur industriel. Or, après les années 1970, avec la transition progressive vers une économie de services, nous avons assisté à l'apparition - ou mieux à la montée croissante - de « nouveaux risques sociaux », qui sont principalement liés à la conciliation entre travail et vie de famille. Ces nouveaux risques affectent plus fréquemment les femmes, les jeunes, les migrants et les enfants, que l’APW. De façon plus générale, notre travail fournit une perspective sociologique au débat sur le welfare regime en comparant les typologies basées sur les variables institutionnelles à celles basées sur les effets réels des politiques sociales, et en examinant attentivement la relation entre les structures de welfare state, les politiques spécifiques, et les principaux effets sociaux.

Entrée réservée aux invités et publics internes à Sciences Po.

Les incidences biographiques de la ségrégation

Trajectoires et mémoires des enfants de bidonvilles et cités de transit de l'après-guerre en France
Soutenance de thèse. Margot Delon. 24 mars 2017
  • Bidonville à Nanterre (Demain TV, 2009, via YouTube)Bidonville à Nanterre (Demain TV, 2009, via YouTube)

Margot Delon soutiendra sa thèse le vendredi 24 mars 2017 à 14h en salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université, 75007 Paris (accès aux personnes invitées et public interne à Sciences Po).

Les incidences biographiques de la ségrégation : trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après‑guerre en France

Composition du jury : Jean-Yves Authier (Centre Max Weber), Christine Lelévrier (Lab'URBA, UPEC), Marco Oberti (Directeur de recherche, Sciences Po), Julie Pagis (Ceraps) et Mirna Safi (Sciences Po).

Que sont devenus les enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre en France ? Au moyen d'entretiens, d'observations, d'analyse d'archives et statistiques, la thèse reconstitue les expériences et les trajectoires d’individus d’origines algérienne, marocaine et portugaise ayant grandi dans les bidonvilles et cités de Nanterre et de Champigny-sur-Marne, en Île-de-France.

Elle rend compte de leur vécu dans ces formes d’habitat précaires, ségrégées et stigmatisées qui ont duré de nombreuses années en insistant sur la diversité des expériences résidentielles et donc de leurs effets socialisateurs. De fait, les anciens enfants des bidonvilles et cités ont connu des trajectoires variées et n’interprètent pas cet épisode de la même façon.

Quatre profils types sont analysés : reproduction des inégalités, petites promotions locales, reproduction de l’isolement et ascensions sociales individuelles.

La divergence de ces parcours tient à deux ensembles de facteurs. D’une part, ces familles ont été des cibles privilégiées des politiques nationales et municipales de l’habitat et de l’immigration. En catégorisant et en traitant différemment les bidonvilles et cités de transit selon l’origine de leurs habitants et leur localisation, ces politiques publiques ont eu des effets de court, moyen et long terme très importants. D’autre part, les trajectoires de ces descendants d’immigrés ont été forgées par les ressources et les dispositions antérieures à la migration de leurs parents ainsi que par les contextes relationnels dans lesquels ils ont évolué dans les bidonvilles et les cités de transit.

Margot Delon (OSC)Margot Delon est doctorante à l'OSC, ATER et doctorante associée au CENS (Centre nantais de sociologie). Elle a bénéficié d'un contrat doctoral Sciences Po et d'un Early Stage Researcher Fellowship (2015-2016), effectué à l'IGOT-CEG de Lisbonne dans le cadre du programme européen INTEGRIM.

Nouveaux chantiers de thèse 2017

Sonia Planson, Loïs Vieillefosse, Jeanne Subtil
  • Sonia Planson, Loïs Vieillefosse, Jeanne Subtil (OSC)Sonia Planson, Loïs Vieillefosse, Jeanne Subtil (OSC)

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Georges Lavau

vendredi 10 mars 2017 de 11h30 à 13h

Cette traditionnelle séance permettra aux nouvelles étudiantes de l'OSC de présenter leur sujet de thèse, questionnement, axes problématiques, méthodologie... et de recueillir les conseils des chercheurs présents.

  • Sonia Planson
    La diversité culturelle comme ressource dans le système scolaire : comparaison France / Etats-Unis
    (direction Philippe Coulangeon)
  • Loïs Vieillefosse
    Les choix scolaires des parents de classes supérieures de première génération à Paris et à Londres
    (direction Agnès van Zanten)
  • Jeanne Subtil
    Sexualité et autonomie des femmes en Inde urbaine. Trajectoires et représentations de l’initiation sexuelle des femmes
    (direction Hugues Lagrange et Christophe Guilmoto)

Amélia Legavre (OSC-CRI)L'OSC accueille également Amélia Legavre (CRI-Université Paris Descartes),
« 'Édupreneurs', l'alternative qui veut changer l'École »
(co. dir Agnès van Zanten et François Taddei).

 

Entrée libre sur inscription préablable auprès de Marie Ferrazzini.

Agnès van Zanten distinguée...

Médaille d'argent du CNRS 2017
  • Agnès van Zanten (OSC)Agnès van Zanten (OSC)

Félicitations à Agnès van Zanten, lauréate de la Médaille d'argent 2017 du CNRS !

