Committed to Africa

Romaric Compaoré comes from Burkina Faso and is working on a project to facilitate access to water in his village. Romaric is part of the first cohort of Sciences Po - MasterCard Foundation Scholars, a programme to educate and support bright young African students with a personal commitment to changing the world around them.

Why did you choose the Europe-Africa programme at Sciences Po?

I wanted to get to know my continent better so I could take an active part in its development. I was looking for a really African programme, not like the African Studies programmes at American universities. I wanted a strong African focus. When I heard about Sciences Po’s Europe-Africa programme at my high school in Ouagadougou, I knew it was for me. Then when I learned there was a Mastercard Foundation scholarship for African students keen to contribute to the continent’s development, that was the icing on the cake.

Where does this desire to become an expert on Africa come from?

The development of my country, Burkina Faso, is closely linked to the development of the continent’s other countries. African countries have to solve their problems together. I want to devote my efforts to the economical and political integration of African countries. That’s why I want to become an expert on the continent. Later, I would like to join an organisation like the African Union, or start a company to work towards African integration.

When you were 16, you launched a project to build a water tower in your village in Burkina Faso. Can you tell us more?

It was at high school that I started the Yakin project, named after my village in Burkina Faso. The goal is to build a water tower in Yakin, a village where the main economic activity is market gardening.

But market gardening is only possible for three months a year, in the rainy season. Over those three months, the villagers manage to grow enough produce for the whole village. But after the three months, in the dry season, water is difficult to find. The children are tasked with fetching water and leave school. The women can’t go to the hospital because it involves costs they can’t pay. Without treatment, many children die of fever.

If water were available all year, the village would have income all year. Solving the water problem would solve most of the village’s other problems.

I started this project in Year 11 and I plan to finish it in 2018.

How do you plan to finish the water tower project in Burkina Faso while you’re studying at Sciences Po?

I’ve already raised quite a lot of money, but we still need more to make the project a reality. When I arrived at Sciences Po, I presented the project and the Reims students chose it as one of student initiatives for the year, which means I’ll be able to keep working on it and raising funds, even at a distance. My goal for 2018 is to raise the necessary funds to build the water tower and get it up and running.

Related links

La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

Dans un monde de plus en plus globalisé, la nation est-elle condamnée ? “Les nations ne disparaissent pas, au contraire !” répond Gil Delannoi, chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF), dans son dernier ouvrage La nation contre le nationalisme (éd. PUF). Selon lui, non seulement les nations restent incontournables mais elles seraient même devenues l’un des meilleurs remparts contre les nationalismes. Interview.

Lire la suite
Réconcilier “humain” et

Réconcilier “humain” et "droits de l’homme”

Pour elle, c’est bien plus qu’une vocation. Étudiante en master "Human Rights and Humanitarian Action" à l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Vanessa Topp se rend chaque semaine dans le quartier de la Porte de la Chapelle à Paris à la rencontre des migrants pour leur apporter son soutien. Portrait vidéo d'une jeune femme pour qui étude des droits de l'homme rime avec engagement.

Lire la suite
“Nous devons tous habiter quelque part”

“Nous devons tous habiter quelque part”

Le logement est-il un bien ? Est-il un droit ? De Bombay à Paris, en passant par les grandes villes des États-Unis, Sukriti Issar invite chaque semaine ses étudiants à réfléchir au rôle du logement au sein des villes et dans la vie des individus. Un sujet qui mêle l’intime à l’économie, la sociologie au droit, à la croisée des disciplines.

Lire la suite
Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Après deux jours de blocage par un groupe d'étudiants mobilisés contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), l'occupation du site principal du campus parisien de Sciences Po a pris fin vendredi 20 avril en début d'après-midi. L’accès à tous les bâtiments du campus de Sciences Po à Paris est à nouveau possible pour l’ensemble des étudiants, enseignants et salariés. Les enseignements ont repris normalement dès vendredi après-midi.

Lire la suite
Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Par Sylvain Kahn - Viktor Orban et la Fidesz ont remporté les élections législatives en Hongrie dimanche 8 avril 2018. Avec plus de 48 % des suffrages et plus du tiers des sièges, ils progressent significativement par rapport aux deux précédents scrutins qui, déjà, les avaient mené au pouvoir en 2010 et en 2014. Cette troisième victoire de rang signale une évolution structurelle de la vie politique européenne. Cette évolution peut être baptisée « l’orbanisation » de l’Europe.

Lire la suite
Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Ils ont en commun de compter parmi les plus jeunes chefs de gouvernement au monde. À l'occasion de leurs visites officielles en France, Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande, et Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, sont venus donner deux conférences exceptionnelles ce lundi 16 avril 2018 à Sciences Po.

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
S’engager au service des autres

S’engager au service des autres

Nouveauté liée à la réforme du bachelor, le parcours civique propose aux étudiants d’appréhender la citoyenneté et la responsabilité sociale à travers le développement d’un projet personnel au service des autres. Se déroulant hors les murs de Sciences Po, le parcours civique amène les étudiants à rencontrer des personnes de différents milieux travaillant les secteurs de l'éducation, de l'emploi, de l'environnement, de la justice, de la santé, de la paix, etc.

Lire la suite
“C’est la grève générale en France qui a contribué à faire de 1968 une année clé dans le monde”

“C’est la grève générale en France qui a contribué à faire de 1968 une année clé dans le monde”

1968, année de révolutions ? Oui, mais pas seulement en France. Alors que beaucoup cantonnent cette année aux événements de mai et à ses barricades parisiennes, Gerd-Rainer Horn, enseignant-chercheur en histoire politique au Centre d’histoire de Sciences Po, rappelle que de nombreux mouvements étudiants se sont également déroulés partout dans le monde cette année-là. Entretien.

Lire la suite