Antoine Courmont

reçoit le Prix spécial du Prix de thèse sur la ville 2017
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Antoine Courmont, jeune docteur en science politique, a soutenu sa thèse fin 2016 « “Politique des données urbaines. Ce que l’open data fait au gouvernement urbain”, sous la direction de Dominique Boullier, Professeur à Sciences Po.  

Cette thèse a été réalisée en partenariat avec la Métropole de Lyon (convention Cifre) où il a occupé les fonctions de chargé de mission open data de 2012 à 2015. 

Au croisement de la science politique et de la sociologie des sciences et des techniques, ses recherches portent sur le numérique et le gouvernement urbain, avec un intérêt particulier pour les politiques de mise en circulation des données (open data, big data, etc.). 

Antoine est actuellement chercheur postdoctorant au Centre d’études européennes et responsable scientifique de la chaire Villes et numérique de l’École urbaine de Sciences Po.

=> Consultez sa thèse dans notre archive ouverte Sciences Po Institutional Repository (SPIRE)

=> Lire son interview publié sur le site web du PUCA

 

______________________________

L’association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme (APERAU), L’institut CDC pour la recherche/Caisse des dépôts, le Plan urbanisme construction architecture (PUCA) organisent le «Prix de thèse sur la ville». 

Ce prix a pour objectifs : 

    • de récompenser les meilleures thèses sur la ville, sur le fait urbain ; 
    • de tenir compte du développement des travaux scientifiques dans ce domaine ; 
    • de renforcer les échanges et les liens entre les milieux universitaires et professionnels concernés ; 
    • de promouvoir les recherches scientifiques auprès des praticiens et des acteurs de l'aménagement et de l'urbanisme. 

Le Prix de thèse sur la ville a été attribué pour la première fois en 2006.

En savoir plus

 

[ Septembre 2017 ]

Capitalisme historique et droit international

École de droit de Sciences Po - Paris les 19 & 19 janvier 2018
Appel à contributions pour Colloque Junior
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

De la crise des réfugiés au changement climatique, du terrorisme international à l’accession de gouvernements d’extrême-droite, de l’augmentation des inégalités aux nouveaux conflits identitaires : les promesses de la globalisation économique libérale semblent être mises à l’épreuve de partout. Il en résulte que des réflexions sur les rapports entre économie et société, notamment à partir d’une critique plus radicale des bases du système capitaliste, sont de plus en plus présentes dans le débat public. Ce regain d’intérêt se traduit par exemple par un (énième) retour des écrits de Karl Marx, spécifiquement dans la presse allemande, française et anglo-américaine, en réaction à des critiques devenues célèbres des inégalités économiques dans les sociétés démocratiqueslibérales à économie de marché, comme celles formulées par Thomas Piketty.

Dans le débat académique, alors qu’un nombre croissant de juristes internationalistes s’est intéressé dernièrement à l’historisation de leur discipline en quête d’autres avenirs possibles, l’analyse approfondie des origines et du fonctionnement du système de production capitaliste dans la formulation d’une critique juridique demeure encore trop restreinte. Au contraire, de nombreux historiens se sont intéressés au capitalisme et ont développé à cet effet des outils analytiques pour le comprendre, sans pour autant toujours accorder toute son importance aux spécificités du droit dans le fonctionnement de ce système historique.

Le colloque junior qui se tiendra les 18 et 19 janvier 2018 à l’Ecole de droit de Sciences Po, à Paris, dans le cadre du « programme colloques juniors » du CIERA portera sur le thème du «Capitalisme historique et droit international» et tâchera de combler ces lacunes. La notion de capitalisme historique, que nous empruntons à Immanuel Wallerstein (Le Capitalisme historique, La Découverte, 2011), renvoie à une analyse du système capitaliste en tant que processus historique spécifique fondé sur le principe d’accumulation continue du capital. D’origine historique, cette  2 définition souligne les particularités du capitalisme comme construction sociale à plusieurs dimensions économiques, sociales, politiques et culturelles, pouvant être articulées à sa dimension juridique. Ce type d’analyses permet ainsi l’élaboration de perspectives interdisciplinaires, partant de la réalité matérielle du capitalisme pour analyser ses origines, son fonctionnement, ses enjeux actuels et la prospective de ses développements potentiels futurs. Ce colloque portera notamment sur la nature et l’évolution des institutions économiques et sociales, leur rôle dans les échanges et les circulations des personnes, des idées et des marchandises, ainsi que la façon dont les rencontres, les confrontations et les mélanges les ont façonnées.

