En Italie, laboratoire et avant-garde du scénario d’une coalition contre-nature

Par Sylvain Kahn, professeur agrégé à Sciences Po. Ecco ! En Italie, la table étant renversée, on est parti pour des semaines de négociation entre les partis pour trouver un nouveau gouvernement. Mais les choses pourraient aller plus vite qu’on ne le pense. En effet, les deux partis arrivés en tête sont deux des partis anti-système : la Lega d’extrême droite (ex-Ligue du Nord) que dirige Salvini et le Mouvement 5 Étoiles (M5S), libertaire et populiste, ni de droite ni de gauche, emmené par Luigi di Maio.

Le président de la République, Sergio Mattarella, demandera nécessairement à un de ces deux-là d’entamer les consultations pour former un gouvernement. Le M5S est de loin le premier parti d’Italie avec un tiers des voix. Mais, avec près de 18 % des suffrages, la Lega est le premier des trois partis de la coalition dite du centre droit arrivée en tête.

Bien qu’ils s’en défendent et qu’ils soient en très forte concurrence, ces deux partis pourraient converger vers un accord de gouvernement. Pourquoi ?

Sus à Forza Italia !

Le M5S perdrait une grande part de sa crédibilité s’il s’associait avec un des partis classiquement au pouvoir depuis des décennies, comme le Parti démocrate de gauche, du gouvernement sortant, qui s’est effondré, ou Forza Italia. D’autant que son mouvement a supplanté Forza Italia, le parti de droite de Berlusconi, arrivé deuxième de la coalition de centre droit, dans ses bastions du Mezzogiorno où il est parvenu à chausser la botte de feue la Démocratie Chrétienne.

La Lega, elle, est en passe de supplanter ce même Forza Italia dans ses bastions de la droite industrielle, bourgeoise et riche de l’Italie du Nord. De ce point de vue, une alliance Lega et M5S enterrerait Forza Italia et débarrasserait l’Italie de l’hypothèque Berlusconi, le vieux caïman. C’est tentant.

S’agissant du programme, de nombreux points opposent les deux partis. Mais ils pourraient se retrouver sur une durée déterminée sur l’essentiel : la réforme de l’UE dans un sens souverainiste et une politique migratoire xénophobe caractérisée par des expulsions à grande échelle. Ils ont également en commun la dénonciation démagogique de la gabegie des administrations publiques, tant nationales que locales, de la corruption et du népotisme. Ils prônent l’un et l’autre des baisses d’impôts et l’augmentation des retraites. A eux deux, ils séduisent une addition de mécontentements.

Une alliance improbable mais tentante

Cette coalition est improbable. Dans un premier temps, chacun des deux mouvements jurera ses grands dieux qu’elle n’est pas une option. Le temps de laisser l’hypothèse s’installer dans l’opinion. Cette coalition serait, d’une certaine façon, révolutionnaire. Osée. Bien plus neuve, et tout aussi radicale, que l’alliance droite-extrême droite qui vient de se mettre en place en Autriche. Bien plus tournée vers le futur que l’alliance d’une partie des conservateurs britanniques avec Ukip, qui a plaidé victorieusement en faveur du Brexit.

Elle donnerait un visage neuf, et jeune, à l’euroscepticisme en prônant un souverainisme mou et un nationalisme européen. C’est déjà ce que fait Viktor Orban en Hongrie ; mais son nationalisme européen à lui enracine un illibéralisme, de l’oligarchie, des oligopoles et du népotisme, quand les deux partis populistes et xénophobes italiens plaident pour un rajeunissement des élites, une reconnaissance de l’entrepreunariat et de l’initiative, l’horizontalité et l’initiative locale – versant start-up pour le M5S, et version autorité à tous les échelons pour la Lega.

Enfin, à eux deux, ces deux mouvements arrivés en tête auraient la majorité des sièges dans les deux chambres – une coalition à deux, même pour une durée déterminée, simplifierait considérablement l’exercice de formation d’un gouvernement, tout en renversant toutes les quilles de l’Europe tel un coup gagnant au bowling de Bruxelles.

The ConversationContre-nature, certes, mais tentant, non ? Une fois encore l’Italie serait le laboratoire et l’avant garde des évolutions politiques en Europe.

Sylvain Kahn est professeur agrégé au sein du master affaires européennes et du département d’histoire à Sciences Po. Depuis 2001, il enseigne les questions européennes, notamment l’histoire de la construction européenne.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Abonnez-vous à notre newsletter !

"montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
un nouveau master en marketing et luxe

un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite
Le mai de l’administration

Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Lire la suite
L’attaque d’Occident

L’attaque d’Occident

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Quatrième opus avec le seul moment violent des événements de mai 68 à Sciences Po : le 20 mai, un commando attaque l’école.

Lire la suite