“Being LGBTI is not a Western influence, it’s a human reality”

In 2012, Anan Bouapha founded Proud to Be Us Laos, the country's first civil society organisation promoting equal rights for young LGBTI. In 2017, he enrolled in a one-year Master’s programme at the Sciences Po Paris School of International Affairs with the goal of acquiring the necessary skills to make his organisation into a think-tank.

In 2012, at the age of 25, you and your association Proud To Be Us Laos organised the first LGBT pride event in Laos. How did the public and the government react to this initiative?

In the local context, I would not use the term LGBT pride as it is prone to misinterpretation, particularly by the government as they think that it’s a Western ideology, especially when international governmental organisations were among our supporters.
However, building on the fact that gay men and transgender people have been taken into account in the National Strategic Plan on HIV/AIDS Prevention (Ministry of Health), the core objective was to create a public platform for all LGBTI individuals, society and related sectors to discuss LGBTI issues openly without fear.
This is a great step forward for Laos to work further with this community, and I hope not just in terms of  health issues.  We must recognise the Lao government for working vigorously to fight HIV/AIDS and trying to become more open to the needs of this population.

That is how the doors gradually open, so the team and I are taking advantage of this opportunity to create a more open dialogue about this issue in Lao society. Being LGBTI is not a Western influence, it’s a human reality. It’s time to talk about it not just in the context of health, but in its social, economic and political aspects.

Has recognition of the LGBT community in Laos improved since the first event five years ago?

Progress is hard to measure because there are so many components that need to be integrated in the approach to this difficult task. However, our tireless contribution and ongoing movement, as well as the positive efforts of the Lao government to understand the issue, have made the community realise that things are getting better everyday. For example, the first International Day Against Homophobia, Transphobia and Biphobia in 2015 was aired on Lao National Television—a government-owned media—and a transgender outreach worker got the opportunity to talk about her hopes as a transgender person. It was an unforgettable moment for us to see this thing appear in the national media, a highlight for the LGBTI community in Laos. Also, last May the International Day Against Homophobia and Transphobia was attended by some officials from the Lao Ministry of Foreign Affairs and the event was allowed to be aired on national television for the second time. This is the beginning of positive change.
 
These events could be interpreted as positive recognition from the Lao government, after all our hard work and perseverance to make the voices of the LGBTI community heard through a local approach with our government and technical support from international governments and coalitions.

You have just started the Master in Advanced Global Studies, a programme for young professionals offered by the Sciences Po Paris School of International Affairs. What are your expectations of the programme?

As I am already working, I know what I want to do for a living later. I hope that the programme will provide me with a more professional approach and give me exposure to inspiring alumni and professionals so I can polish my professional skills and build my network. I also look forward to sessions with career advisors focused on how we can improve our professional prospects after Sciences Po.

What do you plan to do after the Master’s programme?

I will get back to my LGBTI rights movement, Proud to be us Laos, with a firmer grasp of political sociology and human rights language and tools. In Laos, I will try to obtain a legal status for my organisation from my government. It would make Proud To Be Us the first civil society organisation that touches base with a key young at-risk community like LGBT.  I would like to see Proud to be Us Laos become a think-tank for the government, so that we can help alleviate the difficulties that the government is currently encountering in terms of HIV/AIDS among one of the most affected populations.
 
Find out more

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po inaugure aujourd’hui son premier bureau de représentation sur le continent africain, à Nairobi, au Kenya, et devient ainsi la première université française à ouvrir une délégation en Afrique anglophone. Ce bureau pilotera et animera tout un ensemble d’actions en Afrique Subsaharienne.

Lire la suite
Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Oui, on peut faire son master en apprentissage à Sciences Po ! Près du tiers des formations de 2ème cycle proposent cette possibilité. Une option plébiscitée par tous : les étudiants pour l’insertion professionnelle, les employeurs pour le recrutement, et l’université pour son intérêt pédagogique. Point d’étape avec Cornelia Woll, Directrice des études et de la scolarité. 

Lire la suite
Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Les instances de gouvernance de Sciences Po ont décidé de reconduire Frédéric Mion, directeur depuis 2013, pour un second mandat à la tête de l’institution. L’occasion de revenir sur son bilan, et d’esquisser son projet à l’horizon des 150 ans de Sciences Po : ouvrir, rassembler et innover.
Lire la suite

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Le Prix Claude Érignac récompense chaque année une étudiante ou un étudiant de Sciences po pour son engagement au service de valeurs républicaines et humanistes. Cette année, c'est Luca Vergallo, étudiant en Master politiques publiques qui a été distingué pour son développement d’une pédagogie innovante qui valorise les services publics de secours et sensibilise à la gestion et à la communication de crise.

Lire la suite
“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

Après le succès du Mooc Espace Mondial et ses 25 000 inscrits, Bertrand Badie présente son nouveau cours en ligne intitulé "Afrique et mondialisation, regards croisés", qui démarre sur la plateforme Coursera lundi 12 février 2018. Accessible à tous et réalisé par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens, ce nouveau Mooc propose une vision inédite du continent et de son avenir. Et invite à repenser la gouvernance globale. Entretien. 

Lire la suite
Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Par Didier Demazière (CSO). Le spectre du dopage resurgit avec chaque grand événement sportif. Celui-ci mêle, de façon quelque peu schizophrène, célébration d’une éthique méritocratique fièrement affichée et rumeurs plus ou moins sourdes de tricheries et de manquements à cet idéal. Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud n’échappent pas à cette règle. En effet, leur préparation a été marquée par l’affaire de la disqualification des sportifs russes, certains étant finalement autorisés à concourir sous la bannière « Olympic Athlete from Russia », sans pouvoir arborer les couleurs de leur pays.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite
Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Lire la suite
À quoi sert le contrôle des chômeurs ?

À quoi sert le contrôle des chômeurs ?

Par Didier Demazière (CSO). Le contrôle des chômeurs s’invite régulièrement dans le débat public. C’est le cas en France à l’occasion de la réflexion gouvernementale sur le renforcement du contrôle de la recherche d’emploi. Cette question polarise les opinions : pour les uns cette politique est souhaitable car elle favorise un retour plus rapide à l’emploi et permet une chasse aux fraudeurs ; pour les autres elle est erronée car l’action publique doit être focalisée sur le soutien aux chômeurs et éviter tout risque de stigmatisation de ces victimes de la pénurie d’emplois. Que sait-on des dispositifs de contrôle et de sanctions ? Quelle est leur efficacité sur l’accès à l’emploi ? Quelles sont leurs conséquences, voulues ou non ? Finalement, quelle est leur légitimité ?

Lire la suite