Executive Master

Gestion et politiques de santé

Executive Master Gestion et politiques de santé

Gilles Duhamel
Membre de l’équipe pédagogique de l’Executive Master
Inspecteur Général des Affaires Sociales

Les choses sont plus compliquées qu’elles ne l’étaient hier, donc il faut essayer de trouver ensemble de nouvelles réponses.

Olivier Veran
Alumni ‘12
Médecin hospitalier, Député de l’Isère

Un tour d’horizon vraiment extrêmement large de toutes les problématiques lorsque l’on parle de politique et de gestion de santé.

Claire Pouteil-Noble
Alumni ‘12
Professeur des Universités, Praticien hospitalier

C’est important de pouvoir mettre en musique et mettre en action ce qui nous a été transmis.

Gilles Duhamel
Le monde de la santé est un monde extrêmement vaste et extrêmement complexe, avec de très nombreux acteurs, et cet Executive Master s’adresse à l’ensemble de ces acteurs.

Didier Tabuteau
Directeur de l’Executive Master
Conseiller d’État, Responsable de la Chaire santé de Sciences Po

Il y a une très forte attente parce que, pour beaucoup des acteurs du système de santé, ce système reste assez hermétique, il est très complexe par nature. La première demande que l’on rencontre dans le Master, c’est d’essayer de comprendre comment ça marche. Il y a des professionnels de santé, des cadres administratifs, des cadres du secteur hospitalier, de la sécurité sociale, des mutuelles, des compagnies d’assurance, des laboratoires pharmaceutiques… On a un ensemble d’acteurs du système de santé qui vont vivre ensemble pendant 2 ans, et cette richesse du groupe est un élément de la pédagogie active du Master.

Olivier Veran
Je m’étais interrogé sur mon parcours professionnel, sur ce que je voulais faire : est-ce que je voulais une reconversion à côté de l’exercice de la médecine ou est-ce que je faisais fausse route ? Je me suis dit que le meilleur moyen de le savoir, c’est d’aller suivre une formation complète, qui parle de politique de santé. Et puis, hasard du calendrier, j’ai terminé mon mémoire alors que j’étais déjà député. Donc vous voyez que les choses s’enchaînent assez vite ! Est-ce qu’il y a un lien de cause à effet ? En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui, d’avoir ce bagage, ça me sert.

Claire Pouteil-Noble
J’ai décidé de faire cette formation lorsque j’ai pris la chefferie de service de néphrologie-transplantation à Lyon pour essayer de mieux appréhender les relations que nous avions avec l’administration hospitalière. Il y avait vraiment une vision globale, à la fois du système de santé et des actions que l’on pourrait mener pour améliorer la prise en charge des patients.

Didier Tabuteau
Après avoir acquis les fondamentaux, il y a une vocation prospective de la formation, avec l’idée d’essayer de projeter sur 5 à 15 ans les évolutions du système de santé, avec toutes les difficultés que suppose un exercice de prospective.

Gilles Duhamel
Ce sont des enjeux démographiques, technologiques, organisationnels, économiques, et donc Sciences Po y a toute sa place. C’est aussi un problème de décision, d’organisation et de mise en œuvre de politique publique.
 

<iframe width="854" height="480" src="https://www.youtube.com/embed/bhwSvlLmuQw" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Gilles Duhamel
Membre de l’équipe pédagogique de l’Executive Master
Inspecteur Général des Affaires Sociales

Les choses sont plus compliquées qu’elles ne l’étaient hier, donc il faut essayer de trouver ensemble de nouvelles réponses.

Olivier Veran
Alumni ‘12
Médecin hospitalier, Député de l’Isère

Un tour d’horizon vraiment extrêmement large de toutes les problématiques lorsque l’on parle de politique et de gestion de santé.

Claire Pouteil-Noble
Alumni ‘12
Professeur des Universités, Praticien hospitalier

C’est important de pouvoir mettre en musique et mettre en action ce qui nous a été transmis.

Gilles Duhamel
Le monde de la santé est un monde extrêmement vaste et extrêmement complexe, avec de très nombreux acteurs, et cet Executive Master s’adresse à l’ensemble de ces acteurs.

Didier Tabuteau
Directeur de l’Executive Master
Conseiller d’État, Responsable de la Chaire santé de Sciences Po

Il y a une très forte attente parce que, pour beaucoup des acteurs du système de santé, ce système reste assez hermétique, il est très complexe par nature. La première demande que l’on rencontre dans le Master, c’est d’essayer de comprendre comment ça marche. Il y a des professionnels de santé, des cadres administratifs, des cadres du secteur hospitalier, de la sécurité sociale, des mutuelles, des compagnies d’assurance, des laboratoires pharmaceutiques… On a un ensemble d’acteurs du système de santé qui vont vivre ensemble pendant 2 ans, et cette richesse du groupe est un élément de la pédagogie active du Master.

Olivier Veran
Je m’étais interrogé sur mon parcours professionnel, sur ce que je voulais faire : est-ce que je voulais une reconversion à côté de l’exercice de la médecine ou est-ce que je faisais fausse route ? Je me suis dit que le meilleur moyen de le savoir, c’est d’aller suivre une formation complète, qui parle de politique de santé. Et puis, hasard du calendrier, j’ai terminé mon mémoire alors que j’étais déjà député. Donc vous voyez que les choses s’enchaînent assez vite ! Est-ce qu’il y a un lien de cause à effet ? En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui, d’avoir ce bagage, ça me sert.

Claire Pouteil-Noble
J’ai décidé de faire cette formation lorsque j’ai pris la chefferie de service de néphrologie-transplantation à Lyon pour essayer de mieux appréhender les relations que nous avions avec l’administration hospitalière. Il y avait vraiment une vision globale, à la fois du système de santé et des actions que l’on pourrait mener pour améliorer la prise en charge des patients.

Didier Tabuteau
Après avoir acquis les fondamentaux, il y a une vocation prospective de la formation, avec l’idée d’essayer de projeter sur 5 à 15 ans les évolutions du système de santé, avec toutes les difficultés que suppose un exercice de prospective.

Gilles Duhamel
Ce sont des enjeux démographiques, technologiques, organisationnels, économiques, et donc Sciences Po y a toute sa place. C’est aussi un problème de décision, d’organisation et de mise en œuvre de politique publique.