Saving money, losing lives

Analysis by David Paltiel, professor at Yale School of Public Health and a visiting professor at the Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP) at Sciences Po.

Recent cutbacks in global funding for HIV/AIDS force donor nations to confront how little they are willing to give up to save a life on another continent. For the last two decades, global assistance programmes have enjoyed robust support and remarkable success in providing HIV/AIDS prevention and treatment services in resource-limited settings.
Recently, however, there are signs of funder fatigue and mounting political resistance. In 2016, for example, donor government funding to support HIV efforts in low- and middle-income countries decreased for the second consecutive year, from US$7.5 billion to US$7 billion. The Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria has scaled back the number of funding-eligible nations it serves. Most recently, the White House proposed a 33% cut to the US foreign aid budget, jeopardizing more than US$6.7 billion currently earmarked for HIV/AIDS prevention, care, and research.
 
These developments raise important questions for donor and recipient nations alike: What are the likely health and economic effects of reduced global investment in HIV prevention and care? How much money can be saved while maintaining existing commitments? What cost-containment options are available, how much will each option save, and what harms will it create?
 
Working with colleagues in Côte d’Ivoire and the Republic of South Africa, we addressed these questions using a mathematical simulation and publicly available data. Here, we highlight four key findings:

The economic savings will be small and short-lived

Given existing commitments to persons already receiving care for HIV infection, savings greater than 30% of current outlays are unlikely. Moreover, most of the savings will dry up with time, as the downstream costs of patient neglect and failure to reduce HIV transmission accumulate.

The health harms will be large and lasting

Whether the yardstick is mortality, life-expectancy, or new HIV transmissions, cutbacks will almost certainly produce proportionally greater harm than economic good. We estimate more than 500,000 additional HIV transmissions and 1.6 million more HIV-related deaths in South Africa over the next 10 years. In Côte d’Ivoire, HIV-related deaths could increase 35% over that period.

For recipient nations, there are better and worse responses to reduced foreign assistance. 

Policies that either delay the presentation of the healthiest patients to care or reduce investments in patient retention will do the least harm in terms of deaths, years of life lost and new HIV transmissions.

Even if recipient nations act optimally to minimize the harm to their citizens, each year of life lost in Africa due to cutbacks will save donors no more than $900.

This fourth finding – and the shocking humanitarian cost it imposes on vulnerable populations – should take your breath away. Evidence abounds that citizens of resource-rich nations, like the United States and France, will willingly pay upwards of $100,000 to save a single year of life. Does the imposition of this disparity – a year of life to save ourselves $900 – accurately reflect how we in donor countries value life in Africa?
 
Scale-back of international aid to HIV programs in resource-limited settings will reverse enormous progress made over the past 20 years in curbing HIV transmission and improving HIV-related outcomes. We have it in our power – and even within our economic reach – to stop the global AIDS epidemic in its tracks. Now is the time to redouble our efforts, not to cut back and witness the reversal of hard-earned successes.


Related links

Paroles d'étudiants

Paroles d'étudiants

Pourquoi ont-ils choisi Sciences Po ? Quelles sont leurs premières impressions ? À l'occasion des rentrées du Collège universitaire sur nos 7 campus, paroles de nouveaux étudiants.

Lire la suite
La ritournelle des emplois non pourvus

La ritournelle des emplois non pourvus

Par Hadrien Clouet (CSO). Dimanche 16 septembre, interpellé par un horticulteur sans emploi, le président de la République Emmanuel Macron lui a répondu « je traverse la rue, je vous trouve un emploi ». Cette phrase relance un vieux mythe : les chômeurs sont responsables de leur propre chômage, car ils accompliraient trop peu d’efforts pour retrouver un emploi.

Lire la suite
Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Par Marie Duru-Bellat (OSC). Depuis qu’il existe un dispositif d’orientation institutionnalisé, répartissant les jeunes entre les filières scolaires, puis vers des métiers, on n’a de cesse de dénoncer les difficultés et la cruauté de ce système. Mais peut-il y avoir, dans la société telle qu’elle est, une « orientation heureuse » ?

Lire la suite
“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

La démocratie est-elle capturée par le poids de l’argent privé ? Financement des partis et des campagnes électorales, dons aux fondations ou achats de médias, les outils à disposition pour tenter d’influencer les termes du débat public ne manquent pas.  Après avoir réfléchi à la question de l’indépendance des médias, Julia Cagé, chercheuse à Sciences Po, appelle dans son dernier ouvrage - le Prix de la démocratie (éd. Fayard) - à une réforme radicale du financement des partis et des élections. Entretien.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite

"Faire l'Europe dans un monde de brutes"

Pour sa rentrée solennelle, L'École des affaires internationales (PSIA) recevait mercredi 5 septembre 2018 Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, qui s’est livré à un ardent plaidoyer pour l’avenir de l’Europe avant d’échanger avec les étudiants.

Lire la suite
Sur les planches avec Rhinocéros

Sur les planches avec Rhinocéros

Créée en 2008, Rhinocéros est une association de théâtre qui réunit des passionnés d’art dramatique. Chaque année, l'association organise son festival de théâtre Festiféros. Découvrez les réalisations de la troupe !

Lire la suite
Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Par Daniel Boy (Cevipof) - Si elle ne change pas de façon radicale la difficulté de l'écologie à réussir en politique, la nomination au poste de ministre de la Transition écologique de François de Rugy en remplacement de Nicolas Hulot présente certains atouts pour la désignation à ce poste délicat. Celui-ci satisfait tout d'abord clairement à la condition de compétence et de sérieux sur les enjeux environnementaux. Il est aussi reconnu du monde de l'écologie politique comme un homme qui a milité sur le terrain et su gravir avec habileté les échelons classiques de la carrière politique. Mais il serait évidemment vain de croire que ces qualités lui vaudront le soutien des associations environnementales ou du parti des Verts.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite
Simone Veil, 1927-2017

Simone Veil, 1927-2017

Il y a un peu plus de 40 ans, Simone Veil prononçait à l’Assemblée Nationale le discours qui allait ouvrir la voie à l’autorisation de l’avortement en France. Ce discours historique compte parmi les plus grands, les plus controversés et les plus importants de l’histoire de la Ve République. Ce n’était pas la première fois que Simone Veil avait rendez-vous avec l’histoire ou qu’elle devait imposer ses convictions dans un monde d’hommes… Simone Veil avait été diplômée de Sciences Po en 1948. Hommage à une femme d’exception devenue figure majeure de l’Histoire.

Lire la suite