Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?

Nouvel ouvrage d'Emiliano Grossman & Nicolas Sauger
  • LIEPP Sciences PoLIEPP Sciences Po

Nouvel ouvrage d'Emiliano Grossman et Nicolas Sauger, co-directeurs de l'axe "Evaluation de la démocratie"

Nous sommes parfois séduits par leurs promesses, mais, très vite, ils nous déçoivent. Si cette séquence se répète régulièrement depuis près de quarante ans en France, le phénomène gagne en intensité. Entre les citoyens et leurs représentants, la rupture semble consommée. Ce phénomène n’est pas limité à la France, certes, mais la crise y semble souvent plus profonde et y prend des formes particulières.

Ce désenchantement à l’égard du politique, il faut l’expliquer et lui donner sens pour espérer en sortir.  Ce livre explore plusieurs hypothèses. Est-ce le résultat de l’inefficacité des politiques publiques ? De la « médiocrité » de nos élites ? Ou alors d’un pessimisme atavique des Français, prompts à se plaindre et à manifester ?

Aucune de ces explications n’est en fait pleinement convaincante. Quand on compare la situation du système politique français à celui des pays qui nous entourent, les différences existent mais restent très limitées. Les politiques publiques françaises coûtent cher, mais elles ne sont pas plus inefficaces que celles de nos voisins. Les élites ne sont ni très représentatives ni très réactives, mais c’est le cas pratiquement partout en Europe. Les Français protestent souvent, mais ne sont pas plus défiants que les autres.

Alors comment expliquer cette différence française, celle d’un cycle répété de la déception ?

Les causes profondes du mal français sont à chercher dans un système politique de plus en plus inadapté au monde contemporain. En projetant tous les espoirs sur une seule personne, le Président, ce système pousse les candidats présidentiels à exagérer leurs promesses et les partis à s’aligner sur leurs candidats. Les attentes énormes qui en résultent chez les électeurs ne peuvent alors conduire qu’à la frustration. De fait, plus aucun Président n’a réussi à se faire réélire, dans des conditions « normales », depuis les débuts de la 5e République.

Il est dès lors urgent de revaloriser les élections législatives, par exemple en les faisant coïncider avec les élections présidentielles et en créant un système électoral avec un forte de dose proportionnelle. Il faut aussi repenser en profondeur la réglementation de la vie politique et la mise en œuvre de cette réglementation : il n’est plus acceptable que cette réglementation soit élaborée et mise en œuvre par la classe politique elle-même. C’est à ce prix qu’on pourra éviter de voir céder la 5e République aux promesses populistes qui agitent le spectre politique de notre époque.

Evenements associés :

Pour plus d'informations :