En Italie, laboratoire et avant-garde du scénario d’une coalition contre-nature

Par Sylvain Kahn, professeur agrégé à Sciences Po. Ecco ! En Italie, la table étant renversée, on est parti pour des semaines de négociation entre les partis pour trouver un nouveau gouvernement. Mais les choses pourraient aller plus vite qu’on ne le pense. En effet, les deux partis arrivés en tête sont deux des partis anti-système : la Lega d’extrême droite (ex-Ligue du Nord) que dirige Salvini et le Mouvement 5 Étoiles (M5S), libertaire et populiste, ni de droite ni de gauche, emmené par Luigi di Maio.

Le président de la République, Sergio Mattarella, demandera nécessairement à un de ces deux-là d’entamer les consultations pour former un gouvernement. Le M5S est de loin le premier parti d’Italie avec un tiers des voix. Mais, avec près de 18 % des suffrages, la Lega est le premier des trois partis de la coalition dite du centre droit arrivée en tête.

Bien qu’ils s’en défendent et qu’ils soient en très forte concurrence, ces deux partis pourraient converger vers un accord de gouvernement. Pourquoi ?

Sus à Forza Italia !

Le M5S perdrait une grande part de sa crédibilité s’il s’associait avec un des partis classiquement au pouvoir depuis des décennies, comme le Parti démocrate de gauche, du gouvernement sortant, qui s’est effondré, ou Forza Italia. D’autant que son mouvement a supplanté Forza Italia, le parti de droite de Berlusconi, arrivé deuxième de la coalition de centre droit, dans ses bastions du Mezzogiorno où il est parvenu à chausser la botte de feue la Démocratie Chrétienne.

La Lega, elle, est en passe de supplanter ce même Forza Italia dans ses bastions de la droite industrielle, bourgeoise et riche de l’Italie du Nord. De ce point de vue, une alliance Lega et M5S enterrerait Forza Italia et débarrasserait l’Italie de l’hypothèque Berlusconi, le vieux caïman. C’est tentant.

S’agissant du programme, de nombreux points opposent les deux partis. Mais ils pourraient se retrouver sur une durée déterminée sur l’essentiel : la réforme de l’UE dans un sens souverainiste et une politique migratoire xénophobe caractérisée par des expulsions à grande échelle. Ils ont également en commun la dénonciation démagogique de la gabegie des administrations publiques, tant nationales que locales, de la corruption et du népotisme. Ils prônent l’un et l’autre des baisses d’impôts et l’augmentation des retraites. A eux deux, ils séduisent une addition de mécontentements.

Une alliance improbable mais tentante

Cette coalition est improbable. Dans un premier temps, chacun des deux mouvements jurera ses grands dieux qu’elle n’est pas une option. Le temps de laisser l’hypothèse s’installer dans l’opinion. Cette coalition serait, d’une certaine façon, révolutionnaire. Osée. Bien plus neuve, et tout aussi radicale, que l’alliance droite-extrême droite qui vient de se mettre en place en Autriche. Bien plus tournée vers le futur que l’alliance d’une partie des conservateurs britanniques avec Ukip, qui a plaidé victorieusement en faveur du Brexit.

Elle donnerait un visage neuf, et jeune, à l’euroscepticisme en prônant un souverainisme mou et un nationalisme européen. C’est déjà ce que fait Viktor Orban en Hongrie ; mais son nationalisme européen à lui enracine un illibéralisme, de l’oligarchie, des oligopoles et du népotisme, quand les deux partis populistes et xénophobes italiens plaident pour un rajeunissement des élites, une reconnaissance de l’entrepreunariat et de l’initiative, l’horizontalité et l’initiative locale – versant start-up pour le M5S, et version autorité à tous les échelons pour la Lega.

Enfin, à eux deux, ces deux mouvements arrivés en tête auraient la majorité des sièges dans les deux chambres – une coalition à deux, même pour une durée déterminée, simplifierait considérablement l’exercice de formation d’un gouvernement, tout en renversant toutes les quilles de l’Europe tel un coup gagnant au bowling de Bruxelles.

