Configuration politique post-électorale en Uruguay

José Mujica a été élu hier dimanche 29 novembre 2009 Président de la République Orientale de l'Uruguay. Avec l'économiste Danilo Astori comme candidat à la vice-présidence, l'ex-guérillero tupamaro a remporté près de 53% des votes, devançant de presque 10 points son adversaire et ex-président Luis Alberto Lacalle (42,92%) [données officielles publiées dans le quotidien La Repulica, édition du 30/11/2009 après le dépouillement de 96,27% des votes]. Le soutien du Parti Colorado (arrivé en troisième place lors du premier tour) n'a pas suffi au Parti National et depuis le jeudi 26 novembre l'avantage du Frente Amplio était souligné par les différents instituts de sondages. ceux-ci attribuaient entre 50 et 51% des votes à Mujica, contre une projection entre 41% et 45% pour Lacalle. De surcroît la configuration des forces qui émerge du processus électoral doit aussi être observée.

Même si l'élection présidentielle de Mujica est passée par le ballotage, les résultats du premier tour avaient déjà dessiné le scénario politique au sein du parlement uruguayen. Étant donné que la législation détermine que le choix électoral s'est fait sur le parti politique (liste unique), le mode de scrutin ne permet pas aux électeurs de séparer le vote présidentiel du vote législatif. L'élection du président est régie par le système majoritaire alors que celle des parlementaires l'est par le système de représentation proportionnelle intégrale (pour le Sénat) et intégrale atténuée (pour l'Assemblée des députés). C'est la raison pour laquelle le pourcentage de votes obtenus lors du premier tour par chaque formation détermine à la fois sa position dans la dispute présidentielle mais aussi le partage des sièges au Congrès National.

Avec 47,49% des votes, le Frente Amplio, parti du président sortant Tabaré Vásquez, n'etait pas parvenu à une victoire au premier tour, comme ce fut le cas lors du scrutin de 2004. Toutefois, son score a garanti le maintien de la majorité au Sénat (avec 16 sièges) comme à l'Assemblée où il a remporté 50 sièges de députés. D'ailleurs, au niveau de la disposition des forces politiques, il faut remarquer que le parti s'est imposé dans 11 départements, trois de plus que lors du scrutin de 2004.

Malgré sa seconde position (28,94%), le Partido Nacional a enregistré un recul de plus de 5 points par rapport aux élections de 2004, ce qui engendre une diminution de sa représentation parlementaire. Il a perdu deux sièges au Sénat et quatre à l'Assemblée, pour y compter désormais 9 et 30 sièges respectivement . En outre, la carte politique des blancos a été modifiée, car ce parti a été battu à Rio Negro, Colonia et San José.

Pour cette campagne, la droite a cherché à modérer son discours et à proposer un programme politique légèrement teinté d'inspirations social-démocrates. Le Partido Colorado a améliorée son score de 6,5 points par rapport au scrutin de 2004. Le ticket composé par Pedro Bordaberry (fis de l'ex-dictateur Juan María Bordaberry) et le joueur de football Hugo de León a obtenu 16,9% des suffrages. Par conséquent les colorados ont élu 5 Sénateurs et 17 députés. Néanmoins, le parti ne s'est imposé dans aucun département.

Malgré les projections des enquêtes d'opinion, le Partido Independiente n'a reçu que 2,47% des suffrages. Bien que ce score ait suffi pour lui assurer un deuxième siège à l'Assemblée, il ne lui a poas permis de conquérir un siège au Sénat, comme cela avait été envisagé par les instituts de sondages (ceux-ci lui attribuaient 3% des suffrages).

Enfin, avec 0,67% des votes, l'Assemblea Popular n'a pas obtenu de représentation parlementaire.

 

Tableau 1: Progression des scores électoraux

 

1999

2004

2009

Frente Amplio

39,06%

50,45%

48,16%

Partido Nacional

21,72%

34,30%

28,94%

Partido Colorado

31,93%

10,36%

16,9%

Partido Independiente (a)

--

1,84%

2,47%

Blancs et Nuls

2,04%

2,36%

2,18%

Abstention

8,3%

10,38%

10,14%

(a) Fondée en 2003

 

Source: élaboration de l'auteur à partir des résultats officiels de la Corte Nacional Electoral (1999 et 2004) et données publiées pour le quotidien El País, édition en ligne du 27/10/2009 (avec la projection des votes observés)

 

Tableau 2: Progression des forces politiques au Parlement

 

Sénateurs

Députés

1999

2004

2009

1999

2004

2009

Frente Amplio

12

16

16

40

52

50

Partido Nacional

7

11

9

22

36

30

Partido Colorado

10

3

5

33

10

17

Partido Independiente (a)

--

0

0

--

1

2

(a) Fondée en 2003

 

Source: élaboration de l'auteur à partir des résultats officiels de la Corte Nacional Electoral (1999 et 2004) et données publiées pour le quotidien El País, édition en ligne du 27/10/2009 (avec la projection des votes observés)