Brésil, municipales 2008 : Des élections de positionnement?

Un groupe d'étudiants a accompagné les élections locales de 2008 au Brésil pour en proposer une analyse originale. Les auteurs de ce travail ont cherché à replacer les élections municipales dans le cycle de consolidation démocratique du Brésil (1989/2008). Si les élections brésiliennes d'octobre 2008 ne s'inscrivent pas "dans la logique des élections intermédiaires" telle que présentée par Jean-Luc Parodi (1983), elles ne sont pas complètement déconnectées du niveau de pouvoir national. Les auteurs émettent l'hypothèse selon laquelle les élections municipales constitueraient au Brésil des élections de positionnement entre deux élections nationales. Pour les élections de 2008, ce positionnement aurait joué dans une double acception : 1- positionnement des acteurs du champ politique en préparation d'élections de premier ordre (stratégies de carrière au niveau individuel, préparation des alliances partisanes au niveau collectif) ; 2- positionnement comme gel des enjeux dans la perspective de clôture d'un cycle politique national.

  • L'introduction de l'ouvrage pose les principaux enjeux des élections municipales de 2008. Elle détaille les hypothèses énoncées ci-dessus et propose un cadre d'analyse pour une analyse globale des résultats. L'objectif de cette partie introductive est triple : présenter les spécificités du système électoral brésilien et le contexte dans lequel se sont déroulées les dernières élections (1) ; revenir sur les principaux enjeux du scrutin (2) ; proposer un cadre d'analyse permettant d'en interpréter les résultats et de tester la validité de notre hypothèse des « élections de positionnement » (3). 
  • La première partie est consacrée à une présentation synthétique des forces politiques en présence pour ces élections. Elaborée sous la forme de fiches synthétiques, elle replace les partis politiques dans une perspective historique (organisation et évolution de leur implantation municipale) et cherche à mesurer la cohérence des systèmes d'alliances municipales.
  • La seconde partie s'intéresse également à l'offre politique, mais à travers une approche plus individualisante. Les auteurs ont travaillé sur les trajectoires politiques des candidats dans neuf grandes municipalités, avant d'élargir la réflexion à la problématique du renouvellement du personnel politique. Si le niveau municipal constitue un tremplin pour la construction de carrières politiques, on constate que la dernière phase de démocratisation (1985/2008) peine à s'accompagner d'une réelle pluralisation de la compétition politique.
  • La troisième partie présente les enjeux liés à la préparation et à l'encadrement des élections municipales. Trois axes ont été privilégiés : la rationalisation de la campagne par les pouvoirs publics (évolution des règles électorales) ; la pacification de la compétition politique (déroulement des campagnes électorales) ; la formation de l'opinion et la quête de prévisibilité des résultats (influence des médias et des sondages).
  • La quatrième partie s'attache à analyser les résultats des élections municipales de 2008 en les replaçant dans une perspective historique à moyen terme. Les auteurs font tout d'abord une analyse globale des résultat, pour mesurer l'évolution des rapports de force municipaux et déceler une éventuelle influence nationale de ces évolutions. Puis ils resserrent le niveau d'analyse aux neuf municipalités constitutrices de l'échantillon. Ils soulèvent enfin de nouvelles tendances et mutations, notamment en ce qui concerne la géographie électorale du Parti des Travailleurs et la sélection du personnel politique.
  • Enfin, la conclusion de cet ouvrage revient sur le rapport entre les élections municipales de 2008 et les élections nationales et étatiques prévues pour octobre 2010. Si plusieurs précautions doivent être prises pour éviter de tomber dans le piège de la tentation prédictive, les résultats des élections de 2008 (et les usages de ces résultats par les écteurs de la compétition politique) soulèvent de nouvelles problématiques pour appréhender les élections de 2010.

Sommaire:

Vous pouvez également télécharger le sommaire détaillé (version PDF) en cliquant sur ce lien.

 


Ont participé à ce travail

Auteurs : Pierre-Jean Brasier ; Romain Doleux ; Louise Durette ; Pierre Ejarque ; Lucie Moreau-Motte ; Walter Nique-Franz ; Johann Pellicot ; Marie Tretiakow (Master 1) ; Clément Bonfils ; Pierre Boisson ; Miléna Castellnou-Bilis ; Viridiana Champagnat ; Guillaume Dupont ; Emilie Faruya ; Noémie Gate ; Mary Gely ; Delphine Henry ; Sophie Lambert ; Olivier Mannu ; François Maudet ; Alexandre Pierrin ; Emmanuelle Poirier ; Thierry Ramos ; Guillaume Sabatier ; Anne-Claire Sanz ; Julien Tora ; Yasmina Tawfik ; Marie Vincent ; Kevin Worthington (Master 2) ; Frédéric Louault (OPALC) (dir.).

Travail graphique (pour le format PDF): Pierre Ejarque

Remerciements :  Celia Himelfarb (Responsable du Master Amérique latine de l'IEP de Grenoble), Olivier Ihl (Directeur de l'IEP de Grenoble) et Olivier Dabène (Président de l'OPALC) pour avoir soutenu ce projet. Joachim Martinie, Vincent Farnea et Aurélien Evrard pour leur travail de relecture.