The ConversationContre-nature, certes, mais tentant, non ? Une fois encore l’Italie serait le laboratoire et l’avant garde des évolutions politiques en Europe.

Sylvain Kahn est professeur agrégé au sein du master affaires européennes et du département d’histoire à Sciences Po. Depuis 2001, il enseigne les questions européennes, notamment l’histoire de la construction européenne.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Nouveau Mooc : entreprendre dans le milieu culturel

Nouveau Mooc : entreprendre dans le milieu culturel

Le Mooc « Entreprendre dans les industries culturelles à l’ère du numérique »  conçu par l’École d’affaires publiques de Sciences Po avec le ministère de la Culture s’adresse à tous ceux qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat culturel contemporain : étudiants, jeunes diplômés, entrepreneurs, professionnels de la culture, etc.

Lire la suite
Paroles d'étudiants

Paroles d'étudiants

Pourquoi ont-ils choisi Sciences Po ? Quelles sont leurs premières impressions ? À l'occasion des rentrées du Collège universitaire sur nos 7 campus, paroles de nouveaux étudiants.

Lire la suite
La ritournelle des emplois non pourvus

La ritournelle des emplois non pourvus

Par Hadrien Clouet (CSO). Dimanche 16 septembre, interpellé par un horticulteur sans emploi, le président de la République Emmanuel Macron lui a répondu « je traverse la rue, je vous trouve un emploi ». Cette phrase relance un vieux mythe : les chômeurs sont responsables de leur propre chômage, car ils accompliraient trop peu d’efforts pour retrouver un emploi.

Lire la suite
Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Par Marie Duru-Bellat (OSC). Depuis qu’il existe un dispositif d’orientation institutionnalisé, répartissant les jeunes entre les filières scolaires, puis vers des métiers, on n’a de cesse de dénoncer les difficultés et la cruauté de ce système. Mais peut-il y avoir, dans la société telle qu’elle est, une « orientation heureuse » ?

Lire la suite
“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

La démocratie est-elle capturée par le poids de l’argent privé ? Financement des partis et des campagnes électorales, dons aux fondations ou achats de médias, les outils à disposition pour tenter d’influencer les termes du débat public ne manquent pas.  Après avoir réfléchi à la question de l’indépendance des médias, Julia Cagé, chercheuse à Sciences Po, appelle dans son dernier ouvrage - le Prix de la démocratie (éd. Fayard) - à une réforme radicale du financement des partis et des élections. Entretien.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite

"Faire l'Europe dans un monde de brutes"

Pour sa rentrée solennelle, L'École des affaires internationales (PSIA) recevait mercredi 5 septembre 2018 Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, qui s’est livré à un ardent plaidoyer pour l’avenir de l’Europe avant d’échanger avec les étudiants.

Lire la suite
Sur les planches avec Rhinocéros

Sur les planches avec Rhinocéros

Créée en 2008, Rhinocéros est une association de théâtre qui réunit des passionnés d’art dramatique. Chaque année, l'association organise son festival de théâtre Festiféros. Découvrez les réalisations de la troupe !

Lire la suite
Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Par Daniel Boy (Cevipof) - Si elle ne change pas de façon radicale la difficulté de l'écologie à réussir en politique, la nomination au poste de ministre de la Transition écologique de François de Rugy en remplacement de Nicolas Hulot présente certains atouts pour la désignation à ce poste délicat. Celui-ci satisfait tout d'abord clairement à la condition de compétence et de sérieux sur les enjeux environnementaux. Il est aussi reconnu du monde de l'écologie politique comme un homme qui a milité sur le terrain et su gravir avec habileté les échelons classiques de la carrière politique. Mais il serait évidemment vain de croire que ces qualités lui vaudront le soutien des associations environnementales ou du parti des Verts.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite