Thirty-something and happy to be back at university

Sheila Mutimbo and Patrick Blake are public policy professionals in their thirties. After several years of rich professional experience, they both decided that it was time to take a break and to go back to university. They have just started the one-year Master’s programme in Advanced Global Studies at the Sciences Po Paris School of International Affairs and were pleased to share their first impressions and expectations.

You both hold positions of responsibility, Sheila at the Ministry of Finance and Economic Planning in Rwanda and Patrick at the Australian Department of Foreign Affairs and Trade. Why did you both choose to go on leave?

Sheila Mutimbo: I’ve been working with the Ministry of Finance and Economic Planning in Rwanda for three years now, and I felt that in order to advance my practical skills I need to deepen my academic expertise by ultimately becoming an expert in the development work.

Patrick Blake: I have been in the same ministry for nine years, so I thought that it was time for me to take time out. My organisation encourages officers to develop their intellectual framework. I wanted to take a step back to gain a different perspective on global issues. 

Sheila, you did your studies in China, and Patrick in Australia. Why did you choose France and Sciences Po for your return to university?

Sheila: I have an African and Asian background, I believe by combining these three continental experiences (France-Europe), I will be able to have wider worldview and perhaps be in a better position to contribute to solutions for sustainable development.
And why France? First because Sciences Po has a good reputation and I guess learning french in France is ideal. But also I enjoy experiencing different cultures, France is totally different to any African or Asian country I’ve been to, these differences intrigue me.

Patrick: The possibility of earning a Master’s in only one year really appealed to me. It’s sometimes difficult to take a two-year break, for financial reasons among others… So a one-year Master’s programme fits my plans perfectly. The good reputation of Sciences Po also motivated my choice.

You have just started the one-year programme in Advanced Global Studies at the Sciences Po Paris School of International Affairs. What are your first impressions?

Sheila: I am in the Development Practice track. It has been very intense, with the assignments and all the readings we have to do. But we have some very interesting classes; they are quite challenging which I don’t mind!  I like the programme’s cross disciplinary approach. For example, when we talk about development, the professor may use some economic concepts, and even if you are not a specialist in this discipline, the notions are accessible, the level is well adapted for non-specialists. And I also like that we can easily interact with the professor. 

Patrick: It is a big change for us I guess. We have been working for a while, and it is interesting to plunge into the academic world. I wanted to take time out after nine years or work. But despite calling it “time out”, it is still very challenging. We have a lot of reading to do, a lot of assignments and exam preparation.

What do you expect from this year of study at Sciences Po? Which skills do you need to develop?

Sheila:  I want to sharpen my ability to think critically and to be able to contextualise all the information I get here to the environment I come from in Rwanda. For example how can I use the principles of sustainable development learned at Sciences Po to support already on-going sustainable policies in Rwanda? This question is the focus of my time here. In most cases it is difficult to apply theory to the field, however i look forward to understanding the practicalities of that.

Patrick: I am interested in being able to better analyse economic research. I want to be able to criticise these documents and gain a better understanding of the work of economists.
I want to understand globalisation from both an academic and a practical viewpoint. I’m also taking up Japanese. I stopped learning Japanese when I was 16 and now I am doing Japanese again, with a fantastic and engaging Japanese professor. 


Related links
Learn more about the Master in Advanced Global Studies at the Sciences Po Paris School of International Affairs
Learn more about one-year Master’s programmes at Sciences Po

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite
La Terre, invitée vedette de la rentrée

La Terre, invitée vedette de la rentrée

C’est parti pour deux semaines intenses de rentrée à Sciences Po. Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles et leurs intervenants, sur tous nos campus du Collège universitaire (1er cycle) et dans les 7 écoles de second cycle. Un programme 2019 qui s’articule autour d’un thème central : le futur de la planète. Tous les détails à retrouver ci-dessous.

Lire la suite
Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste, lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes, débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po à la rentrée 2019.  

Lire la suite