Saving money, losing lives

Analysis by David Paltiel, professor at Yale School of Public Health and a visiting professor at the Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP) at Sciences Po.

Recent cutbacks in global funding for HIV/AIDS force donor nations to confront how little they are willing to give up to save a life on another continent. For the last two decades, global assistance programmes have enjoyed robust support and remarkable success in providing HIV/AIDS prevention and treatment services in resource-limited settings.
Recently, however, there are signs of funder fatigue and mounting political resistance. In 2016, for example, donor government funding to support HIV efforts in low- and middle-income countries decreased for the second consecutive year, from US$7.5 billion to US$7 billion. The Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria has scaled back the number of funding-eligible nations it serves. Most recently, the White House proposed a 33% cut to the US foreign aid budget, jeopardizing more than US$6.7 billion currently earmarked for HIV/AIDS prevention, care, and research.
 
These developments raise important questions for donor and recipient nations alike: What are the likely health and economic effects of reduced global investment in HIV prevention and care? How much money can be saved while maintaining existing commitments? What cost-containment options are available, how much will each option save, and what harms will it create?
 
Working with colleagues in Côte d’Ivoire and the Republic of South Africa, we addressed these questions using a mathematical simulation and publicly available data. Here, we highlight four key findings:

The economic savings will be small and short-lived

Given existing commitments to persons already receiving care for HIV infection, savings greater than 30% of current outlays are unlikely. Moreover, most of the savings will dry up with time, as the downstream costs of patient neglect and failure to reduce HIV transmission accumulate.

The health harms will be large and lasting

Whether the yardstick is mortality, life-expectancy, or new HIV transmissions, cutbacks will almost certainly produce proportionally greater harm than economic good. We estimate more than 500,000 additional HIV transmissions and 1.6 million more HIV-related deaths in South Africa over the next 10 years. In Côte d’Ivoire, HIV-related deaths could increase 35% over that period.

For recipient nations, there are better and worse responses to reduced foreign assistance. 

Policies that either delay the presentation of the healthiest patients to care or reduce investments in patient retention will do the least harm in terms of deaths, years of life lost and new HIV transmissions.

Even if recipient nations act optimally to minimize the harm to their citizens, each year of life lost in Africa due to cutbacks will save donors no more than $900.

This fourth finding – and the shocking humanitarian cost it imposes on vulnerable populations – should take your breath away. Evidence abounds that citizens of resource-rich nations, like the United States and France, will willingly pay upwards of $100,000 to save a single year of life. Does the imposition of this disparity – a year of life to save ourselves $900 – accurately reflect how we in donor countries value life in Africa?
 
Scale-back of international aid to HIV programs in resource-limited settings will reverse enormous progress made over the past 20 years in curbing HIV transmission and improving HIV-related outcomes. We have it in our power – and even within our economic reach – to stop the global AIDS epidemic in its tracks. Now is the time to redouble our efforts, not to cut back and witness the reversal of hard-earned successes.


Related links

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po inaugure aujourd’hui son premier bureau de représentation sur le continent africain, à Nairobi, au Kenya, et devient ainsi la première université française à ouvrir une délégation en Afrique anglophone. Ce bureau pilotera et animera tout un ensemble d’actions en Afrique Subsaharienne.

Lire la suite
Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Oui, on peut faire son master en apprentissage à Sciences Po ! Près du tiers des formations de 2ème cycle proposent cette possibilité. Une option plébiscitée par tous : les étudiants pour l’insertion professionnelle, les employeurs pour le recrutement, et l’université pour son intérêt pédagogique. Point d’étape avec Cornelia Woll, Directrice des études et de la scolarité. 

Lire la suite
Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Les instances de gouvernance de Sciences Po ont décidé de reconduire Frédéric Mion, directeur depuis 2013, pour un second mandat à la tête de l’institution. L’occasion de revenir sur son bilan, et d’esquisser son projet à l’horizon des 150 ans de Sciences Po : ouvrir, rassembler et innover.
Lire la suite

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Le Prix Claude Érignac récompense chaque année une étudiante ou un étudiant de Sciences po pour son engagement au service de valeurs républicaines et humanistes. Cette année, c'est Luca Vergallo, étudiant en Master politiques publiques qui a été distingué pour son développement d’une pédagogie innovante qui valorise les services publics de secours et sensibilise à la gestion et à la communication de crise.

Lire la suite
“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

Après le succès du Mooc Espace Mondial et ses 25 000 inscrits, Bertrand Badie présente son nouveau cours en ligne intitulé "Afrique et mondialisation, regards croisés", qui démarre sur la plateforme Coursera lundi 12 février 2018. Accessible à tous et réalisé par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens, ce nouveau Mooc propose une vision inédite du continent et de son avenir. Et invite à repenser la gouvernance globale. Entretien. 

Lire la suite
Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Par Didier Demazière (CSO). Le spectre du dopage resurgit avec chaque grand événement sportif. Celui-ci mêle, de façon quelque peu schizophrène, célébration d’une éthique méritocratique fièrement affichée et rumeurs plus ou moins sourdes de tricheries et de manquements à cet idéal. Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud n’échappent pas à cette règle. En effet, leur préparation a été marquée par l’affaire de la disqualification des sportifs russes, certains étant finalement autorisés à concourir sous la bannière « Olympic Athlete from Russia », sans pouvoir arborer les couleurs de leur pays.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite
Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Lire la suite
À quoi sert le contrôle des chômeurs ?

À quoi sert le contrôle des chômeurs ?

Par Didier Demazière (CSO). Le contrôle des chômeurs s’invite régulièrement dans le débat public. C’est le cas en France à l’occasion de la réflexion gouvernementale sur le renforcement du contrôle de la recherche d’emploi. Cette question polarise les opinions : pour les uns cette politique est souhaitable car elle favorise un retour plus rapide à l’emploi et permet une chasse aux fraudeurs ; pour les autres elle est erronée car l’action publique doit être focalisée sur le soutien aux chômeurs et éviter tout risque de stigmatisation de ces victimes de la pénurie d’emplois. Que sait-on des dispositifs de contrôle et de sanctions ? Quelle est leur efficacité sur l’accès à l’emploi ? Quelles sont leurs conséquences, voulues ou non ? Finalement, quelle est leur légitimité ?

Lire la suite