Lutte contre les drogues

Politiques publiques

L'Amérique latine est le premier fournisseur de cocaïne dans le monde. Trois pays, la Bolivie, la Colombie, et le Pérou, détiennent le monopole de la culture de la feuille de coca, propre à fabriquer la cocaïne, et le trafic s'étend à toute la région. La politique internationale en matière de lutte contre les stupéfiants est fortement critiquée et le problème de la drogue en Amérique latine, en particulier dans les pays andins, est un réel enjeu politique pour la stabilité des pays. Preuve en est des rapports conflictuels chroniques entretenus entre la Colombie et l'Equateur depuis quelques années sur la question de la fumigation des champs de coca mais aussi du trafic de drogue.  Au Pérou, certaines parties du territoire sont devenues des zones de non droit où l'armée est la seule force institutionnelle présente.

La principale politique conduite pour lutter contre la drogue en Amérique latine a été l'éradication des cocaïers soutenue par des programmes de développement alternatif. Cette politique n'a cependant pas permis de mettre un terme au trafic qui au contraire augmenté. Les cultures de feuilles de coca ont été réduites en termes de  surfaces jusqu'en 1998 mais simultanément la production a augmenté avec la sophistication des cultures.  Depuis peu, la communauté internationale a encouragé une nouvelle orientation des politiques de lutte contre les drogues en renforçant le discours sur la politique d'interdiction qui consiste à contrôler les précurseurs, le trafic et le blanchiment d'argent.

Cette rubrique a pour objectif d'analyser la priorité donnée à la lutte contre les drogues en Amérique latine mais aussi de mettre au jour les enjeux auxquels sont confrontés ces pays et les politiques mises en oeuvre par rapport aux directives internationales.  Il s'agira également de questionner la viabilité d'une politique régionale commune.

Contact: marie-esther lacuisse ( marie8103@hotmail.com )