Obsolescence programmée. Quel est le pouvoir du consommateur ?

Débat autour de l’ouvrage : La Consommation engagée, de Sophie Dubuisson-Quellier (Presses de Sciences Po), en présence de :

  • Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire
  • Dominique Roux-Bauhain, professeur de marketing à l’Université Reims Champagne-Ardenne (URCA, Laboratoire REGARDS)
  • Laëtitia Vasseur, co-fondatrice et déléguée générale de HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée)
  • Sophie Dubuisson-Quellier, sociologue, directrice de recherche et auteure de l’ouvrage.

Modération par Guillaume Duval, éditorialiste à Alternatives économiques et chroniqueur de l’émission « Entendez-vous l’éco » sur France Culture.

Achats bio, boycott, refus de la publicité, éco-villages, véganisme, produits durables et répérables… Multiforme, la consommation engagée fait du marché un lieu de contestation politique contre les excès du capitalisme et de la société d’accumulation. Dès le XVIIIe siècle apparaît l’idée que les citoyens peuvent, en unissant leurs efforts individuels, infléchir les tendances délétères de la société. Depuis, ce mouvement n’a cessé de grandir et d’étendre ses prérogatives. Critique à la fois contre et dans le marché, avec lequel elle entretient une relation ambiguë, la consommation engagée s’impose aujourd’hui comme un mouvement puissant, capable d’influencer les gouvernements, les législateurs et les acteurs économiques.

Inscriptions internes

Inscriptions externes