Villes africaines, 2015

Carte : Villes africaines, 2015

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Commentaire de Cédric Mayrargue

L’Afrique subsaharienne connaît un processus particulièrement rapide d’accroissement urbain. Le taux d’urbanisation y est estimé à près de 40% et il devrait y avoir autant de citadins que de ruraux d’ici 2035, avec des villes plus densément peuplées (la majorité des citadins résident désormais dans des cités de plus de 300 000 habitants). Des métropoles émergent ou se renforcent sous l’effet de migrations provenant désormais de vastes aires régionales. Ces espaces urbains, à l’image de Lagos, d’Abidjan, de Kinshasa ou de Nairobi, jouent un rôle central dans la reconfiguration du religieux. En agrégeant de fait des populations parfois diverses sur le plan confessionnel, ces métropoles permettent un voisinage religieux renouvelé. Surtout, par leur ouverture et leur porosité aux échanges, elles constituent des portes d’entrée pour de nouvelles offres religieuses transnationales tout en étant des lieux centraux de production et d’innovation religieuses, ensuite diffusées sur de plus vastes territoires.