L’intérêt d’un dialogue en ce sens repose principalement sur la perception du droit comme produit social jouissant d’une autonomie relative par rapport à d’autres disciplines économiques, sociales et culturelles. En effet, le droit produisant lui-même de cette façon des réalités concrètes, alors même que ce « produit social » constitue un instrument à propos duquel des acteurs sociaux s’opposent, ne peut pas être analysé de façon isolée. L’entrecroisement des voix issues de plusieurs disciplines est donc central dans l’entreprise de saisir la spécificité du droit dans la production du capitalisme historique tout en évitant de tomber dans des pièges analytiques tels que la tendance à réduire le droit à une superstructure, ou bien encore, la réduction de l’histoire et des analyses du droit à des éléments séparés du fonctionnement de la société. Le colloque réunira ainsi des juristes et des historiens, tout comme d’autres chercheurs issus des sciences sociales, en faisant appel aux approches diverses et complémentaires provenant de chaque discipline pour comprendre les formes d’organisation qu’a pris le capitalisme au cours du temps dans différents lieux et des différentes échelles. Les discussions seront ainsi organisées afin de confronter à chaque fois juristes et historiens travaillant sur des sujets connexes.

Les propositions de contribution devront s’encadrer dans les trois axes de réflexion suivants : 1) le droit international et les histoires de l’expansion du capitalisme; 2) l’histoire du droit international et les conflits politiques dans le capitalisme ; et 3) les histoires du droit international et les récits de la modernité capitaliste. Une publication d’un numéro spécial du Journal d’histoire du droit international sur le thème du colloque constituée de certaines contributions de ce colloque est envisagée.

Les propositions de communication de 300 à 500 mots indiquant l’axe dans lequel s’inscrit l’intervention et accompagnées d’un curriculum vitae doivent être envoyées avant le 15 octobre 2017 à capitalismehistorique.di@gmail.com. Les candidatures retenues seront notifiées au plus tard le 5 novembre 2017. L’anglais sera la principale langue de travail pendant la conférence. 

Nous encourageons les candidatures des membres du réseau HeiParisMax, du Collège doctoral franco-allemand en droit public comparé européen et des chercheurs affiliés des centres d’histoire liés au CIERA. Le choix des participants sera effectué en respectant la parité entre hommes et femmes, avec une intégration équitable à la fois des intervenants issus des univers académiques français et allemand, et de ceux proposant des approches historiques et juridiques. Des candidatures provenant d’autres régions du monde sont aussi acceptées et encouragées. Une partie des frais de voyage et de séjour des participants sélectionnés sera prise en charge par les organisateurs du colloque.

Comité scientifique :

Comité d’organisation :

Avec le soutien de :

Tags :

RESO

Renseignement, Espionnage, Surveillance, Obéissance - Cours-Séminaire transdisciplinaire animé par Didier Bigo
  • What are you looking at?What are you looking at?

Analyse des enjeux de la cybersurveillance et de ses pratiques sur les rapports internationaux et la forme démocratique

Cours-Séminaire transdisciplinaire 2017-2018 animé par Didier Bigo, Professor at King’s College London Department of War studies and MCU Research Professor at Sciences-Po Paris

Calendrier et lieu : 1ère séance le 9 Octobre 2017 à 09h30-12h00
Salle de l'Ecole doctorale - 199 boulevard Saint-Germain 75007 Paris – 3ème étage  (tbc)
Renseignements : marierose.pereira@sciencespo.fr
Tél. : 01 45 49 50 92

Objet : 

Le cours séminaire est conçu comme une introduction théorique à différents enjeux. Peut-on vivre en sécurité, penser et circuler librement, communiquer mondialement ?  Comment se déploie la surveillance à l’échelle transnationale et quels sont ces impacts sur nos sociétés et la forme démocratique de ces dernières ? Après avoir discuté les relations entre les pratiques encapsulées dans les termes de suspicion, prévention, prédiction, le séminaire de cette année reprend ce questionnement sur les transformations sociétales des notions d’innocence, vie privée, liberté, amitié qui sont au cœur des éléments affectés par les développements de la surveillance intrusive à grande échelle, l’élaboration de calculs algorithmiques, les changements d’Internet et de sa régulation publique et privée. On abordera ces grands enjeux dans une perspective transdisciplinaire mobilisant théorie des relations internationales, approches critiques de la sécurité, sociologie de la surveillance et dimension juridique et éthique des droits fondamentaux. Le cours sera comme les autres années ajusté au plus près des recherches en cours des étudiants doctorants ou master qui le choisiront et certaines des journées seront co-organisées avec eux s’ils le souhaitent. Le cours s’adresse à des étudiants connaissant l’anglais, une connaissance passive du français est appréciée.

=> Consultez le programme complet 

Tags :

Genre et recherche

Séminaire doctoral de Réjane Sénac - 2017-2018
  • Réjane Sénac, Chargée de recherche CNRS au CEVIPOF, PRESAGERéjane Sénac, Chargée de recherche CNRS au CEVIPOF, PRESAGE

1ère séance du séminaire : 17 octobre 2017 de 9 h à 13 h 

au CEVIPOF, 98, rue de l’Université 75007 Paris  - Salle Lavau (Rdc)

Pour vous inscrire, merci d’envoyer à Réjane Sénac (rejane.senac@sciencespo.fr) en mettant en copie Marie-Rose Pereira (marierose.pereira@sciencespo.fr) avant le 10 octobre 2017 un paragraphe (5-10 lignes) explicitant vos motivations pour participer à ce séminaire, ainsi qu’un court CV (2 pages maximum).

Descriptif du cours :

Ce séminaire transdisciplinaire de l’école doctorale s’inscrit dans le programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre (PRESAGE).  Il a pour objectif de créer un collectif de réflexion et de recherche autour des travaux des doctorant.e.s , ainsi que des étudiant.e.s de master 1 et 2, s’inscrivant explicitement dans les études dites de genre ou pour lesquelles la question des politiques d’égalité est éclairante. L’enjeu est que les étudiant.e.s de disciplines différentes dialoguent autour de thèmes ou questionnements communs (enjeux méthodologiques, politique d’identités et d’égalité, lutte contre les discriminations, intersectionnalité, sexualités, politisation, mobilisations …). Les séances seront organisées sur le modèle d’une table-ronde interactive, des universitaires pouvant être invité.e.s pour présenter leurs travaux et réagir aux présentations de l’avancement des recherches d’étudiant.e.s. Les doctorant.e.s seront invité.e.s à coordonner une séance et à envoyer un texte court en amont de la séance dans laquelle elles-ils interviendront. Une première séance sera consacrée aux choix des thèmes qui structureront les différentes séances et des discutant.e.s à solliciter. Le propos est de faire le lien entre les cinq disciplines enseignées à Sciences Po (droit, économie, histoire, science politique, sociologie) en accompagnant les étudiant.e.s dans l’apprentissage des méthodes de la recherche et dans leur production scientifique. 

Contact : Réjane SénacRéjane Sénac, Chargée de recherche CNRS au CEVIPOF, PRESAGE. Email : rejane.senac@sciencespo.fr

avec en copie Marie-Rose Pereira : marierose.pereira@sciencespo.fr 

Tags :

Margot Delon

remporte le Prix de Recherche 2017 de la Fondation Caritas
  • Margot Delon, Prix de Recherche 2017 de la Fondation Caritas Margot Delon, Prix de Recherche 2017 de la Fondation Caritas

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Margot Delon, jeune docteure en sociologie, a soutenu sa thèse en mars 2017 :  «Les incidences biographiques de la ségrégation : trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre en France» sous la direction de Marco Oberti, Professeur à Sciences Po, Directeur de l’Observatoire sociologique du changement (OSC).

La thèse retrace les trajectoires des enfants des bidonvilles et des cités de transit de l'après-guerre à Nanterre et Champigny-sur-Marne. Ségrégés et stigmatisés, ces jeunes d'origine algérienne, marocaine ou portugaise ont par la suite connu des destins divers, de l'ascension sociale à la reproduction des inégalités et de l'isolement.

En sociologue de terrain, Margot Delon a combiné de nombreuses sources : bases statistiques, entretiens qualitatifs, observations ethnographiques, dépouillement de fonds d'archives ou analyse textuelle des blogs et sites Internet qui permettent encore aujourd'hui d'entretenir la mémoire (les dernières cités ont été détruites dans les années 80).

Margot est actuellement post-doctorante à l'OSC et chargée de cours à l'Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

_________________________________

Le Prix de la Recherche est décerné par la Fondation de Recherche Caritas - Institut de France. Créée par le Secours catholique, la fondation a pour objectif d'agir sur les causes et les conséquences de la pauvreté et de l'exclusion, en aidant des projets de recherche permettant de mieux comprendre ces phénomènes.

 

[ Septembre 2017 ]