The Paris Agreement: what can we expect from the US?

On June 13th, the Institute for Sustainable Development and International Relations (IDDRI) welcomed Sue Biniaz, adjunct professor at Columbia Law School and the US State Department’s former lead climate attorney, to Sciences Po. Having played a key role in international climate negotiations, such as COP21 and the Paris Agreement, she delivered her analysis on what we can expect today from the US following the announcement to withdraw from the Paris Agreement.

Below are some of the highlights from Sue Biniaz’ presentation:

A Political & Ideological Decision

After many years of international tension regarding climate action, the Paris Agreement was considered a landmark, according to Sue Biniaz, that fixed the key issues that the US had with the Kyoto Protocol. This time, targets are neither negotiated nor legally binding, and all Parties, developed as well as developing, have common obligations.
 
The US government was faced with multiple options and eventually chose to withdraw from the Paris Agreement for reasons both political and ideological, stated Biniaz. President Trump sought to respect the pledge that he had made during his campaign to ‘cancel’ the agreement, which had been ‘negotiated by Obama,’ in a context of profound distrust for multilateral institutions.  
 
Those in favor of remaining in the deal, on the other hand, argued that from an economic perspective, withdrawal was not wise. Biniaz noted the fact that many American businesses, including oil and gas companies, lobbied fiercely for the US to remain a part of the Agreement. Moreover, Biniaz noted the argument evoked by Secretary of State Tillerson, which asserted that protecting American interests abroad would be significantly harder without “a seat at the table.”

Withdrawing is Still an Open Question

The decision to withdraw was not reflective of a majority view, stated Biniaz, given that 60-70% of US public opinion was in favour of staying in the Paris Agreement. This is further demonstrated by the increased initiative and action that many states and cities in the US are taking in response to the President’s announcement. Despite the legal constraints, they are currently thinking of ways to reflect their commitment to the Paris Agreement. Biniaz noted, however, that it is unclear whether the increased fervor with which states and cities are approaching the issue of climate change, such as committing to maintain the targets under President Obama, will continue in the long-term.
 
In addition, Biniaz noted that during his announcement, President Trump left “a little bit of a door open” for the US to remain a part of the deal. With his references to ‘renegotiating’ and ‘re-entering,’ there is some uncertainty about future US participation. The term ‘renegotiation,’ for instance, suggests that the US could revise their emissions target. ‘Renegotiation’ in the sense that the US could amend the text of the Paris Agreement, on the other hand, is a “non starter,” stated Biniaz, citing the general perception of the deal as a “balanced package.”
 
Regarding negotiations in the years to come, Biniaz stated that the US should have a constructive role and actively participate, despite the announcement to withdraw. Should the US government choose to rejoin the Paris Agreement at a later time or take part in future agreements, having participated in the development of the rules and guidelines would provide more favorable opportunities to pursue its national interests.
 
By David Levaï and Delphine Donger (Institute for Sustainable Development and International Relations, IDDRI)
 
Related Links

 Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Vous vous remettez à peine de son entrée en CP. Autant dire que la perspective que votre petit(e) passe le Bac l'année prochaine vous paraît surréaliste. Quant à savoir s'il faut ou pas lui conseiller d'aller à Sciences Po, voilà qui relève de la science-fiction. Nous ne pouvons pas grand-chose pour vous aider à passer le cap. Nous sommes sûrs en revanche que Sciences Po va aider votre enfant à se construire un parcours qui lui ressemble. Voici pourquoi.

Lire la suite
Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Parents : 7 raisons d’envoyer votre enfant à Sciences Po

Vous vous remettez à peine de son entrée en CP. Autant dire que la perspective que votre tout-petit(e) passe le Bac à la fin de l'année vous paraît surréaliste. Quant à savoir s'il faut ou pas lui conseiller d'aller à Sciences Po, voilà qui relève de la science-fiction. Nous ne pouvons pas grand-chose pour vous aider à passer le cap. Nous sommes sûrs en revanche que Sciences Po va aider votre enfant à se construire un parcours qui lui ressemble. Voici pourquoi :

Lire la suite
Rétro #4

Rétro #4 "Le fantasme d'un Sciences Po parisien et inaccessible"

Tout au long de l’été, nous vous proposons de revivre des moments forts de l’année universitaire 2016-2017. Aujourd’hui, retour sur les 15 ans des Conventions éducation prioritaire. Pour fêter cet anniversaire, Sciences Po donnait la parole à quelques uns des 1600 étudiants entrés par ce dispositif créé en 2001. Parmi ces témoins, Bastien Desclaux, est venu raconter comment les CEP ont changé sa vie... et ses préjugés sur Sciences Po.

Lire la suite
Les coulisses du métier de magistrate

Les coulisses du métier de magistrate

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, La Juge de trente ans de Céline Roux, le témoignage d’une jeune magistrate à ses débuts qui fait découvrir l’envers du décor de ce métier.  

Lire la suite
« Soft power » : culture et diplomatie

« Soft power » : culture et diplomatie

Invitée aux Centre et Département d'histoire de Sciences Po, Jessica Gienow-Hecht, professeur au John F. Kennedy Institute for North American Studies d'histoire de la Freie Universität de Berlin, s'est spécialisée dans le rôle de la culture dans les relations internationales. De l'implication des journalistes en situation de conflit, en passant par les enjeux diplomatiques que peuvent représenter certains musiciens, interview d'une spécialiste du « soft power ».

Lire la suite
Rétro #3 : un nouveau campus pour se réinventer

Rétro #3 : un nouveau campus pour se réinventer

Tout au long de l’été, nous vous proposons de revivre des moments forts de l’année universitaire 2016-2017. Aujourd’hui, retour sur un événement qui fait désormais partie de l’histoire de Sciences Po : la signature officielle de l’acte d’acquisition de l’hôtel de l’Artillerie, le 23 décembre 2016. L’aboutissement de plus de trois ans de travail. Et la promesse d’une réinvention de Sciences Po autour d’un campus parisien entièrement repensé. Prochaine étape du projet, baptisé Campus 2022 : la désignation du lauréat et la présentation du projet architectural fin 2017.

Lire la suite
« Encourager le dialogue Orient-Occident »

« Encourager le dialogue Orient-Occident »

Les enseignements proposés sur le campus de Menton se concentrent sur le Moyen-Orient et les pays du pourtour méditerranéen. Si dialogue interculturel et débat interreligieux sont de mise sur le campus, c’est surtout grâce à son directeur, Bernard El Ghoul, qui a su imposer des valeurs de vivre ensemble et de tolérance à des étudiants venus d’ici et d’ailleurs. Portrait d’un directeur apprécié, surnommé affectueusement par ses étudiants le « Di Caprio libanais ».

Lire la suite
Le Rwanda autrement

Le Rwanda autrement

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, on vous fait découvrir « L’âme des peuples », une collection de récits de voyages dont chaque volume fait découvrir un pays dans son quotidien contemporain. Exemple avec Rwanda. Mille collines, mille traumatismes, de la journaliste Colette Braeckman.

Lire la suite
Et si le vote prenait racine dans l’enfance ?

Et si le vote prenait racine dans l’enfance ?

« Dis-moi comment tu as grandi et je te dirai comment tu as voté ». Une étude publiée par le magazine Evolution and Human Behavior prouve que la manière dont on a vécu son enfance a une incidence directe... sur l’orientation politique. Cette enquête, pilotée par l’INSERM en partenariat avec Sciences Po, est le fruit d’une recherche menée auprès de milliers de personnes. Explications de Yann Algan, économiste et doyen de l’École d’affaires publiques de Sciences Po, qui a participé à cette étude.

Lire la suite