Akazu

Date: 
8 Mars, 2010
Auteur: 
Viret Emmanuel

Le terme qui signifie « petite maison » en kinyarwanda désigne l’entourage d’Agathe Kanziga, épouse de Juvénal Habyarimana, considérée comme l’un des personnages-clés de l’organisation du génocide. L’essentiel des membres de cette structure informelle provient des communes de Karago et Giciye en préfecture de Gisenyi. Outre les trois frères et demi- frère de la première dame, Protais Zigiranyirazo (ancien préfet de Ruhengeri), le Colonel Elie Sagatwa et Seraphin Rwabukumba, on retrouve au sein de l’Akazu de hauts responsables des Forces Armées Rwandaises comme le colonel Laurent Serubuga, mais aussi des civils qui accédèrent à des postes de direction dans l’administration ou le secteur para-public sous la seconde République : Séraphin Bararengana, Charles Nzabagerageza, Alphonse Ntirivamunda, ou Joseph Nzirorera.

L’organisation et le mot qui la désigne précèdent cependant de loin la préparation du génocide. Il semble que l’Akazu ait été liée à l’assassinat du Colonel Mayuya, considéré comme le dauphin de Juvénal Habyarimana et le mot désignait déjà au début des années 1980 le cercle des proches du pouvoir (+Guichaoua, 1995, 270/765).

Citer cet article

Viret Emmanuel, Akazu, Violence de masse et Résistance - Réseau de recherche, [en ligne], publié le : 8 Mars, 2010, accéder le 05/12/2019, https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/akazu-0, ISSN 1961-9898