Everyday Europe

Social Transnationalism in an Unsettled Continent
Edited by Ettore Recchi & Adrian Favell, Policy Press, 2019
  • Images Policy Press & twenty1studio (via Shutterstock)Images Policy Press & twenty1studio (via Shutterstock)

Everyday Europe (cover book)

328 p., ISBN 978-1447334200, Policy Press (Bristol University Press), 1st February 2019.

Edited by Ettore Recchi (Professor of Sociology at OSC - Sciences Po and part-time Professor at the Migration Policy Centre of the EUI, Florence) and Adrian Favell (Chair in Sociology and Social Theory at the University of Leeds).
Other Authors
Fulya Apaydin (Institut Barcelona d'Estudis Internacionals)
Roxana Barbulescu (School of Sociology and Social Policy of the University of Leeds)
Michael Braun (GESIS - Leibniz Institute for the Social Sciences and  University of Mannheim)
Irina Ciornei (Institute of Sociology at the University of Bern)
Niall Cunningham (Geography Department at Durham University)
Juan Díez Medrano (Universidad Carlos III, Madrid)
Deniz Duru (Media, Cognition and Communication Department at the University of Copenhagen)
Laurie Hanquinet (Department of Sociology at the University of York)
Janne Solgaard Jensen (Independent Research Fund Denmark)
Steffen Pötzschke (Department Survey Design and Methodology at GESIS - Leibniz Institute for the Social Sciences)
David Reimer (Aarhus University)
Justyna Salamońska (Centre of Migration Research and Institute of Sociology, University of Warsaw)
Mike Savage (London School of Economics)
Albert Varela (School of Sociology and Social Policy and the Q-Step Centre at the University of Leeds)

Drawing on unique research and rich data on cross-border practices, this book offers an empirically-based view on Europeans’ interconnections in everyday life. It looks at the ways in which EU residents have been getting closer across national frontiers: in their everyday experiences of foreign countries – work, travel, personal networks – but also their knowledge, consumption of foreign products, and attitudes towards foreign culture.

These evolving European dimensions have been enabled by the EU-backed legal opening to transnational economic and cultural transactions, while also differing according to national contexts. The book considers how people reconcile their increasing cross-border interconnections and a politically separating Europe of nation states and national interests.

Main chapters:

  • Introduction: Social transnationalism in an unsettled continent
  • Cartographies of social transnationalism
  • The social structure of transnational practices
  • Cultural boundaries and transnational consumption patterns
  • Social transnationalism and supranational identifications
  • Explaining supranational solidarity
  • Narratives and varieties of everyday transnationalism
  • Understanding Romanian's cross-border mobility in Europe: movers, stayers and returnees
  • Transnational Turkey: the everyday transnationalism and diversity of Turkish populations in Europe
  • Is social transnationalism fusing European societies into one?

Everyday Europe. Figure 0.2, p. 17

The Decline of Intergenerational Mobility in Denmark:

Returns to Education, Demographic Change, and Labor Market Experience
Martin David Munk - Joint Seminar OSC & MaxPo, 8 February
  • Image wong yu liang, via ShutterstockImage wong yu liang, via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

Séance organisée avec le MaxPo (SCOOPS Seminars)

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 8 février 2019 de 11h30 à 13h

The Decline of Intergenerational Mobility in Denmark: Returns to Education, Demographic Change, and Labor Market Experience

Martin D. Munk, Aalborg University

(research project conducted with David J. Harding, University of California, Berkeley)

Although there is some evidence of declining intergenerational mobility in industrialized countries, the sources of these changes are not well understood. This paper examines changes in intergenerational mobility in Denmark, which has one of the highest levels of intergenerational mobility in the world.
We show that mobility has been declining for both men and women since the late 1950s across the most recent cohorts who are now old enough to measure permanent adult income, and that these changes were concentrated among children born into the middle three-fifths of the income distribution. We examine the sources of this decline by testing hypotheses related demographic processes, returns to education, and work experience.
Our results highlight the importance of both parent and child work experience and family structure in the family of origin among both men and women as well as, to a lesser degree, marital status, assortative mating, and childbearing among women. Although education was an important driver of parent-child income rank associations in each cohort, it played little role in accounting for increases in those associations across cohorts.

Martin D. Munk
Martin David Munk
Professor
The Faculty of Social Science
Department of Political Science
Centre for Comparative Welfare Studies
Aalborg University

 Discussant: Louis-André Vallet (OSC).

Register is mandatory for external audience (bernard.corminboeuf@sciencespo.fr).

La voie royale ? Devenirs professionnels et mobilité sociale des diplômé·e·s de l’enseignement supérieur français (1918-1984)

Julie Falcon et Pierre Bataille (UNIL)
Séminaire scientifique de l'OSC, 22 février 2019
  • Grant's Family, 1936. Fonds Yousuf Karsh. Bib. et Archives Canada, e010951078 Grant's Family, 1936. Fonds Yousuf Karsh. Bib. et Archives Canada, e010951078

Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 22 février 2019 de 11h30 à 13h

Julie Falcon (UNIL-LIVES) et

Pierre Bataille (UNIL-LACCUS/ISS)

Julie FalconPierre Bataille

La voie royale ? Devenirs professionnels et mobilité sociale des diplômé·e·s de l’enseignement supérieur français (1918-1984)

La plupart des études quantitatives menées sur la mobilité sociale se sont longtemps basées sur l'idée que l'accès aux diplômes les plus élevés et les plus prestigieux induisait une diminution relative de l'incidence de l'origine sociale sur le devenir professionnel. Cette idée est d'ailleurs au fondement des politiques de démocratisation de l'enseignement supérieur dans la plupart des pays industrialisés. A partir du cas de l'analyse des diplômé·e·s français·e·s né·e·s entre 1918 et 1980, nous discuterons ce présupposé. Nous montrerons que, si l'on observe bien une diminution de la reproduction sociale dans les rangs des diplômé·e·s de Licence, l'incidence de l'origine sociale sur la carrière professionnelle reste forte parmi les titulaires de diplômes de deuxième cycle (Maîtrise, DEA, Master...) ou de troisième cycle (Doctorat) et - surtout - parmi ceux et celles qui sortent d'établissements sélectifs (grandes écoles). Les données recueillies permettent aussi d’analyser les dynamiques d’accès aux différents pôles du champ du pouvoir français et ainsi esquisser certaines hypothèses articulant problématiques issues de la sociologie de la mobilité sociale et de la sociologie des élites.

Pierre Bataille est Premier assistant à L'Institut des Sciences Sociales (ISS) et au Laboratoire capitalisme, culture et sociétés (LACCUS).
Julie Falcon a participé aux projets du Pôle de recherche national NCCR LIVES, Université de Lausanne. Elle est aujourd'hui collaboratrice scientifique pour le Swiss Federal Statistical Office (FSO) et chercheuse associée à l'Institute for Adult Learning Singapore.

Register is mandatory for external audience (bernard.corminboeuf@sciencespo.fr).

Illustration : "Family portrait, including Mrs. Grant, 1936 / Portrait de la famille de madame Grant, 1936", Yousuf Karsh. Fonds Yousuf Karsh. Bibliothèque et Archives Canada, e010951078 (CC - BY) via Flickr.

Nouveaux chantiers de thèse 2019

Ils·elles ont choisi de conduire leur recherche doctorale à l'OSC
  • Quelques-uns des 8 nouveaux doctorants de l'OSC en 2019...Quelques-uns des 8 nouveaux doctorants de l'OSC en 2019...

Comme à chaque rentrée universitaire, l'OSC a le plaisir d'accueillir de nouveaux doctorants, porteurs de sujets d'étude variés. L'équipe d'enseignants-chercheurs de l'OSC a mis en place et renforcé une politique d'encadrement doctoral et de formation de jeunes chercheurs, en partenariat avec l'École doctorale de Sciences Po et les structures partenaires (LIEPP, MaxPo). L'HCERES a souligné dans son dernier avis "l'excellent placement des jeunes docteurs [de l'OSC] dans le monde académique".

