Saving money, losing lives

Analysis by David Paltiel, professor at Yale School of Public Health and a visiting professor at the Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP) at Sciences Po.

Recent cutbacks in global funding for HIV/AIDS force donor nations to confront how little they are willing to give up to save a life on another continent. For the last two decades, global assistance programmes have enjoyed robust support and remarkable success in providing HIV/AIDS prevention and treatment services in resource-limited settings.
Recently, however, there are signs of funder fatigue and mounting political resistance. In 2016, for example, donor government funding to support HIV efforts in low- and middle-income countries decreased for the second consecutive year, from US$7.5 billion to US$7 billion. The Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria has scaled back the number of funding-eligible nations it serves. Most recently, the White House proposed a 33% cut to the US foreign aid budget, jeopardizing more than US$6.7 billion currently earmarked for HIV/AIDS prevention, care, and research.
 
These developments raise important questions for donor and recipient nations alike: What are the likely health and economic effects of reduced global investment in HIV prevention and care? How much money can be saved while maintaining existing commitments? What cost-containment options are available, how much will each option save, and what harms will it create?
 
Working with colleagues in Côte d’Ivoire and the Republic of South Africa, we addressed these questions using a mathematical simulation and publicly available data. Here, we highlight four key findings:

The economic savings will be small and short-lived

Given existing commitments to persons already receiving care for HIV infection, savings greater than 30% of current outlays are unlikely. Moreover, most of the savings will dry up with time, as the downstream costs of patient neglect and failure to reduce HIV transmission accumulate.

The health harms will be large and lasting

Whether the yardstick is mortality, life-expectancy, or new HIV transmissions, cutbacks will almost certainly produce proportionally greater harm than economic good. We estimate more than 500,000 additional HIV transmissions and 1.6 million more HIV-related deaths in South Africa over the next 10 years. In Côte d’Ivoire, HIV-related deaths could increase 35% over that period.

For recipient nations, there are better and worse responses to reduced foreign assistance. 

Policies that either delay the presentation of the healthiest patients to care or reduce investments in patient retention will do the least harm in terms of deaths, years of life lost and new HIV transmissions.

Even if recipient nations act optimally to minimize the harm to their citizens, each year of life lost in Africa due to cutbacks will save donors no more than $900.

This fourth finding – and the shocking humanitarian cost it imposes on vulnerable populations – should take your breath away. Evidence abounds that citizens of resource-rich nations, like the United States and France, will willingly pay upwards of $100,000 to save a single year of life. Does the imposition of this disparity – a year of life to save ourselves $900 – accurately reflect how we in donor countries value life in Africa?
 
Scale-back of international aid to HIV programs in resource-limited settings will reverse enormous progress made over the past 20 years in curbing HIV transmission and improving HIV-related outcomes. We have it in our power – and even within our economic reach – to stop the global AIDS epidemic in its tracks. Now is the time to redouble our efforts, not to cut back and witness the reversal of hard-earned successes.


Related links

Qui sont les diplômés 2018 ?

Qui sont les diplômés 2018 ?

Des étudiants brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblera, vendredi 29 et samedi 30 juin 2018, près de 2400 diplômés et leurs invités au grand auditorium de la Maison de la Radio. Qui sont les étudiants de la promo 2018 ? Découvrez leurs profils. 

Lire la suite
Les politiques de notre gouvernement sont-elles efficaces ?

Les politiques de notre gouvernement sont-elles efficaces ?

Le Revenu de solidarité active (RSA) permet-il de réduire la pauvreté ? De nouvelles lignes de métro dans le Grand Paris vont-elles créer des emplois ? D’une manière générale, les politiques de nos gouvernements sont-elles efficaces ? Au-delà du ressenti des citoyens ou des chiffres brandis par les politiques, il n’y a qu’une seule manière de le savoir : évaluer les politiques publiques. L’évaluation, c’est précisément le coeur de métier du LIEPP à Sciences Po. Entretien avec le directeur, Bruno Palier.

Lire la suite
Les libertés politiques et syndicales

Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Lire la suite
La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite