Notre projet

Réinventer la ville

Les problématiques des sociétés contemporaines se croisent en ville : accroissement des inégalités, développement économique, conflits, hybridations culturelles, relations entre gouvernants et gouvernés, choix collectifs et démocratie, accumulation de données et de technologies, pollution, police, mobilité, financiarisation etc.

Mais là où se concentrent les problèmes du monde, s'y concentrent aussi les solutions. Les modes de gouvernance changent la vie des habitants.

Transformer le monde par la ville

Ces solutions demeurent éparses, bousculées, en mutation. Pour les comprendre, pour les anticiper, il faut des acteurs et des métiers qui n'existent pas encore. C'est la mission de l'École urbaine de Sciences Po. Un projet qui s'annonce résolument politique : former ceux qui vont transformer le monde par la ville par une formation structurée, professionnalisante, critique et comparative.

Ces "fabricants de politiques des villes et des territoires" travailleront dans le public, dans les ONG et dans le privé, à l'échelle locale comme internationale.

De nouveaux métiers pour gouverner, aménager et réinventer la Cité

Réinventer la Cité, ce n'est pas l'inventer : les villes ne datent pas d'hier, leurs problématiques non plus. En étudiant les sciences sociales, les étudiants de l'École urbaine apprennent à appréhender la complexité des problématiques urbaines. Grâce à la comparaison des modèles de ville d'Europe et du monde, ils apprennent à concevoir des solutions et à les mettre en oeuvre.

Pour agir sur des "villes-mondes", les professionnels de l'urbain doivent apprendre leur métier dans un univers international et multiculturel. Toutes les cultures et toutes les approches dialoguent entre elles au sein de l'École urbaine, grâce à la diversité d'une communauté éducative issue de tous pays et de toutes professions.

Ces professionnels de la ville doivent parler le langage de tous les acteurs. L'École mise sur l'expérience de terrain, la réponse à des commanditaires réels, les travaux collectifs, pour apprendre la négociation, les besoins des habitants, le respect des contraintes et la prise de décision. Au contact des chercheurs, les étudiants apprennent dans le même temps à raisonner avec rigueur, à ne pas avoir peur des chiffres, à comprendre l'action collective et à se remettre en question.