“The future is being built today”

Fitiavana Andry from Madagascar wants to play a part in her country's future. Fitiavana belongs to the first cohort of Sciences Po - MasterCard Foundation scholars, a programme that supports committed students from Africa.

Fitiavana, you are from Antananarivo, Madagascar, where you were elected “best young patriot”. Can you tell us about this programme?

“Young Patriots” is a programme launched by “Generation Citizen Madagascar”, an association attached to the Ministry of Heritage and supported by the American Embassy. Its purpose is to train high school students from the capital, Antananarivo, in the notions of citizenship, civic engagement, leadership and democracy. During the course, the “best young patriot” award was launched to motivate participants to get more actively involved and express themselves more, and I won. Being best young patriot basically means being a leader, helping others as best as you can, serving them, and being a spokesperson when required.

You started studying at Sciences Po in September 2017 in Reims, France. What courses are you taking?

As I’m in first year, I take all the core courses and the compulsory courses in mathematics, political humanities and languages (English, and I chose Arabic as a second language). I was surprised to see that we started from a general, global point of view before getting into the specialisations and issues relating to Africa. But this meant, for example, that I could take a course on political institutions, which I found very interesting because I learned—and more importantly understood—the workings of the political system since the nineteenth century and the repercussions this has in other areas.

What are your first impressions of France?

France is quite a different world from everything I had experienced so far, because this is the first time that I've left Madagascar! Practically everything is new to me here. At first I thought everything was complicated, but in fact you just have to give yourself some time to adapt; after that you get used to the country pretty quickly.

What would you like to do after Sciences Po?

After Sciences Po I'll keep studying, if possible until I get a PhD. I thought of specialising in international relations, but lately I've also been interested in business issues and startups. For later on, I know that Sciences Po will give me a fairly solid grounding, personally as much as intellectually, because here it's not just about learning your lessons and passing courses, but also about developing your personal skills and abilities.

What developments would you like to see in Madagascar's future?

I would like to see developments in every area! I would like there to be less corruption, more transparency in the management of state affairs, and stability. I would especially like politicians to focus on sustainable development issues. From an economic perspective, I find that the benefits derived from the various sectors should have an impact on improving infrastructure (roads, public buildings, etc.) in each of the island's regions to bring about real, lasting development. Finally, the improvement of teaching conditions is particularly important to me, especially in rural areas. I would like every Malagasy child to have the right to the best possible education, because education is basic to making any activity a success.

Do you plan to take part in these developments?

Yes, it's up to us as young people to meet the challenges that our predecessors could not meet. The future is being built today and the best time to bring about much-needed changes is now. It is true that for the moment, even if I'm not over there, my studies here are already part of these changes because I'm accumulating knowledge and experiences that I will later be able to share, and thereby encourage other young Malagasy. I want to contribute to the advancement of Madagascar so that our little brothers and sisters can have a better future, a better life.

More information

Read more about the first cohort of Sciences Po - MasterCard Foundation Scholars

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
“Un diplomate doit avoir une éthique”

“Un diplomate doit avoir une éthique”

Après une longue carrière dans la politique et les organisations internationales, Miguel Ángel Moratinos dispense désormais aux étudiants de Sciences Po un cours sur l’art de la diplomatie. Un cours très pratique, ancré sur son expérience de terrain. Quelles sont les qualités d’un bon diplomate ? Être patient, savoir communiquer, être optimiste… et, surtout, avoir une éthique. Être convaincu que la paix l’emportera toujours, c’est le message de ce “Prof.”.

Lire la suite
Que peut faire le droit pour les animaux ?

Que peut faire le droit pour les animaux ?

Le combat pour limiter ou supprimer la souffrance animale est de le plus en plus présent dans le débat public. Expériences scientifiques, corrida ou encore foie gras sont l’objet de critiques insistantes. Des vidéos dénonçant les conditions de vie et de mort des animaux sont largement diffusées et le véganisme, encore confidentiel il y a quelques années, fait de plus en plus d’adeptes. Quel est l’apport du droit dans ce contexte ? Régis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po et co-directeur de l’ouvrage Sensibilité animale. Perspectives juridiques (CNRS éd.) dresse un tableau des avancées des droits des animaux.

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite