Deux héroïnes donnent leur nom à des amphis

Les étudiants auront bientôt cours en amphithéâtre Simone Veil ou Jeannie de Clarens : pour la première fois, Sciences Po donne le nom de deux femmes à des amphithéâtres. Un hommage à deux diplômées au parcours exceptionnel, qui prend place parmi ses nombreux engagements en faveur de l’égalité femmes-hommes.

La cérémonie d'inauguration s'est déroulée mardi 4 septembre à Sciences Po : 

Simone Veil (1927-2017), figure politique majeure, icône de la lutte pour les droits des femmes, mémoire de la Shoah

Au 28, rue des Saints-Pères, l’amphithéâtre Caquot portera désormais le nom de Simone Veil, l’une des plus illustres diplômées de Sciences Po décédée en juin 2017. Elle y entre à 18 ans, en octobre 1945, moins de six mois après son retour des camps d'extermination, où sont morts presque tous les membres de sa famille. Elle vit trois années d’études “heureuses et fortes” dans la section Service Public, une des plus masculines dans une institution qui ne compte alors que 20% de femmes. Elle obtient son diplôme en 1948, à 21 ans, bien décidée à entrer dans la vie professionnelle une fois que son mari - Antoine Veil, rencontré à Sciences Po - aura terminé l’ENA. Elle le fera quelques années plus tard : reçue au concours de la magistrature en 1956, elle devient secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature en 1970, puis ministre de la Santé en 1974. Elle fait adopter la même année la loi dépénalisant le recours à l’avortement, devenant une icône de la lutte des femmes pour leurs droits. Première présidente du Parlement européen (1979 - 1982) Simone Veil est également une figure politique majeure de la construction européenne. Elle œuvra également toute sa vie pour la transmission et la mémoire de la Shoah. Élue à l’Académie française en 2008, elle est décédée en juin 2017 et a fait son entrée au Panthéon en juillet 2018.

> Lire le portrait complet sur www.sciencespo.fr

 

Jeannie de Clarens (1919-2017), l’espionne-interprète, héroïne de la Résistance

Née en 1919, Jeannie Rousseau, fille de diplomate brillante et polyglotte, étudie à Sciences Po de 1937 à 1940 en section Finances Privées et en sort première de sa promotion. À Dinard où sa famille s’installe après la débâcle, sa maîtrise de l’allemand lui ouvre une carrière d’interprète qui fera d’elle l’une des espionnes les plus talentueuses (et méconnues) de la Seconde Guerre mondiale. En Bretagne, puis à Paris où elle est de retour en 1941, elle transmet les informations récoltées auprès des autorités allemandes grâce à son habile travail de traductrice, et se fait recruter en 1942 au service du réseau Alliance de la Résistance. Sous le nom de code “Amniarix”, elle signe l’un des plus grands exploits du réseau : ce sont ses renseignements qui permettent aux Britanniques de retarder la mise au point des bombes volantes allemandes V1 et V2. Arrêtée une première fois à Rennes en janvier 1941 puis relâchée, elle poursuit ses missions de renseignement à Paris avant d’être arrêtée une seconde fois  en avril 1944 et déportée à Ravensbrück où elle se distingue par des actes de rébellion et dont elle est rapatriée un an après en avril 1945. Après la guerre, elle épouse Henri de Clarens et poursuit une carrière de traductrice pour des organisations internationales, témoignant à de rares occasions sur son passé. Elle est titulaire de la Médaille de la Résistance et de la Croix de Guerre, et avait été élevée au rang de Grand officier de la Légion d’honneur en 2009. Elle est décédée à 98 ans le 23 août 2017.

> Découvrir son histoire sur www.sciencespo.fr 

Les actions de Sciences Po pour l’égalité femmes-hommes

Nommée parmi les 10 “champions universitaires” du programme de l’ONU HeForShe, Sciences Po s’engage pour faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes à travers de nombreuses actions : ateliers professionnels pour prévenir les inégalités et combattre le sexisme, recommandations pour les enseignants, journée de la parentalité le 28 mars 2018, actions de sensibilisation par les clubs étudiants, etc. Retrouvez tous nos engagements.

Abonnez-vous à nos newsletters !

Sarah, entre études et ballon rond

Sarah, entre études et ballon rond

Allier études en affaires publiques et football, c’est le pari fait par Sarah Boudaoud, étudiante en master Public Policy - spécialité Management and Public Affairs et joueuse professionnelle au prestigieux club de football féminin d’Issy-les-Moulineaux. Comment alterne-t-elle études à Sciences Po, séances d’entraînement et matchs, et un CDD d’assistante parlementaire ? Découvrez son parcours en vidéo !

Lire la suite
Handicap :

Handicap : "En parler sans tabou"

Diplômée 2018 du master en Sécurité internationale de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Marie-Line a passé le prestigieux concours du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via une voie spécifique de recrutement dédiée aux personnes en situation de handicap. Dans deux mois, elle prendra son premier emploi en tant que “secrétaire des Affaires étrangères”, un poste de catégorie A. Préparation des concours, futures missions à l’étranger ou encore accompagnement du handicap à Sciences Po, elle nous détaille son parcours.

Lire la suite
“Les réseaux sont des espaces culturels”

“Les réseaux sont des espaces culturels”

La Joconde aurait-elle fait un selfie ? Présents à chaque instant dans la vie des étudiants, les réseaux sociaux bouleversent aussi la création : ils créent de nouveaux usages, renouvellent l’expression de soi, réinventent les codes. Dans son cours sur les “Sociologies des cultures web”, Naveen Minai emmène les étudiants explorer ces espaces de la modernité culturelle…

Lire la suite
De Nairobi à Paris

De Nairobi à Paris

Sciences Po et l’université de Strathmore ouvrent un nouveau double diplôme en bachelor et master. Cette formation permettra aux étudiants de premier cycle inscrits à l’université de Strathmore d’obtenir, en cinq ans, un diplôme de bachelor de l’université de Strathmore suivi d’un diplôme de master de Sciences Po.

Lire la suite

"L'amour des textes"

Qu’est-ce qui peut réunir une ancienne ministre de la Culture et des étudiants réfugiés dans une salle de cours ? L'amour des textes d'Albert Camus et de Victor Hugo ! Avec la culture comme langage universel et outil d’intégration, Aurélie Filippetti transmet sa passion des grands textes aux étudiants réfugiés accueillis par Sciences Po depuis 2015. Quand littérature rime avec ouverture...

Lire la suite
FEMPO, la success story

FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. Lire la suite

Une histoire de femmes

Une histoire de femmes

Des premières étudiantes entrées dans nos murs en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment la place des femmes a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Sciences Po 3ème université mondiale en

Sciences Po 3ème université mondiale en "science politique et relations internationales"

Sciences Po améliore encore son positionnement international en "science politique et relations internationales" en passant de la quatrième à la troisième place mondiale dans le classement international QS 2019 des meilleures universités par discipline, dévoilé ce 26 février 2019. Classée derrière Harvard et Oxford, Sciences Po est la première université d'Europe continentale dans cette discipline, devant LSE et Cambridge.

Lire la suite
“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Lire la suite