Nouveaux doctorants 2019 à l'OSC Célia Bouchet
Des situations de handicap aux situations de classe et de statut. Quelle incidence des limitations fonctionnelles sur la place des personnes dans la stratification sociale ?
Dir. Anne Revillard et Philippe Coulangeon

Benjamin Brundu-Gonzalez
Les étudiants en classe préparatoire littéraire : trajectoires scolaires, profils culturels, pratiques de sociabilités
Dir. Philippe Coulangeon, Sam Friedman & Fabien Accominotti

Marta Facchini
Economic instability and early skill development: assessing the patterns and the underlying mechanisms
Dir. Carlo Barone

 Jeanne Ganault
La conciliation des temps sociaux face à la réalité des inégalités d’autonomie temporelle
Dir. Laurent lesnard et Nicolas Robette (CREST)

 Maël Ginsburger
Les pratiques environnementales entre contraintes, styles de vie et manières d'habiter
Dir. Philippe Coulangeon et Ivaylo D. Petev (GENES-CREST)

 Marta Veljkovic
L'évolution de la mobilité sociale en cours de carrière (France 1964-2015) : les trajectoires socioprofessionnelles, leurs ressorts familiaux et leurs conséquences subjectives
Dir. Louis-André Vallet et Delphine Remillon (INED)

 Olivier Monso
La ségrégation entre les établissements scolaires et ses conséquences
Dir. Louis-André Vallet

 Siresa López Berengueres
Mobility, social class, intergroup relations and European identity: Does social diversity matter?
Dir. Ettore Recchi

Doctorant du MaxPo affilié à l'OSC :

Alexis Baudour
Influence of Economic Factors on Right-wing populist Voting
Dir. Olivier Godechot

De qui mesure-t-on l’intégration ?

Remigration des immigrés et insertion professionnelle en France
Louise Caron - Revue Population
  • Louise Caron, Population, 2018Louise Caron, Population, 2018

De qui mesure-t-on l’intégration ?
Remigration des immigrés et insertion professionnelle en France

Louise Caron (OSC et LIEPP)

Revue Population, n° 2018/3, vol. 73, p. 503-542 (décembre 2018)

La plupart des études quantitatives sur l’immigration en France font l’hypothèse implicite que les immigrés s’installent de façon permanente dans le pays de destination. Pourtant, beaucoup d’entre eux repartent, soit pour rentrer dans leur pays d’origine, soit pour se rendre dans un pays tiers. L'article analyse ces mécanismes de remigration ainsi que leurs conséquences empiriques et méthodologiques pour l’étude du devenir des immigrés en France. Le large panel administratif de l’Échantillon démographique permanent donne l’opportunité d’examiner les sorties du territoire entre 1975 et 1999.

Ces analyses montrent que les immigrés qui repartent sont caractérisés par des situations familiales et professionnelles spécifiques, ce qui pourrait affecter la validité des études sur l’intégration.

En comparant l’évolution de l’accès à l’emploi des immigrés à partir d’estimations transversales et de panel, on montre néanmoins que les mesures standards de l’insertion professionnelle de ces derniers par rapport aux natifs sont peu biaisées par un phénomène de remigration sélective. Cette démarche méthodologique invite à interroger le postulat classique de la migration permanente quand on analyse quantitativement les processus d’intégration.

Plan de l'article :

 I. Mesurer l’intégration des immigrés quand les migrations ne sont pas toujours permanentes

    1. 1. La remigration, un processus sélectif ?
    2. 2. Analyses transversales, mouvements de population et biais de sélection
  1. II. Le contexte français
    1. 1. L’invisibilité des départs de France
    2. 2. Activité professionnelle et chômage des immigrés en France (1975-1999)
  2. III. Données et méthodologie
    1. 1. Une utilisation originale de l’Échantillon démographique permanent (EDP)
    2. 2. Méthodologie
  3. IV. Résultats
    1. 1. Les départs d’une partie des immigrés ne sont pas le résultat de processus aléatoires
    2. 2. La remigration des immigrés n’affecte pas les tendances générales de l’intégration
  4. Conclusion

Accès à l'article via le portail CAIRN