Cette distinction récompense chaque année des chercheurs pour « l'originalité, la qualité et l'importance de leurs travaux, reconnus sur le plan national et international ».

Liste des lauréats 2017

Agnès van Zanten est née au Vénézuela où elle a effectué une bonne partie de ses études. C'est toutefois en Suisse et en France qu'elle a terminé son cycle secondaire et en 3 ans, a appris le français et obtenu un baccalauréat. Après un passage à l'Université de Caracas en filière Lettres et Langues, elle effectue un master à l'Université de Standford en sociologie et anthropologie de l'éducation. C'est à l'Université Paris V qu'elle débute un doctorat, et qu'elle est associée au projet d'enquête sur les Zones d'éducation prioritaire, alors mises en place par le gouvernement de François Mitterrand. Sa thèse obtenue en 1987, publiée sous le titre L'école et l'espace local. Les enjeux des Zones d'éducation prioritaire, compare 2 terrains : urbain dans la banlieue de Dijon et rural en Îlle-et-Vilaine. Elle est recrutée au CNRS en 1989, affectée au Laboratoire de sociologie de l'éducation de l'Université Paris V (Cerlis aujourd'hui) avant de rejoindre l'Observatoire Sociologique du Changement en 1999. Elle est Directrice de recherche depuis 2002.

Agnès van Zanten mène des enquêtes compréhensives de terrain sur le système éducatif, à plusieurs échelles et pour plusieurs commanditaires (Programmes internationaux de recherche, Ministères de l’éducation nationale, Régions...). Elle s’intéresse plus particulièrement aux rapports sociaux et aux inégalités autour de l’école, notamment à travers les choix des parents en matière d'éducation et d’orientation.
Les entretiens et observations sur le terrain ont toujours été exploités à la fois dans les rapports d'étude et pour nourrir des ouvrages plus généraux, voire des manuels devenus aujourd’hui des classiques. On remarque ainsi plusieurs grandes problématiques  : la formation des élites, les jeux d’acteurs du marché scolaire, la rationalité des choix d'orientation scolaire, les dispositifs innovants d’accès à l’enseignement supérieur, les inégalités et ségrégations scolaires.

Les matériaux des enquêtes sur le choix de l'école sont mis à disposition des chercheurs par la banque BeQuali.

Suggestions bibliographiques

  • Dictionnaire de l’éducation (avec Patrick Rayou), Puf : seconde édition 2017
  • Sociologie du système éducatif . Les inégalités scolaires (avec Marie Duru-Bellat), Puf, Quadrige 2016 (nouvelle édition)
  • Les marchés scolaires (avec Georges Felouzis et Christian Maroy), Puf,  2013
  • Les politiques d'éducation, Que-sais-je?, 2014
  • L'école de la périphérie, Puf, Quadrige, 2012
  • Sociologie de l’école (avec Marie Duru-Bellat), Armand Colin, coll. U, 2012 (4e ed.)
  • Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales, Puf, 2009.

Dictionnaire de l'éducation

Nouvelle édition 2017
Sous la co-dir. de Agnès van Zanten, puf quadrige
  • Photos Contrast Werkstatt et pufPhotos Contrast Werkstatt et puf

La seconde édition de cet ouvrage de référence dirigé par Agnès van Zanten et Patrick Rayou a réuni plus de deux cent chercheurs, représentants les différents champs de la recherche en éducation, issus principalement de pays francophones. Leurs contributions rendent compte des avancées de la production scientifique. L'objectif est de fournir aux lecteurs un fonds commun de concepts, de méthodes et d'interprétations dans le domaine de l'éducation tout en respectant la diversité des approches selon les disciplines, les domaines et les équipes de recherche. Ce Dictionnaire ne vise pas l'exhaustivité mais la représentativité et l'intérêt social des objets et des thématiques. Cherchant à dépasser les querelles idéologiques, il apporte de nouveaux éléments de réflexion autour des questions que se posent les usagers, les professionnels et les responsables des systèmes éducatifs.

992 pages
Puf, collection Quadrige
Date de sortie prévue : 15 février 2017
ISBN 978-2130628088

« Ce dictionnaire s’inscrit dans une longue tradition d’outils de connaissance qui visent à accompagner les transformations des institutions éducatives. Le lecteur qui, au-delà de son intérêt pour telle ou telle des deux cents entrées que ce dictionnaire comporte, en ferait une lecture continue, attentive aux choix des thèmes et à l’architecture d’ensemble et qui aurait le loisir de les analyser au regard d’autres ouvrages de ce type, pourrait ainsi comparer l’évolution des faits et des théories sur l’éducation dans le temps et les différences entre communautés d’auteurs au plan national ou international. »

La très grande majorité des entrées a fait l'objet d'une révision avec mise à jour de la bibliographie de référence. De nouvelles entrées ont été introduites, tenant compte des changements institutionnels, politiques et du développement de la recherche. On peut citer en exemple Théorie de l'Apprentissage, Aspirations scolaires, Accountability, École inclusive, Théorie du Care... Soit aujourd'hui plus de 200 concepts explicités dans l'ouvrage.