“Being LGBTI is not a Western influence, it’s a human reality”

In 2012, Anan Bouapha founded Proud to Be Us Laos, the country's first civil society organisation promoting equal rights for young LGBTI. In 2017, he enrolled in a one-year Master’s programme at the Sciences Po Paris School of International Affairs with the goal of acquiring the necessary skills to make his organisation into a think-tank.

In 2012, at the age of 25, you and your association Proud To Be Us Laos organised the first LGBT pride event in Laos. How did the public and the government react to this initiative?

In the local context, I would not use the term LGBT pride as it is prone to misinterpretation, particularly by the government as they think that it’s a Western ideology, especially when international governmental organisations were among our supporters.
However, building on the fact that gay men and transgender people have been taken into account in the National Strategic Plan on HIV/AIDS Prevention (Ministry of Health), the core objective was to create a public platform for all LGBTI individuals, society and related sectors to discuss LGBTI issues openly without fear.
This is a great step forward for Laos to work further with this community, and I hope not just in terms of  health issues.  We must recognise the Lao government for working vigorously to fight HIV/AIDS and trying to become more open to the needs of this population.

That is how the doors gradually open, so the team and I are taking advantage of this opportunity to create a more open dialogue about this issue in Lao society. Being LGBTI is not a Western influence, it’s a human reality. It’s time to talk about it not just in the context of health, but in its social, economic and political aspects.

Has recognition of the LGBT community in Laos improved since the first event five years ago?

Progress is hard to measure because there are so many components that need to be integrated in the approach to this difficult task. However, our tireless contribution and ongoing movement, as well as the positive efforts of the Lao government to understand the issue, have made the community realise that things are getting better everyday. For example, the first International Day Against Homophobia, Transphobia and Biphobia in 2015 was aired on Lao National Television—a government-owned media—and a transgender outreach worker got the opportunity to talk about her hopes as a transgender person. It was an unforgettable moment for us to see this thing appear in the national media, a highlight for the LGBTI community in Laos. Also, last May the International Day Against Homophobia and Transphobia was attended by some officials from the Lao Ministry of Foreign Affairs and the event was allowed to be aired on national television for the second time. This is the beginning of positive change.
 
These events could be interpreted as positive recognition from the Lao government, after all our hard work and perseverance to make the voices of the LGBTI community heard through a local approach with our government and technical support from international governments and coalitions.

You have just started the Master in Advanced Global Studies, a programme for young professionals offered by the Sciences Po Paris School of International Affairs. What are your expectations of the programme?

As I am already working, I know what I want to do for a living later. I hope that the programme will provide me with a more professional approach and give me exposure to inspiring alumni and professionals so I can polish my professional skills and build my network. I also look forward to sessions with career advisors focused on how we can improve our professional prospects after Sciences Po.

What do you plan to do after the Master’s programme?

I will get back to my LGBTI rights movement, Proud to be us Laos, with a firmer grasp of political sociology and human rights language and tools. In Laos, I will try to obtain a legal status for my organisation from my government. It would make Proud To Be Us the first civil society organisation that touches base with a key young at-risk community like LGBT.  I would like to see Proud to be Us Laos become a think-tank for the government, so that we can help alleviate the difficulties that the government is currently encountering in terms of HIV/AIDS among one of the most affected populations.
 
Find out more

Qui sont les diplômés 2018 ?

Qui sont les diplômés 2018 ?

Des étudiants brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblera, vendredi 29 et samedi 30 juin 2018, près de 2400 diplômés et leurs invités au grand auditorium de la Maison de la Radio. Qui sont les étudiants de la promo 2018 ? Découvrez leurs profils. 

Lire la suite
Les politiques de notre gouvernement sont-elles efficaces ?

Les politiques de notre gouvernement sont-elles efficaces ?

Le Revenu de solidarité active (RSA) permet-il de réduire la pauvreté ? De nouvelles lignes de métro dans le Grand Paris vont-elles créer des emplois ? D’une manière générale, les politiques de nos gouvernements sont-elles efficaces ? Au-delà du ressenti des citoyens ou des chiffres brandis par les politiques, il n’y a qu’une seule manière de le savoir : évaluer les politiques publiques. L’évaluation, c’est précisément le coeur de métier du LIEPP à Sciences Po. Entretien avec le directeur, Bruno Palier.

Lire la suite
Les libertés politiques et syndicales

Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Lire la suite
La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite