Policies of Social Openness in Access to Brazilian Higher Education and Meritocracy

Thaíssa Bispo (IESP/UERJ)
Séminaire scientifique de l'OSC, 21 décembre 2018
  • Image Alf Ribeiro / Shutterstock (USP-Sao Francisco law school in Sao Paulo)Image Alf Ribeiro / Shutterstock (USP-Sao Francisco law school in Sao Paulo)

 Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Georges Lavau

vendredi 21 décembre 2018 de 11h à 13h : 2 communications (voir Coline Ferrant)

Thaíssa Bispo (IESP/UERJ )

Policies of Social Openness in Access to Brazilian Higher Education and Meritocracy

Brazilian higher education is historically marked by the presence of elite and exclusionary mechanisms, leading to the reproduction of social inequalities and stratification.
The main objective of the research is to investigate the establishment of the State policy of openess intended to promote the processes of inclusion and democratization in Brazilian universities. We tackle the issue of public policies for inclusion from the perspective of the social actors who are the direct beneficiaries. 

The 2000s saw the the institutionalization of affirmative actions and the implementation of redistributive public policies to correct social inequalities. The aim is to open access to higher education to certain classes and social groups.

In particular, we examine two measures:

  • the popular pre-college courses which help to prepare the selection tests of public universities and develop students' critical sense;
  • the quota law which establishes the reservation of places in public institutions of higher education, based on socioeconomic and ethno-racial criteria.

The analysis of students' perceptions about the policy of quotas and our qualitative - quantitative methodology leads us to highlight the existence of a paradox: if the popular pre-university courses are attempts to correct inequalities, they have practices and discourses that reinforce ideas of merit and effort, which ultimately discourage the use of inclusive policies, leading to counterproductive effects.

We also show the presence of meritocratic ideals as background in the arguments and justifications of both favorable and contrary positions to the acceptance of quota policies.

Politiques d'ouverture sociale dans l'accès à l'enseignement supérieur et à la méritocratie brésilienne

L'enseignement supérieur brésilien est historiquement marqué par la présence de mécanismes élitistes et d'exclusion aboutissant à la reproduction des inégalités sociales et à la stratification.

L'objectif principal de la recherche est d'examiner la mise en place par l'État d’une politique d’ouverture, destinée à favoriser les processus d'inclusion et de démocratisation dans les universités brésiliennes. Nous abordons la question des politiques publiques en faveur de l' inclusion dans la perspective des acteurs sociaux qui en sont directement les bénéficiaires.

Les années 2000 voient l'institutionnalisation d’actions de “discimination positive” et la mise en oeuvre de politiques publiques à caractère redistributif pour corriger les inégalités sociales. L’objectif étant d’ouvrir l'accès à l’enseignement supérieur à certaines classes et groupes sociaux.

Nous examinons plus particulièrement deux dispositifs :

  • les cours populaires pré-universitaires qui aident les étudiants des classes populaires à préparer les tests de sélection à l’entrée des universités publiques, et à développer leur sens critique,  
  • la loi sur les quotas qui réserve des places dans les établissements publics d'enseignement supérieur sur la base de critères socio-économiques et ethno-raciaux.

L'analyse des perceptions des étudiants bénéficiaires de cette politique des quotas et une méthodologie quali-quanti nous amène à souligner un paradoxe : si les cours préuniversitaires populaires tentent de corriger les inégalités, ils s’intègrent aussi dans des pratiques et des discours qui renforcent les notions de mérite et d’effort, produisant un effet contre-productif de découragement des étudiants ciblés par les politiques inclusives.

Nous montrons également la présence d’idéaux méritocratiques dans les arguments et les discours justificatifs des tenants comme des opposants aux politiques de quotas.

Thaissa BispoThaíssa Bispo Souza est doctorante à l'IESP/UERJ (Rio de Janeiro). Elle est accueillie à l'OSC de septembre 2018 à janvier 2019. Elle travaille sur des questions d'inégalités, de ségrégation, de stratification sociale et de politiques d'inclusion dans un contexte scolaire urbain.

Entrée sur inscription préalable pour les personnes extérieures à Sciences Po : bernard.corminboeuf@sciencespo.fr.